MDA Radio

Sur les ondes, un calibrage radio suivi d’une voix râpeuse, abîmé, mais pourtant un peu suave qui se met à parler. Une image un peu dégueu se télécharge pour ceux qui ont cette fonctionnalité.

Mesdames, messieurs, et les zombies, bonsoir ! Bonsoir et bienvenue sur cette nouvelle radio ! En direct de la Maison des Algues, le fameux comptoir commercial du Sac, je vous invite, mes chers auditeurs, à me rejoindre dans cette aventure. Oh, rien de spécial voyez-vous, une simple émission comme vous en avez déjà entendu en somme. À l’exception que cette fois, j’en suis l’animateur. Complètement différent donc, pas vrai ?
Au programme, ragots & rumeurs, informations, récits de mes palpitantes aventures, jeux-concours, et bien sûr, musique ! Avec toutes ces merdes qu’on trouve partout, je vous ai fait une petite collection de vinyles et de CD pas dégueu -enfin, on fait ce qu’on peut- vous m’en direz des nouvelles.
Tout de suite, un morceau de jeunes talents. Me demandez pas pourquoi eux, leur nom me plaisait bien. Dynamite, des McCoys.




Au bout de trente seconde de la chanson, la musique s’arrête dans une bouillie de grésillements.
Herm, bon. Pas étonnant qu’ils ont pas percé, les frangins. On trouvera mieux, vous en faites pas. Ça parlait clairement de ma radio, non ?
Un briquet qui s’allume contre le micro, le doux bruit d’une combustion de cigarette.


Bon, et pour inaugurer cet épisode pilote, laissez-moi me présentez un peu. Je suis le capitaine Elton McCoy, berger des mers et actuellement en service dans les eaux du sud. Alors, je sais qu’en me dévoilant tout à fait je risque de perdre mes auditeurs du Nord, mais comme ils parlent jamais, je me fais pas trop de soucis sur les feedbacks négatifs.
Un type qui se marre en fond. Ricanement léger de sa propre vanne. Il s’arrête soudain, comme s’il s’était rendu compte que sa blague risquait de faire grincer des dents.
Mais que personne ne le prenne mal, hein. Car comme dirait un certain Malcolm, moi, j’aime tout le monde. Sauf Erika. Nan, rien de politique, c’est tout à fait personnel. Y’a juste des voix que je peux pas blairer. Ça me regarde si une voix me scie les nerfs.


On est à la lune je n’sais combien de la paix, et le monde à l’air de bien se porter. L’air, oui ! Car malgré les efforts efficaces de notre bien aimé Alex Law, a.k.a. le type qui se casse le cul pour essayer de maintenir nos âmes de dégénérés à flot dans une organisation dont lui seul a le secret, des tas de choses se passent dans l’ombre !
Alors, si ça vous intéresse, stay tuned for more !
Big up à Law d’ailleurs, s’il nous écoute. Le type porte des communautés sur ses épaules, et tout le monde à l’air de trouver ça commun. Non, c’est putain de miraculeux, Brigitte.

Hein ? Non, je suce pas- Putain, c’est lui qui fait mon salaire- Suce ma bite, Brigitte !


Raclement de gorge. La voix rauque se remet à parler.
Pour conclure ce bout d’émission, on va faire un jeu, bande de radasse. Ouais, je vous connais, vous voulez une récompense pour le vainqueur, mais il se trouve que je suis fauché. Alors, à la place, le gagnant aura le droit à un étalage de sa réputation sur l’émission. Je raconterai ses exploits, c’est une bonne -ou mauvaise si vous voulez- réputation gratuite, allez, tout le monde participe, zou.

La question est :
Qu’est ce qui a un unique œil pour regarder à la surface, qui habite les mers, et qui permet, s’il est bien équipé, de balancer des missiles balistiques stratégiques à charge nucléaire ?



Répondez, sinon je passe l’audio d’un spectacle complet de Kev Adams. J’ai regretté trouver ça, oui. Même si vous éteignez votre radio, vous aurez un peu mal, ne me mentez pas. Un indice ? Non.
Allez, je vais essayer de garder ça le plus court possible. C’était la Radio de la Maison des Algues, la station que vous écoutez que quand vous avez rien à faire. C’est-à-dire tout le temps.


McCoy, out.

À ces mots, une dernière musique se met en route. 13th Floor Elevators – You’re Gonna Miss Me

 

T'as l'air en forme McCoy, c'est chouette ton truc là...

Allez je mord, c'est un sous-marin, j'ai bon ?
Putain j'ai plein de truc à te raconter mec...

