Comment vaincre un cancer

Chapitre débuté par Bass Lyons

Chapitre concerne : Last Chance, basslyons,

L’IDIOTIE MONGOLOÏDE 

L'histoire commence par une traque et finit par une traque...
La boucle est bouclée.
 


La neige, le froid, les guirlandes, les sapins, les cadeaux, les clochettes...
C'était ça l'esprit de Noel dans les souvenirs du Canadien. Il y avait un peu de tout cela ce jour là au départ du véhicule ou se trouvait Bass Lyons, avachit sur le siège passager, Rangers sur le tableau de bord. L'homme pensait. De grandes et longues pensées sur un cas qu'il soupçonnait douteux. Le blond tapote son crayon sur l'épais calepin qu'il tient, là même ou il a noté certains mots pour qualifier l'objet de cette sortie. Diable que ce paysage était beau... tout de blanc vêtu, immaculé. Le regard bleu se perd un instant dans ce tableau avant que le son de sa voix ne vienne casser le silence dans la cabine. Il avait une piste.


L'ambiance pouvait virer Halloween...



- Zillah... tu connais le syndrome de Down ? Tu sais, la trisomie vingt et un... visage rond, yeux un peu bridés écartés, petit ventre rond, cou bas, petits doigts. C'est en cinquante huit qu'un chercheur a identifié la cause du syndrome.... c'était la première fois qu'un lien avait été établi entre un retard mental et une anomalie chromosomique. 

Il avait besoin de partager son doute. Oui parce que... son problème actuel possédait plusieurs critères similaires. Il y avait également une dégénérescence génitale mais ce détail là il ne préfère pas l'aborder avec la jeune femme. Politesse et retenue oblige.

- Vois-tu je m’intéresse à tout cela... ça expliquerait un tas de choses. Tu as déjà entendu comment elle parle Asia ? Elle parlait déjà comme ça il y a plus d'un an. Après l'armée j'ai bossé comme responsable de sécurité dans une grosse entreprise scientifique. Ca me parle ces sujets là. Et... hum... c'est bon, tu peux t'arrêter ici, je n'ai pas envie que ton trajet retour soit trop long. Merci d'avoir fait toutes les vérifications sur ce véhicule. 

l'Ex Capitaine Lyons fait la bise à Zillah et lui souhaite bon retour.
Le moteur, les directions, les roues, réservoir... tout semblait maintenant au point. Il prend le volant et ouvre le panneau arrière ou se trouvent ses amies proches... sa famille.




- Il y a une place à l'avant, quelqu'un pour me tenir compagnie ?

Quelques minutes avant, Bass avait refilé les clefs de communauté à Mabinty et Tiffany. C'était assez étrange qu'il y ai autant de femmes dans son entourage d'ailleurs...
Pour comprendre pourquoi tout ce beau monde s'activait pour cette sortie en plein hiver, nous allons revenir un peu plus en arrière... Le Canadien se souvient encore très bien d'Asia à moitié à poil, seule dans le désert. Avec le peu qu'il arriva à comprendre, Bass fit un deal avec cette survivante... celui de poursuivre et attraper une traîtresse voleuse fuyarde qui se trouvait dans sa zone. Tout avait commencé comme cela. La suite amènera Bass à mettre cette petite chasseuse en relation avec Nick. Voila le Canadien responsable du lancement de "carrière" d'un cas qui causera bien des soucis.
L'erreur est humaine.


Une erreur d'adultes de laisser ce cas servir de guide. Okay elle avait de sacrés qualités de traque, orientation, agressivité, réactivité... mais le reste AIE ! C'est bien le problème lorsqu'on entre dans une organisation, il y a des organisateurs. Chose qui semble coincer dès le début avec cette fille qui gonfle du ciboulard de mois en mois. Le peu de temps ou il la recroisera elle n'en fera qu'à sa tête, n'assurant pas grand chose et tirant tout à elle, elle seule. Ce qu'elle entreprend n'a qu'un but, se glorifier. Les autres ne sont qu'un tremplin. La coalition du Nord a besoin de cela ? N'importe qui de sensé dira non. Mais tant qu'elle reste contrôlable ça peut passer... un temps.

Ca nous conduit à ce retour, celui de l'équipe qu'elle guide. Une équipe composée de trois personnes qu'il apprécie et une baveuse. Hors dès son retour la "petite" devenue ado, quoi qu'en ouvrant les yeux sur sa sexualité on peut dire adulte, n'a que faire de l’organisation et se met à imposer des choses. L'ex Capitaine de l'armée Canadienne ne peut plus laisser passer cela et le fait savoir... alors que deux de l'équipage commencent à aider. La petite bouche sale pestifère en restant sur l'embarcation amarrée au ponton du port.
Comme on dit dans l'armée... action-réaction. Ca devait cesser.




