Question de principe

Chapitre débuté par Mak Don-seok

Chapitre concerne : le Bar, Mak Don-seok, Kkangpae, artyom, baba,

Prostré sur sa chaise de jardin, Ray-Ban clouée sur le blaze, Mak semble somnoler. Y a une bouteille de sky et un verre vide posée sur un parpaing. Ils sont à portée de main. Une ombre se faufile non-loin. Pensant probablement profiter de la sieste de l'asiatique pour se cacher dans le coin. Loupé l'ami. Le grand black s'est trouvé une planque du tonnerre. Dans les sous-sol encombrés du fond de commerce délabré. Là où les résidents ne foutent jamais un pied. Trop de poussière, trop de toiles d'araignées, trop sombre... trop moisi. Et trop de squatteurs maintenant. On fait simple. On attends que Blanche Neige pique un roupillon, et on entre en nombre dans le débarras. Coup de manche à pioche dans la gueule. C'est Charlie qui s'y colle. Vieux réflexe de maton. L'homme à le coup de main, malgré sa gueule de babtou fragile. Ensuite c'est facile. Les mains sont liées. Les pieds aussi. Le gus attaché à une chaise. Deux taloches en guise de réveil. Baba, l'ancien pirate, saucissonné comme un jambon peut découvrir l'amical comité : Y une meuf, plutôt canon, mais qui a pas l'air commode. Y un type, à la gueule de victime, mais aussi avec ce petit truc qui vous fait penser que la situation lui met la trique. Et y a l'asiat' qui faisait semblant de pioncer. Avec une putain de poker face. Il manipule une machette qui fait de petit va-et-vient en fendant l'air. Merde... c'était la tienne mec. Et jongle avec un petit caillou dans l'autre main. Un caillou taillé. Genre silex, mais en mode ouvragé. J'ai quitté un ami, il y a quelques jours. Il jouait souvent avec un caillou similaire. Identique même. Un porte-bonheur qu'il disait. ... Tu sais... le genre de truc sans valeur, mais dont tu ne te séparerais pour rien au monde. Surtout pour le filer à un mec avec une gueule de tueur comme la tienne. La lame de la machette vient se poser sur l'épaule de Baba, le fil émoussée venant flirter avec la carotide gonflée par le stress. Y a quelques taches dessus... de sang coagulé mélangées à de la poussière. Merde... t'as même pas pris la peine d'essuyer son sang. Baba sursaute, il vient de piger son erreur. Sans lui laisser le temps d'une moindre supplication, Mak arme subitement son bras et abat violemment la lame sur le crane ébène suintant de transpiration. On entend un beau *PAK!* La lame s'est enfoncée assez profondément. Il recommence de plus belle. Y a du sang, des morceaux d'os, de peau, de cervelles qui giclent un peu partout. Un peu plus à chaque coup. Y a pas un mot. Juste des *SPROTCH!* qui ont remplacés le *PAK!* Et un corps humain attaché, avec une belle bouillie rouge, noire et blanche à la place de la tête. Y a un œil attaché par un nerf optique qui pendouille sur la lame maintenant au repos. Un coréen, qui venge un russe, en butant un somalien. Un vrai scénario à l'américaine.