Profitant des joies d'une pause bien méritée auprès de la chaleur d'un feu de cagettes, la radio diffuse quelques surprises.  Ruth est allongée, les doigts de pied en éventail et joue machinalement avec une mèche de cheveux sales. L'émission éveille un peu son attention lorsqu'elle entend la voix râpeuse d'Elton McCoy. Elle se redresse sur ses coudes et écoute distraitement jusqu'à la fin. Le 13th Floor Elevators lui donne même envie de se taper un petit trip au plastique fondu. Rien de tel pour plâner à l'oeil et débiter des conneries. Dans les égouts, on s'occupe comme on peut et le meurtre de sang-froid n'est pas donné à tout le monde. 

Elle saisit sa radio après l'intervention d'une voix qui ne lui est pas étrangère. 

*Tousse*

*Renifle*


"Salut 'sieur McCoy. J'ai bien aimé votre émission. Je tenais à vous le dire, au risque de saturer les ondes. Faut dire qu'on capte des trucs ici et là mais y'a pas foule à la surface du coup on s'fait vite remarquer." 

On entend le bruit d'un briquet et le crépitement de quelque chose qui brûle. 

*Sniiiiirf...*

"Raah, sa mère..." 

Les effets du plastique fondu lui montent directement à la tête.

"Ce... mmhputain. Ou-ouais, j'di-disais qu'il n'y avait pas f-foule en haut."

*Tousse*

"Tout l'monde est m-mort ou quoi ?" 

Ruth tend le morceau de pneu à Max la Moustache et sent des picotements sur ses lèvres. 

"B-bref, con-continuez m'sieur. Faut b-bien encourager les initiatives pleines de bonne volonté.

Mhh ?" 


Ruth se redresse avec difficulté, tenant mollement sa radio. Elle a les yeux éclatées et sa voix est encore plus rogommeuse que d'habitude. 

"Pour la devinette, j'aurais dit comme l'aut'. Un sous-marin mais p-pas n'importe lequel. Le Yellow Sub-submarine." 

*Tousse* 

*Renifle*

"Et p-pour les râgots j'en ai u-un en s-stock, m'sieur McCoy." 

Un sourire de petit démon vient déformer ses lèvres engourdies. 

"Quelqu'un d-dans le sud m'a dit qu'les g-gens du nord n'é-n'étaient que des p-péteux, des jean-f-foutre et des bons à ri-rien." 

*Rot sonore*

"Et qu-que la p-paix n'était qu'une di-diversion p-pour mieux les endormir car s-sont trop lâches p-pour se b-battre et qu-qu'le sud fi-finira par, je cite, a-anihiler cette bande de fr-froussards de pl-planqués."

Un petit mal de tête commence à faire son apparition et les paupières deviennent lourdes.

"V-voilà p-pour les r-râgots." 

*Ronflements sonores* 

La radio se coupe.

Oh oui bonjour M'sieur McCoy, j'ai écouté votre radio, j'ai beaucoup aimé, ça me fait penser à l'émission de sabatier parce que moi j'aime beaucoup les jeux à la télé-radio, j'ai toujours rêvé de gagner à qui veut gagner du pognon pour avoir le dernier robot cuiseur et l'extracteur de jus, mais j'ai jamais gagné. Alors j'espère que cette fois c'est moi qui va gagner, faut que je gagne en gagnant la gagne du gagneur pour gagner. C'est gagné ?

Voilà donc moi je sais pas ce qu'il y a sous le marin, mais sur un marin ça je sais, il y a un pompom et faut le lui toucher ça porte bonheur. Peut être que les pompoms sous le marin portent bonheur aussi mais faut faire attention à pas se prendre la bôme du marin qui se trouve entre les pompoms dans l'oeil, si vous voyez c'que je veux dire. Y'en a ils se la prenne ailleurs que dans l'oeil d'ailleurs, c'est peut être pour ça les missiles stratégiques, hein vous êtes un coquin vous M'sieur McCoy. Enfin moi j'dis ça, ça me dérange pas hein. Vous pourrez tater de ma surface à moi aussi si vous voulez, et croyez bien qu'il y en a de la surface sur moi, vous pouvez me faire confiance.

Voilà voilà, j'espère que j'aurais mon extracteur de jus, j'ai un gars qui m'accompagnait qui vient de mourir et faudrait pas gacher.