Presque deux années après le Crash la survivante n'a pas progressé, elle parle toujours aussi mal et sa santé mentale semble s'être aggravée de façon significative. C'est à ce moment là que Bass songe à un réel problème chez elle. Il y avait cet aspect physique, ces réactions, ce langage. Il était hors de question de laisser un cas comme ça avec une telle arme en mains. L'homme tente plusieurs fois de communiquer avec pour lui faire comprendre certaines valeurs, le respect, lui parler d'organisation, qu'elle doit déposer l'arme ou ça finira mal mais rien n'y fait elle se braque à l'image d'une morveuse capricieuse. Dur à encaisser vu le dossier accumulé. Ca comporte des risques et Bass prévient tous ceux qu'il peut que ça risque de dégénérer si cela va trop loin.

Lorsque le meneur de l'Outpost ira prendre l'air en hauteur pour fumer une roulée, il la voit jeter des tas de choses en petites quantités.
Etrange comportement.
Encore un signe de... quoi ? 
Lyons continue à fumer, accoudé à la rambarde. Il observe cette crise et se dit qu'il y a peut-être une chance qu'elle se calme. Que dalle... Asia choppe la baveuse et se tire plein Nord avec une arme dangereuse. La barrière était franchie, le point de non-retour, elle s'est condamnée toute seule. Bass retourne à ses occupations, mange un bout, chier un bon coup, prépare la sortie avec ses proches et ira foutre ses fesses dans le camion. La traque est lancée. La traqueuse traquée. Petite ogresse qui se croyait reine. Hey oh, l'âge de raison c'est pas sept ans ? La piste devenait de plus en plus sérieuse.


L'équipage du camion roula un bon bout de temps, Asia avait bien cavalé. Pendant le trajet Bass et ses camarades chantaient, se racontaient des blagues, écoutaient de la musique, bref... tuaient le temps. L'ambiance était festive malgré tout. Dès que leur cible apparaît, tout le monde redevient sérieux. Bass tape sur la carlingue et dit:

- On commence à l'arcs, c'est plus sport !

Les survivantes soulèvent la bâche, la coincent, ajustent leurs mires et tirent. Asia se sert de la baveuse comme bouclier et balance une rafale qui ne touche personne. Face à la puissance de feu Margot prend son fusil et réplique... achevant le bouclier. Bass ouvre sa portière en ralentissant et quitte le volant dès l'arrêt... en se met à lui courir après. Asia se retourne une nouvelle fois, l'homme martial lance sa jambe pour la désarmer et enchaîne par un retourné lui défonçant le thorax. L'hargneuse ado se mange au sol plus loin lorsque Bass continue à marcher tout en sortant ses dagues qu'il tournoie avant de les lui planter dans les mains. Clouée sur une petite butte alors qu'elle s’apprêtait à se relever. Elle gueule. Normal ça fait mal. Elle tente de tirer ses mains mais rien n'y fait... le sol est trop gelé. Comme on pouvait s'y attendre, elle se met à insulter des trucs que Bass croit comprendre comme:

" - Put1l'chtroumfarceurLépludrolqtoiMaintenanJsuiMise'minableSAmerlaChieen. "

- Tu disais ? Articule bordel je ne comprends pas ce que tu dis.

La tension retombe. Bass secoue la tête vers ses amies et leur fait signe de repartir vers le camion. Elles comprennent qu'il a besoin d'un tête à tête.
Une tête qu'il met devant celle de la supposée handicapée lorsqu'il fait le tour et la matte aux pieds de ses Rangers. Il pouvait mieux la voir maintenant... elle qui l'esquivait tout le temps. Maintenant que faire ? Il l'engueule, la fessée, rire aux éclats en lui disant que c'était une blague et qu'il lui pardonne tout ? Non nooooon à la regarder comme ça la musique de Rabbie Jacob lui vient en tête. Elle est irrécupérable, incompatible... alors qu'en survie seul compte l'adaptation. Bass Lyons le sait lui... et il s'adapte à elle pour qu'elle ne soit plus une menace future et que cette putain d'arme qu'il ne voulait même pas n'aille pas entre de vilaines mains.
Il lui relève le visage du bout de sa Rangers... remarque qu'elle a reçu quelques plombs et des flèches. La fille est au plus mal.


