la base du communisme en 10 lignes

  1. Expropriation de la propriété foncière et affectation de la rente foncière aux dépenses de l'Etat.

  2. Impôt fortement progressif.

  3. Abolition de l'héritage.

  4. Confiscation des biens de tous les émigrés et rebelles.

  5. Centralisation du crédit entre les mains de l'Etat, au moyen d'une banque nationale, dont le capital appartiendra à l'Etat et qui jouira d'un monopole exclusif.

  6. Centralisation entre les mains de l'Etat de tous les moyens de transport.

  7. Multiplication des manufactures nationales et des instruments de production; défrichement des terrains incultes et amélioration des terres cultivées, d'après un plan d'ensemble.

  8. Travail obligatoire pour tous; organisation d'armées industrielles, particulièrement pour l'agriculture.

  9. Combinaison du travail agricole et du travail industriel; mesures tendant à faire graduellement disparaître la distinction entre la ville et la campagne.

  10. Education publique et gratuite de tous les enfants. Abolition du travail des enfants dans les fabriques tel qu'il est pratiqué aujourd'hui. Combinaison de l'éducation avec la production matérielle, etc.

précision c'est le programme de 1847, l'annotation de 1848 précise que c'était pour les pays occidentaux de l'époque. il est publié dans le deuxième chapitre du manifeste du parti communiste, mais la été auparavant

Je soulève ce point dans ce que tu as dit :

"Centralisation du crédit entre les mains de l'Etat, au moyen d'une banque nationale, dont le capital appartiendra à l'Etat et qui jouira d'un monopole exclusif."

Si expropriation de la propriété au profit de l'Etat, pourquoi ne pas simplement annuler l'ensemble des dettes puisqu'elles ne sont plus rattachées à des actifs ? 
Dans ce que je comprends : le crédit est liée à une banque détenue par l'Etat et les actifs détenus par l'Etat donc dans cette logique, l'Etat rembourse les dettes qu'il a envers lui même au travers de sa banque, nan ?

Et dans la même veine : Quid de la créance d'une société (non établissement financier) qui prête de l'argent à une autre notamment une filiale ou une société liée (filiale soeur partageant une même société mère faisant partie d'un groupe) ? 
A priori, l'Etat devient propriétaire de tout, donc ça soulève plusieurs autres points :
-Quid de la valorisation des titres de participation de chacune des sociétés détenant des titres d'autres filiales du même groupe ?
-L'Etat devient il propriétaire de la tête du groupe à hauteur de 100% qui lui, détient x% des filiales ? 100 % ? Ou directement de toutes les sociétés en éclatant dans ce cas les anciens liens de propriété (chacune des filiales seraient alors détenues à hauteur de 100% par l'Etat en direct)
-Quid du coup des créances/dettes intercompagnies ?
-Quid du coup des créances/dettes entre société faisant partie de l'espace communiste envers des fililales détenues à l'étranger dans des pays à capitaux privés ? (Etat communiste détient 100% d'une société industrielle qui détient 49% d'une fililale dans un pays capitaliste, 51% étant détenu par un panel d'actionnaires minoritaires ?
-Quid des dettes que doit une personne privée envers un établissement financier situé dans un pays à capitaux privés ?

Mes questions soulèvent surtout l'aspect pratique du processus du changement de régime capitalisme vers communisme.

C'est très simple les dettes ne sont pas lié à l'Etat Socialiste donc comme il ne c'est pas endetté c'est en gros dans ton cul cf les emprunts obligataire russe qui n'engageait que l'Empire Russe et pas l'URSS.

Pour tes questions la réponse est simple, tout appartient à l'Etat nouveau et les dettes c'est pas nous pour tout, pour les créances pareil. En claire on s'en branle de facon impériale (huhuhu) si des capitalistes on perdu leur thunes!

Du passé faisons table rase, foule esclave debout! debout! le monde doit changer de base...

Je suis toujours admiratif de ces enfants qui croient encore au père Noël alors qu'ils ont passé l'âge d'y croire. C'est beau Drake, garde ton âme d'enfant. Evite juste de casser les cadeaux des autres en plus des tiens.
 

Le comble pour un comptable, ce serait de vivre dans un pays communiste : toute logique est sans dessus-dessous.

Ce qui est beau, c'est la condescendance de ceux qui ont arrêté de croire, qui veulent surtout bien le faire savoir à tous, et qui en plus continuent de se payer des cadeaux pour cette occasion spécifique rendant le père noel réel à défaut de crédible. Parce que rien ne compte que leurs jouets.

je suis d'accord avec toi pagliacci, les capitalistes aiment leur Ferrari et aime pas qu'on casse leurs jouets gagner sur l'exploitation des autres. 
Donc nous on les casses, ensuite c'est plutot pour madfree, la comptabilité est extrement précise dans les Etats socialiste, t'as pas intêret à frauder l'impot sauf si tu tiens pas à ta vie ou que tu veux de longues vacances en Sibérie.

Pour les filliales étrangère c'est vrai que j'ai pas développer mais c'est très simple, t'as deux choix soit le capital soviétique récupérent 50+1% voix sinon la société est dissoute et revendu au profit de l'Etat, si il y a réquisition à l'étranger sabotage (la terre brulée spécialité slave).

Et pour l'émigration tu peux la faire à la cubaine "Cuba tu l'aimes ou tu la quittes" sauf que dans ton sac ta que tes slips et tes chaussettes, tout les autres bien sont saisie et nationaliser....

En fait, si je soulève tous ces points, c'est que j'ai du mal à imaginer un pays capitaliste passer au communisme de nos jours. Surtout dans une économie développée et de manière aussi abrute que dans ton premier message. Il y aurait trop de sujets juridiques, socio-économiques, trop de trucs construits sur des bases qu'il faudrait reprendre à zéro et pas tout simplement claquer des doigts.

Du même principe que ceux qui veulent annuler les dettes surtout étrangères. Très bien, annuler les dettes mais si jamais un jour t'as besoin d'argent, tu pourras toujours courir pour avoir quelqu'un en face pour t'en prêter (en parlant d'un Etat). Y'a bien le cas de l'Argentine mais ils ont eu "la chance" de pouvoir exporter du soja/des matières premières pendant que les marchés montaient.

Je ne dis pas cependant que le capitalisme/libéralisme, tout est parfait, loin de là.

1