Cliquette qui avait danser jusqu'à se retrouver nue, prit sa radio pour répondre

"Bonjour Monsieur MaqueQuoye, je m'appelle Cliquette, parce que quand j'étais petite j'avais plein de pièces dans mes poches et ça faisait clic,clic,clic et tout le monde disait quand j'arrivais Oh tiens v'la Cliquette qui a encore fait des trucs pour avoir des pièces mais c'était les amis de Papa qui me donnait des pièces et Tonton aussi...Donc voilà pourquoi je m'appelle Cliquette...
Heu... Monsieur MaqueQuoye...Je voulais vous dire que j'ai beaucoup aimé vos chansons, et moi aussi je fais des chansons des fois mais j'ai pas d'instrument pour faire la musique alors je ne chante que moi toute seule... Faudrait que je vous écrive une chanson pour que vous la chantiez sur votre radio... Heu mais sinon le reste j'ai rien comprismais ça avait l'air important... Mais j'ai beaucoup aimé votre musique, voila je voulais vous dire ça Monsieur MaqueQuoye, au revoir et je reviendrai avec ma chanson, promit..."

Formidable une émission culturelle! C'est ce qui nous manquait! Je me lance avec une dédicace à une jeune fille que j'aiiiiiiime bien :

Se racle longuement la gorge puis se met à brailler une chanson sur l'air de la comptine bien connu

C'est la mère
cliquette qui a perdu son chat,
Qui crie dans les égouts à qui le lui rendra.
C'est l’ père moustachu qui lui a répondu :
- Allez, la mère Cliquette, votre chat n'est pas perdu !

Sur l'air du tralalala
Sur l'air du tradéridéra,
Et tralala.
ET LALALALA Et Clik et Clik Et Clik et boom et bomm et RALALALA

J'espère que ça vous plaira!



 


Tous les mots sont fins quand la moustache est fine

Oh dites moi le M'sieur qui chante, vous auriez pas trouvé mon Kiki par hasard aussi ?

-"Frères et sœurs de la lumière, sachez que moi, Chris Barnes, élu de la lumière et fils du Saint-Photon, valide cette radio comme étant conforme au rite."

Il tire une latte, puis reprend :

-"Pour la petite devinette, je pense à Lionel Lansfield borgne, qui aurait trouvé une épave sur l'eau contenant des missiles balistiques stratégiques à charge nucléaire."

-"Que la lumière bénisse cette radio."

"Moi non plus, Mister DickHead, je n'aime pas votre voix de nazillard. Pardon, nasillarde. J'en fais pas tout un foin pour autant."



Yellow Submarine se met à retentir sur les ondes. Téléchargement en parallèle du logo. Quand la musique s’arrête, un peu plus tôt que prévu, un slow, very slow clap.
 

 
Bravo, vous avez des neurones fonctionnelles. C’était pas difficile à trouver, et celui de ces fameux quatre punks est jaune. Bienvenue sur MDA Radio.

Pour le coup, si Malcom gagne sur la rapidité, mention spécial à la junkie pour avoir deviné la prochaine musique ! Oh, je t’aime bien, toi. Si tu balances ton blase, je te file mes réserves de bière. Bon, t’as l’air bien paumé, mais si tu passes un de ces jours, t’auras qu’à récupérer ton prix.

Mouvement de feuilles, relecture de notes.

Ah, et « Cliquette » ? T’es bien trop chou. Si quelqu’un te cherche des noises, c’est une balle de .22 dans la tête. Pour ta chanson, tu peux me l’envoyer pour que je la diffuse à la prochaine émission. Où bien la chanter toi, comme l’autre guignol.

Râcle, râcle la gorge.

J’espère que vous êtes focus, cette lune, parce que j’ai plein de conneries à dire. On va commencer directement par la récompense. Ladies and Gentlemen, un imposant bonhomme, des tâches sur la gueule et les meilleures lunettes que j’ai jamais vues, Malcolm Bass !

Boum, la musique enchaîne.

 


 
Ce type, je l’ai croisé au cours de mes aventures de coursier. Et il m’a paru bien cool ! Je m’étais dit, putain, voilà un gars qui vaudra la peine d’en faire une réputation. Mais vous emballez pas.

Un contact par radio, et il a commencé à me déballer sa vie, me faire un résumé de cours d’histoire avec plus de trous qu’un fusillé ! Bon, il a mal compris ce que j’avais en tête, je me suis dit. Pas de problème, je vais le rectifier. Mais non, bordel, il a blablaté pendant tellement longtemps que je me sentais perdu. Et pour les exploits, il voulait...

Et bien, ménageons le suspens, vous le saurez après cette petite pause musicale...

Une musique, pas de logo.

Et bienvenu, bienvenu, sur MDA Radio. Tired Of Waiting For You, des Kinks. Super morceau, super groupe. Les meilleurs. Pas comme vos histoires.
Rien, sérieusement, rien du tout ? Pas même une p’tite anecdote ? Trop occupé à écouter Reggae Radio ? Bah, je vous blâme pas, je ferais pareil. Si j’étais sourd.
Non, en vrai, pour se taper un bon trip, les deux genres se valent, on va pas mentir. N’empêche, je voulais entendre des histoires, moi. On se fout sur la gueule et tout d’un coup on se boude ? Très bien, très bien. Moi, je suis payé pareil. Je crois ?