- Je ne sais pas quoi te dire d'autre de plus que l'autre jour. De toute façon quoi que je dise tu ne comprends pas. Regarde ce que j'ai ramené pour toi... Tu reconnais ?



Lyons sort une couronne et lui place au sommet d'une tête qui a de plus en plus de mal à se redresser.

- Tu n'as plus de force hein ! Dire que tu aurais pu être au chaud et... bref, je m'égare. Je vais te confier certaines de mes interrogations à ton sujet...

Le Canadien se déplace et vient se poster derrière elle, juste entre les jambes qu'il écarte.

- Lorsqu'on se penche sur ton physique, tes actions, réactions, paroles...

Le blond sort sa troisième lame, celle recourbée et commence tranquillement à découper le futal de haut en bas, livrant son boule à la vue du ciel.

- Certains aspects sont proches d'un syndrome. Et pour tout te dire...

Blessée, exténuée, Asia n'arrive plus trop à bouger lorsqu'il lui remonte le bassin afin d'exposer sa croupe.

- Je n'avais plus que ça à vérifier pour valider ma théorie. Es-tu trisomique ?

Bon ouais, difficile à juger en regardant ce vagin. Peut-être qu'en introduisant quelques doigts dedans.... mais il en a pas vraiment envie.
Cette bougresse était une idiote mongoloïde ? Terme plus trop employé depuis quelques années mais franchement représentatif de ses actions, dires et réactions connues. Prit de doutes, encore, Bass songea au message qu'il voulait passer... tout comme à la mythologie Grecque. Un message en cas de vérité... une pièce pour Charon en cas d'erreur. Bass se penche au dessus des fesses d'Asia et lâche une longue coulée de salive tout en sortant le calepin qu'il rédigeait sur la route. Il arrache l'épaisse feuille chargée de reproches, la roule de suite et l'enfonce dans l'anus salivé. Exercice pas aisé, obligé de forcer un bon moment.


Lorsqu'un message ne passe pas par les oreilles il passera par le cul... c'est bien connu.

Pour ce qui est de son possible passage par le Styx, Bass sort une pièce de deux dollars Canadien qui trainait dans sa poche depuis le Crash et l'introduit dans la fente telle une machine à sous. Cling ! D'une pierre deux coups.



- Il est temps de se quitter, j'ai des choses plus interessentes à faire. Tu as pénalisé du monde.
Ou j'ai désamorcé une bombe qui sait...
Dans tous les cas tu es restée la reine de tes décisions et de tes actes.


Beaucoup de survivants auraient à redire sur sa généreuse dernière offrande. Le mérite-elle au final ? Chacun voit midi à sa porte...
Bass récupère ses couteaux et la laisse crever de la blessure provoquée par Margot. Jolis tirs les filles, y'a pas à dire.
Bottines, pantalon militaire, manteau d'hiver. Dans sa tenue de saison, Margot été affairée à dégager un passage obstrué par la neige, à l'aide d'une pelle. En ce moment, c'est la routine mais aux yeux de la jeune femme, il est important de ne pas se laisser vivoter mais bien de continuer, coûte que coûte, quitte à faire inlassablement les mêmes tâches.
Arrivée à la moitié de son labeur, elle vit Bass se diriger vers elle. L'ancien militaire posa sur elle un regard soutenu, rempli de détermination et brillant comme de l'acier. Pas un mot ne sortit de sa bouche. Il lui fit juste un signe de la tête. Puis il repartit comme il était venu.
Margot compris immédiatement, nul besoin de dessin ou schéma tactique. Ce regard veut dire : maintenant.
Il lui avait déjà parlé récemment du cas de la jeune Asia, qui ne faisait qu'empirer de par son comportement erratique, mettant en danger les principes de solidarité et de loyauté de la communauté.

Margot regarde le chemin qui commence déjà à se remplir de millions de flocons blancs étincelants qui s'agglutinent, détruisant son oeuvre de lutte contre les éléments. Elle soupire un instant, puis  tourne les talons et va ranger la pelle.
Elle passe par sa chambre, récupère son fusil et quelques cartouches puis se dirige vers l'entrée de la communauté où l'attende le reste de l'équipe.
Tout le monde est installé dans la camionnette : Margot fait un signe de tête à Bass, puis grimpe à l'arrière du véhicule, avec ses coéquipières.

Alors que Bass questionne Zillah sur une supposée maladie qui toucherait Asia, Margot prend ses cartouches dans la poche intérieure de son manteau, une dans sa main, une dans sa bouche, presque sensuellement. Elle ouvre la culasse de son fusil, positionne les deux munitions l'une après l'autre puis referme la culasse. L'expérience amène la dextérité.

