Eux

Chapitre débuté par Elenna

Chapitre concerne : Renaissance, Elenna,

Elle est assise sur la pierre froide, dans le seul petit coin sec qu’elle ait trouvé dans cet enfer d'égouts sombres et humides. La pénombre ne lui permet de voir qu’à quelques pas à peine devant elle, la gardant en constante état d’alerte, ne sachant jamais ce que cache l’obscurité.

Ses cheveux blancs, normalement en chignon, sont défaits et tombent un peu partout sur son visage et ses épaules, ses yeux verts sont soulignés de profonds cercles noirs, donnant un bon indice sur la quantité de sommeil qu’elle a pu attraper dans les derniers jours…

 

La tête appuyée contre le mur, elle prend un instant pour fermer les yeux et reprendre son souffle. L’épuisement, la confusion et la peur des derniers jours commencent doucement à la rattraper. Impossible de déterminer si c’est le jour ou la nuit dans cet obscurité permanente. Elle sent les larmes qui menacent de déferler et en les retenant obstinément, elle murmure pour elle-même : 

Ressaisis-toi Lena ! C’est pas le moment de te laisser aller…  

 

Elle soupire profondément et ramène ses genoux contre elle dans un léger raclement sur le sol qui résonne à travers les corridors. La jeune femme se courbe vers l’avant pour entourer ses genoux de ses bras et y appuyer son front. Son coeur bat la chamade, tous ses sens sont en alerte… Elle tente de respirer profondément pour se calmer, les souvenirs des derniers jours lui revenant tous en même temps. 

 

Le chaos… C’est l’apocalypse là-haut, la guerre, l’anarchie... Il faut trouver refuge… tout le monde se précipite partout et n’importe où. Elle lui tient la main très fort, comme si sa vie en dépendait, parce qu’à cet instant précis, elle est convaincue que c’est le cas. Les gens poussent et crient dans tous les sens. Elle le sent tout près, il l’attire dans un coin et la prend dans ses bras, lui protégeant la tête de ses bras et de son corps pendant qu’il pleut des blocs de pierres. 

 

Une autre explosion, tout près cette fois… La détonation envoie valser les deux amoureux un peu plus loin. Complètement sonnée, elle prend un instant avant de revenir à elle et regarder autour pour le trouver du regard. À peine elle pose les yeux sur lui, qu’il est déjà près d’elle à l’aider à se relever, lui reprenant la main et la gardant près de lui. 

Des gens qui courent partout…

La foule qui les bousculent d’un côté et de l’autre… 

Leurs corps qui sont attirés par la cohue dans des directions opposées… 

Leurs mains qui glissent et qui n’arrivent plus à garder le contact.... 

Elle le cherche du regard, essayant de lutter, poussant et bousculant pour le rejoindre avant de se retrouver complètement emportée par les gens paniqués autour d’elle. Elle n’arrive qu’à l’apercevoir un court instant avant d’être hors de portée. 

Il essaie de lui dire quelque chose… 

Va ... goûts !! Va dans…. !! Je te …trouverai !!!

 

Dans un dernier regard, elle murmure  

Je t’aime…