Petite émission alors pour cette lune. C’est vrai que je parle beaucoup, faut savoir me calmer la gorge. J’ai pas la motivation de parler d’un sujet important ce soir, alors on va plutôt passer de la musique et parler de tout et de rien. Ouais, faut aussi savoir varier les plaisirs.
Comment ça va, vous, ça se passe la survie ? Vous vous emmerder pas trop ? Je sais que quand on vit dans une communauté, sans problème et sans but, on commence vite à perdre goût à la vie si on se met à bosser à la chaîne, comme à l’époque Pre-Crash. Moi ? Ça va bien Brigitte, merci de demander, je vis des aventures encore sympa. L’autre jour, je suis allé récupérer une clique de paumés pour les ramener à la MDA. Y’avait une punk, un animal vert un peu étrange, et devinez qui… Extracteur de jus ! S’appelle Magramme, en fait. Je vous dis pas la galère pour ramener tout ça. Mon voilier flirtait un peu trop avec la ligne de flottaison. Je déconne pas, on a bien failli arriver à la nage. Après, je blâme personne hein. Personne, vraiment. Ça devait être, heu… Les marchandises, voilà.
Et puis, c’était quoi la dernière fois déjà ? Ah ouais, des aventures avec le groupe, là… Girl2Men ! Des types en or. Surtout Joey. J’ai pu conduire Suzanne, un truc énorme, vous me croiriez pas. Grâce à ça que j’ai pu rencontrer Malcolm, d’ailleurs !
Enfin, assez de moi. Une musique. Ma sensation devant cette radio.


Quand la musique s’arrête, un silence. Un peu longuet. Ouverture de porte, l’animateur semble être revenu.
Merde, c’est déjà fini ?
Bon, un jeu-concours ? Vous savez quoi, comme personne n’a rien raconté, je continue celui-là. Je m’obstine, ouais. Et le gagnant ? Il gagne le prix de deux lunes. Six crédits !


Non, ça fait trop. Peut-être. Vous savez quoi, quatre crédits pour le meilleur, et deux crédits pour le troisième sur le podium. Pis le deuxième, bah… On verra. Surprise, surprise. Une histoire, de la drogue impliquée, vous avez ça en stock ?

Allez zou, passez une bonne lune. Et rappelez-vous. De MDA Radio. Est-ce que vous vous souviendrez, de MDA Radio ?

C’est participatif? .. Mmh.. y’a pas grand monde...

J’ai pas d’histoire.. Pour moi, fut un temps ou sniffer du plastique fondu était une question de survie.. plusieurs lunes d’affilée...

Un soir, j’ai vu de la lumière.. La dessous?!? Vous vous rendez compte?? Un truc aveuglant au possible... J’ai p’tetre bien eu une vision du St Photon..


 


A l’ombre, rien d’nouveau...

La ligne grésille avant que retentisse une abominable cacophonie de toux et de crachat. Après quelques instant une voix grave et rauque se fait entendre.

Ici Max la moustache !
Se racle la gorge
Déjà je tiens à remercier monsieur McCoy pour sa supeeeeerbe émission. Putain les mecs c’est bien le seul truc intéressant que j’ai trouvé à écouter quand j’ai rien à foutre… Et en ce moment j’ai vraiment rien à foutre.
Bref putain de bonne émission ouai !

Quand c’est  de la musique hein ! Pas quand l’autre grognasse de Manon jsais pas quoi vient nous éructer ces problèmes menstruels qu’on en a rien à FOUTRE ! Ouai…

Tousse puis crache

Sinon… La moustache se lance dans ton concours ! 
Figurez vous  que j’ai une histoire de défonce pas banale qui m’est arrivé y a pas si longtemps…

J’étais encore dans cet égout putride à chercher mon chemin vers la lumière…Et vla pas les gars, tenez vous bien qu’au fond de  ce trou  merdique, naviguant entre les étrons et les ordures je trébuche sur…Une caisse remplie de téléphones… Savez ces vieux téléphones filaires qu’on trouvait sur n’importe quel bureau de secrétaire à l'époque… Allait savoir ce que ça foutait là...