La jeune femme a un flashback, souvenir lointain des jours passés à traquer des cibles : patrons véreux, concurrents génants, mari infidèle... pas forcèment des saints, même si au fond peu lui importait. Sa méthode préférée ? L'approche professionnelle, appel téléphonique pour demander un travail d'assistante puis demande d'une rencontre. Une belle blonde avec un decolleté ravageur et une jupe laissant entrevoir ses longues jambes, ça donne envie.Puis elle montre qu'elle est dans le besoin, qu'elle n'est rien par rapport à tous ces grands hommes, qu'elle est prête à tout, ça leur donne des idées. La prise de rendez-vous dans un hôtel ne prend jamais beaucoup de temps.

Ne jamais entrer ensemble, c'est la règle. Habillée de vêtements longs et d'un chapeau qui masque en parti le visage, elle ne passe jamais par la réception mais se dirige immédiatement vers la chambre. Armée d'un magnum avec silencieux rangé à l'avant, jamais à l'arrière, s'il venait à l'esprit de la cible de lui caresser le dos ou les fesses, ce serait stupide de se faire repérer aussi facilement. Parfois elle prend le temps de boire un verre, de manger un apéritif mais généralement c'est expéditif. Elle attend que la cible lui tourne le dos une seconde, elle en profite alors pour sortir son arme et l'abat d'une balle en pleine tête.
Elle ramasse la douille, prend une photo de la scène pour son client puis s'en va en un rien de temps.

La jeune femme sort de ses pensées, interrompue par Bass :

Bass : - Il y a une place à l'avant, quelqu'un pour me tenir compagnie ?
La jeune femme de répondre :
- Je te rejoins.
La jeune femme descend du véhicule, pieds dans la neige, bref tour d'horizon. Elle part ensuite s'installer côté passager. Elle sourit à Bass et lui fait un clin d'oeil.
- Tu peux démarrer chef.
Après quelques instants à rouler, la jeune femme s'adresse au conducteur.
- Tu sais, parfois je me demande si l'on est dans la bonne direction, si nos choix sont les bons...aucune décision n'est facile à prendre. Alors je euh... voulais juste te remercier de tenir la baraque et de prendre les décisions. Je sais ce que c'est, et c'est facile de juger un leader, quand soi même on reste là en attendant que ça se passe. Si on est encore vivants, c'est grâce à nous mais en grande partie grâce à toi.

Plus tard après avoir rouler un moment, Asia et sa coéquipière apparaissent au loin, reconnaissables entre milles. Bass tape sur la carlingue pour prévenir l'équipe de se tenir prêts.
En roulant à moyenne distance d'elles, les filles sortent les arcs décochant une volée de flèche vers leurs cibles. Certaines toucheront, d'autres non. L'adversaire réplique avec un pistolet-mitrailleur, le bruit fait frémir mais personne ne semble touché dans le groupe.
Margot entrouvre sa portière, pose ses fesses sur le bâtis de celle-ci alors que le véhicule est toujours en mouvement. Surélevée, tenant son fusil d'une main, elle l'ajuste contre son épaule puis le tenant fermement des deux mains, elle vise : les deux cibles sont l'une derrière l'autre, l'une semblant servir de bouclier humain à l'autre. Elle tire, la détonation et le recul manquent de la faire basculer du véhicule mais elle se rattrape in extremis à la portière.
Alors que Margot reprend ses esprits, Bass arrête le véhicule, descend et se dirige vers les 2 femmes. Margot descend du véhicule et repositionne son fusil pour offrir une couverture au chef. Elle se rend compte rapidement que ce n'est pas nécessaire, le bouclier humain git au sol, mortellement touchée. Quand à Asia, elle bouge encore mais semble en bien mauvais état.
Margot abaisse son fusil.

La suite, Margot n'en aura qu'une vision fugace comme si son esprit ne voulait pas voir.
Bass s'approche d'Asia et la cloue au sol à l'aide de ses dagues. La douleur doit être insupportable. Il met ensuite en scène la victime dans une position honteuse, semblant mener une inspection visuelle de son anatomie et violant même l'intimité de la jeune femme.
Margot se demande si cela est vraiment nécessaire, elle lui posera la question plus tard, pas vraiment le genre de méthode qu'elle approuve.

Bass récupère ensuite ses dagues et se dirige vers le véhicule. Margot respire un grand coup, mission accomplie, sans encombre pour le groupe, c'est le plus important. Elle remonte dans le véhicule côté passager. Il semble que ce soit le prix à payer pour la tranquillité. Au final, tout a changé et rien n'a changé...