Ambulance Disco Club

Chapitre débuté par François Juno

Chapitre concerne : François Juno, Ambulance Miracle #420, L'Ambulance Disco Club,

Ce texte vaut 6 bières !
Ouille… Ma tête…

François Juno venait d’émerger dans un vieux canapé. Que s’était-il passé ? Une attaque ? Lui et ses amis étaient-ils tous morts ? Étaient-ils… Au Paradis ?

Non, enfin, pas tout à fait. Il se trouvait dans l’Ambulance Disco Club, la communauté la plus branchée des environs ! En examinant un peu les alentours, il vit ses compagnons à droite à gauche, encore endormis. Mais bien sûr, la cargaison de rhum qu’ils avaient trouvé ! Les souvenirs lui revenaient maintenant. C’était une soirée mémorable. Une petite fête improvisée pour fêter la première pierre posée. Un bon moment, en prévision de lendemains encore meilleurs.

François, qui était devenu le DJ du club, avait enflammé la piste hier soir. Même si sa fanbase continuait de périr jour après jour, il savait qu’au moins, il pouvait compter sur ses compagnons de voyage pour apprécier son talent. Une équipe au top. Des membres d’une super organisation d’ambulancier.

C’était la raison pour laquelle ils s’étaient installés ici. Il leur fallait un quartier général, un lieu de rendez-vous, un endroit pour sauver les âmes perdues. Des ambulances les aideraient dans la tâche. Quand ils avaient trouvé le club abandonné, au milieu de nulle part, il n’y eut même pas besoin de voter. « Ce sera… L’Ambulance Disco Club. »

Il y avait déjà tellement de problèmes dans cette future société qui était en train de se créer. Des tensions pouvaient apparaître du jour au lendemain, des monstres et des pillards étaient encore en maraude, et des tueries entre groupes s’annonçaient à la radio. Heureusement qu’il était là, lui, pour les sauver de sa grande magnanimité. Des fois, dans sa belle béatitude, il se faisait rire.


Le chanteur se hissa hors de son canapé pour aller effectuer ses exercices de chant matinal. Un rituel qui ne plaisait pas à toute la faune du coin. C’est à ce moment qu’il tomba face à une surprise de la veille. Accroché sur le mur, il y avait ces quatre photos. Ah, ce fameux polaroïd, trouvé dans une caisse. Oui, c’était vraiment une belle preuve de soleil, d’amour et d’amitié.