Renifle longuement

Putain c’était bien ma veine moi qu’avait plus rien à me foutre dans le pif…Ni une ni deux j’arrache un combiné et commence à le cramer avec mon fidèle zippo. Et bim bam boom aussi sec je snif je snif j'enchaine les lignes…

Il se marre avant de le dire

Les lignes…De téléphone ! HAHA

Et là je sais pas ce qu’a vrillé dans mon cerveau j’étais déjà grave défoncé mais d’un coup…Le putain de téléphone fumant NOIRE  se met à SONNER !
PAF je décroche… Direct j’entend que c’était cette salope de Ruth… J’entendais sa voix qui me demandait ou j’étais et qu’elle voulait me branler et sentir mon foutre chaud au fond de sa gorge et ce genre de conneries… Vous voyez quoi…

UNE CONNEXION DIRECT AVEC L’ENFER !




Un truc de barge !
Direct j’ai saisi l’opportunité et… Ma bite !
Et j’ai commencé à m’astiquer en écoutant l’autre macchabée m’expliquer comment elle voulait sentir ma grosse moustache dans son trou du cul…


Après c’est hyper flou… Je me suis évanoui ou un truc du genre… Trop d’émotion sans doute…

En tout cas quand j’ai émergé quelques heures après j’étais par terre dans ma gerbe et mon foutre et j’avais l’oreille droite complééééééétement niqué… Cramé par le téléphone fondu… 
Voilà...                                        


Ca  mon MC COY c’était une sacré défonce ! Parole de MOUSTACHE... Du coup pensez bien que j’ai gardé un de ces fameux téléphones avec moi…
Pas folle la moustache...


Tous les mots sont fins quand la moustache est fine

"Wow... Ben mon cochon...
Tu pourras, genre, laisser tomber le téléphone avant de nous rejoindre ?

Ouais, on est sur la route devant toi, là. Je suis sûr que ça te feras genre, du bien au karma et que tu boiteras plus après. Vis à vis de tourner la page et tout ça."


L'homme de fer à repasser.

Bon, Elton, je t'avais promis.
J'avais peur que personne ne réponde, mais je vois que t'as été servi.
Je vais pas raconter mes cuites et ce que je fais quand j'en prends une.

Reniflement
Je vais plutôt raconter une cuite méconnue, ou une défonce dont on ne s'est pas rendu compte, mais pas la mienne.

Un silence.

Celle d'Erika et d'Austin, il y a un sacré paquet de lunes !
Il rit.

C'est à cause de l'état dans lequel ils étaient que nous sommes dans cette situation.
C'est aussi à cause de ça que leurs amis de Busan sont morts.
Je m'explique.

il s'éclaircit la gorge.

L'alcool et la drogue ne sont pas de bons conseillers.
Si Erika et Austin n'avait pas été défoncés, ils auraient pris la bonne décision au bon moment.


Une pause.

Lors du projet d'attaque contre l'Enclave, ils avaient deux choix.
Rejoindre le Nord avec qui ils avaient conçu le plan machiavélique contre la Déchekrie. Choix qu'ils ont fait.
Ou rejoindre le Sac comme je le leur avais proposé.
Oui.

il se marre.

S'ils avaient rejoint le Sac, je suis près à parier que les Zeks se seraient suicidés et nous serions vraiment dans une situation bien différente aujourd'hui.
En paix quoi... Pas en paix radicale.

A partir du moment où l'ivresse leur a fait faire le mauvais choix, ils sont responsables de la suite.
Leur décision de monter vers le Nord m'a obligé à me rapprocher de Jansen et de l'inviter à venir se réfugier au Sac, sinon, on peut être sûr que les pacifistes du Nord auraient envoyé Nick et compagnie nous dégommer en unimog
.

De cette décision est née la situation actuelle et les évènements malheureux qui l'ont précédée.

Un dernier silence.

Peut-être qu'ils n'étaient pas bourrés.
Peut-être qu'ils sont juste cons.
Allez savoir !


*clic*


"La guerre est terminée"

Voix grave, genre les basses ont été augmentées. Il faut toujours compter sur les basses. Même les hautes.

Ici le mastermind qui vous parle. Le grand strateguerre du nord, du sud, de l'ouest et de l'est. P'tre même de l'underground et du paradis, aussi.
Tremblez, vermines rebelles devant le bruit de mes bottes finement cirées, que même not' frenquentiste, il a du kiff dans les yeux.
Tremblez car l'Enclave n'est pas morte, elle se cache, dans les villes, dans les campagnes, s'infiltre en chacun de vous... Sauf miss theiere, j'crois que ya plus la place.
Il fallait l'eradiquer ! Car telle etait sa puissance sans commune mesure. Je possedais en mes mains une puissance telle qu'Alex Law changea trois fois de couleurs à l'idée que nous puissions mettre notre equipage de quatres pauv' bougres au service du Nord, et du se compromettre avec l'immonde Dorito. Imaginez la terreur ressentie dans le cul de sac à cette idée qu'ils avaient eux-même tenté de provoquer par des appels du pied.

"Psst. La mechante arrive. Venez dire coucou, on a absoluement pas prevu de s'associer à eux, z'allez voir on a des cookies."

Mais j'avais pas faim. Plutot soif, en fait. Soif de prendre le large, voir du pays. Et pas finir dans un cul de sac. Voyez l'idée. Pis m'sieur Law, il a un p'tit soucis avec les quat mains qui vous font des doigts. Ou l'inverse. J'sais plus. Le genre bipolaire à quat' branches.

Imaginez qu'le mec, il croit réellement c'qu'il dit, quand il parle de faire la paix radicale. Moi qui croyait qu'la paix des canons, c'etait un truc has been. Ouais j'ai tenté d'la soutenir, moi la paix. Même si m'sieur Law etait pas bien fut fut, à refuser d'negocier des termes et des traités, d'etre civilisé quoi. Pasqu'un traité, ça claque, ça s'encadre, ça fait beau dans l'salon quoi.

Vlà la gueule de bois qu'il a du s'taper quand il est r'descendu. Quoique. J'crois qu'il plane encore. Ca compte pour l'temoignage, m'sieur radio ?

En fond sonore, toute proche, une voix féminine familière avec son petit accent de l'est.
- Genre, on est tous le con d'un autre. On a surtout été cohérent... Tu peux pas juste leur dire qu'on a tiré ça à pile ou face, ou fait un pierre-feuille-ciseau ? Non, parce que s'il faut refaire l'histoire en théorisant, on n'a pas fini. Je préfère retourner faire la fougère. Enfin étudier la photosynthèse de ce nouvel écosystème planétaire... Et trouver des tardigrades pour accélérer le processus d'évolution humaine en jouant à la roulette russe...

Et la titine de reprendre de plus belle.

Ouais aussi. Sauf que j'avais fait puit, et on s'est engueulé et... ah nan, ça c'etait la veille.
Moi j'dis, avec des si, l'genre sauteuse quoi, on peut couper decouper l'livre d'histoire et recoller les morceaux pour se faire des kiff, et imaginer des trucs.
Genre, moi j'ai reussi à utiliser Alex Law pour avoir Wall Axe. Et du coups c'etait bien sur. Un axe, des murs, et un type qui raconte des machins à la radio... Le cul d'sac etait germain, et pas l'genre cousinade.
Refaire l'histoire, c'est rigolo.

Mais c'est pas tres pertinent.


La déconne est compliqué. Faut dire que les cons aiment le rester.

*Baille bruyamment*

Elton? Encore un morceau s'te plait?

- Monsieur Max... Hmm... Je reconnais ta voix à toi mon lapin. Je t'ai entendu sur une autre onde plus restreinte... Et tu sais, je t'ai dans mes petits papiers, alors j'ai hâte que tu vienne me cracher à la gueule en direct tes conneries qui te donnent l'impression que tu es quelqu'un. 
On verra si, toi, le petit rat fraichement sorti de terre, tu la ramèneras encore.


NoOKs

La voix rauque de "Monsieur Radio" qui se penche sur le micro.
Juste pour Eiko, et aussi pour les embrouilles à plein nez. Patientez donc le début de lune.



 

Hey baby if you want it so fast
Don't you know that it ain't gonna last
Of course you know
It makes no difference to me

...
 
Oh oh oh you'd better cool it down
You know you'd better cool it down
You know you'd better cool it down
You know you'd better cool it down



 

(Et woué...l'histoire, eternel remake !)

Repensant à Newton et sa putain de gravité...Sans retenue et armé, prenant l'assemblée à témoin de ses délires, ça sert surtout à ça d'avoir un flingue :

- NEWTON !...Putain !
Le mec y se prend la murge de sa vie, et découvre la gravité !  T'y crois toi ?! Haha
Avant tout le monde volait...Tranquille et tout ! Et à cause de ce connard on s'est tous mis à marcher...
Et toute cette merde à suivi !
'Culé de Newton !!


Finissant la bouteille de Vodaka, retirant son chapeau melon qui commençait à avoir du mal à retenir la condensation, pour le poser autour du goulot.
Il en dévisse une deuxième.


- Et woué les mecs...C'est à cause de Newton tout ce bordel et uniquement lui, cherchez pas !

A cause de lui, d'autres ont dû développer l'alcool et tout un tas de merde plus ou moins douteuse parce que le besoin de voler on l'a toujours en nous, pas vrai ?!
Grâce à lui, alors du coup on devrait dire hein !?

* Rire jaune *

Lorgnant d'un œil méfiant le flingue posé à côté de la bouteille...Reprenant une longue gorgée tentant d’effacer les images morbides peintes dans son cerveau par les esprits des morts,  et qui prenaient une fois de plus sa tête pour une foutue imprimante.

Sur la fréquence de la MDA Radio, un monologue, qui semble avoir déjà commencé. Et une musique. Une putain de musique.


… Choose DIY and wondering who the fuck you are on a Sunday morning. Choose sitting on that couch watching mind-numbing, spirit-crushing game shows, stuffing fucking junk food into your mouth. Choose rotting away at the end of it all, pishing your last in a miserable home, nothing more than an embarrassment to the selfish, fucked up brats you spawned to replace yourself. Choose your future. Choose life… But why would I want to do a thing like that ? I chose not to choose life. I chose somethin’ else. And the reasons ? There are no reasons. Who needs reasons when you’ve got heroin ?
 
Le logo finit par se télécharger.


Bonjour, bonsoir, habitant du Fract’, et bienvenu, mettez vous à l’aise, en écoutant MDA Radio. La meilleure radio du moment.
Ici votre animateur favoris, votre bien-aimé connard qui avance près du micro sa voix défoncée pour, encore une fois, vous divertir à la place de vos conneries habituelles. Prêt ? Tout le monde à son pétard dans le bec ? On peut commencer.

Grand gagnant du concours, et l’un de nos plus fidèle auditeur depuis les débuts de cette radio, écoutez bien bande de branles, c’est Max la Moustache ! Un trip d’enfer, des vannes, du sexe, une belle morale, vraiment, chapeau.
Bwhaha. Un trip d’enfer. Putain je suis marrant aussi, Brigitte.


La moustache est donc récompensée de… 4 putain de crédit. Je sais pas si c’est ok avec Alex de combiner deux lunes, mais j’y vois pas de problèmes ! Allez zou, l’économie.
En deuxième place, Josh, qui est juste en train de s’en taper un, de trip, en plein dans le bar de la MDA. Bah j’sais pas, on va dire que tu gagnes 1 crédit ?
Pis le reste, vous essayez presque pas, et Alex a refusé de gagner une récompense. Ainsi vont les choses.

Bon, mais c’est pas tout non plus ! Je profite d’être là pour annoncer un terrible décès. Ouais, je prends le job de Radio funèbre, tant qu’à faire.
Une énorme perte. Gigantesque. Gargantuesque. Magramme, dans un élan de folie affamée, a estimé que sa ration était trop petite. Alors elle s’est mise à attaquer le comptoir, comme ça. C’était assez ridicule. Rest in peace, avec ton extracteur de jus.

Hop, petit vinyle le temps de la pause clope.


Que de bonne humeur, que de bonnes nouvelles, qu’est-ce qu’on s’amuse dans les tréfonds du monde Post-Crash. On s’amuse tellement qu’ici à la Maison des Algues, on a amélioré un peu nos structures, pour être un peu plus à la cool. Certains aiment pas le design, mais qu’est-ce qu’on s’en carre ? Depuis quand un Fractalien ça aime ce qui est beau ?
Enfin, du coup on est tous là, y’a du monde, et ça fait plaisir. Vous aussi, vous vous faites plaisir ? – Nan, pas dans ce sens là, putain.
Si c’est pas le cas, que vous êtes par exemple un esclave sexuel en train d’écouter la radio d’une oreille pendant que vous vous faites enculer par l’autre, rappelez-vous des prescriptions d’Elton McCoy. Prenez de l’héroïne. Ou faites comme Magramme, tuez-vous, le principe des survivants c’est de pas être beaucoup. Sélection naturelle, mon pote. Mais c’est quand même une sale option, je vais pas vous mentir. Ou bien, faites les deux !



Des voix dans le fonds.
Voilà voilà, on arrive à mon point de chute. On va refaire un jeu : Je suis inutile, sauf si on m’utilise. Je suis débile, mais ce n’est pas ma faute. Et autrefois, j’étais objectivement plus cool que maintenant. Qui. Suis-je. Putain.
Ça pourrait même faire le sujet de la prochaine émission, tant qu’à faire, parce que là ça part en vrille cette radio. J’crois que c’est moi qui vais vous raconter des histoires la prochaine fois. Mon expérience avec les champignons, par exemple.
La récompense ? Boah, devine !


McCoy, out, tout ça tout ça, la bise sur vos sales gueules. J’vous laisse, j’ai une seringue à me mettre dans les veines.

La dernière chanson résonne finalement sur les ondes, Heroin, de Velvet Underground. Mystique.

 



(Soyez pas con, vous avez bien vu que c'était le mauvais lien !)

Raclement de gorge. Mouvements dans le studio. Installation de vinyle. Téléchargement du logo. Vous connaissez la… Chanson.



La musique marquant le grand retour des McCoys sur l’émission fades out pour laisser parler le capitaine.
Vous êtes bien sur MDA Radio, et je suis Elton McCoy, berger des mers du sud et animateur fidèle à son poste. Sans compter les épisodes spéciaux, nous sommes au sixième épisode de cette fantastique série de monologue râpeux, à la lune 134 d’après les calendriers du comptoir, et à regarder la météo, il doit faire un bon 30°c, par ici. J’aimerais aussi mentionner que cette émission n’est pas pour les enfants, en raison du bon nombre de conneries que je peux déblatérer à la minute. Evidemment, je fais cette déclaration uniquement pour rappeler aux gosses qui écouteraient à quel point ils sont cools.

What’s up, you cool baby ?



D’après vos réponses, chers auditeurs, y’en a pas un seul qu’a trouver le temps pour répondre au jeu. Pas un seul, pas une sale vanne ! Vous êtes tous trop gentils. La réponse, c’était un Zombie, bien sûr ! Bande de tanches. Pour l’occasion, j’ai amené un invité très spécial, ou plutôt une invitée, veuillez faire un silence contemplatif pour… Personne ! Non, je déconne pas, c’t’une meuf qui s’appelle vraiment Personne. Esclave zombie de la badass Ghalyela, je lui ai pas vraiment demandé la permission pour l’emmener dans mon studio, alors s’il vous plaît, lui dites pas, hein ? Je pense que de son côté, Personne va garder le silence. Enfin, vous m’avez compris.
Alors, Personne, ça fait quoi d’être une zombie ? Pas trop difficile de gérer les préjugés ? De se faire considérer par des cons sidérés ? De s’attarder avec d’autres attardés ?




Un silence.







BWEEURGWH !

On peut entendre une exaspération, vraiment, vraiment profonde, du type qui vient de comprendre pourquoi est-ce qu’il est si con, et qui, dans un dernier effort visant à couvrir sa mésaventure honteuse, met en place un autre vinyle.




Remplaçant la musique, un acharnement sur le zippo fait comprendre qu’on fume toujours dans le studio d’MDA Radio.
Allez, on se remet dedans. Ça ? Vous en faites pas, je suis passé au joint pour remplacer mes clopes. À défaut de me souvenir de mes rêves, ça me donnera des idées ! Bon, maintenant que l’autre zombard s’est tiré, je vais pouvoir passer à la rumeur de cette chronique. Parce que ouais, depuis un certain temps déjà, on entend des histoires parmi les nomades qui traînent au comptoir… J’ai nommé : la légende de Zala la Zombie.

Pour ça, il faut que je remonte à une autre époque, un temps où Asia dirigeait encore le Nord – avant de se faire salement buter –, où des vagues de paumés émergeait des égouts d’un Sud paranoïaque – avant de se faire salement buter –. Un temps où les malheureux n’avaient pas la chance d’écouter MDA Radio ! En ce temps-là donc, une pillarde venait de sortir son gang des souterrains pour ramper sous le soleil du désert. Apparemment, la maligne s’était mise à bosser pour le Nord et le Sud en même temps. Sauf qu’après avoir piller des carcasses dans le désert, faut croire qu’elle s’est fait taper sur les doigts ! Ou la tête, sûrement. Bref, l’a clamsé, quoi.
Mais c’est là que ça devient flippant. Parce que d’après les rumeurs, y’aurait une tarée, la tête éclatée, qui continue de marcher dans le sable. Une zombe, ouais. Elle serait revenue d’entre les morts ? C’est quoi l’histoires, une nouvelle maladie ? C'est pas de la zombinite régulière, ça. Moi, ça me donne pas envie d’y foutre les pieds, je vais vous dire. Et si Zala, boîtant sur ses deux guibolles, se mettait à réanimer tous les pécores qui mangent les cactus par la racine ? Z’imaginez, une armée de zombards, qui rôdent dans le désert, avec comme leader une cheffe de guerre déjà crevée et vindicative ?


Non, moi je vous l’dis, si c’est une épidémie, je préfère rester chez moi. Dans mon petit studio, sur l’eau, ça c’est efficace, bordel. Le contact humain, c’est surcoté.
Anyway, stay safe in the desert.



C’était la rumeur du moment. La lune prochaine, on fera peut-être une émission sur la Maison des Algues, tellement c’est la meilleure communauté. On parlera de ses habitants, de sa religion prédominante, de ses problèmes d’eau radioactive, et bien sûr, du danger des accidents, qui peuvent arriver n’importe où, n’importe quand ! Pourquoi vous croyez que je fume dans mon studio, moi ? Sacrément bon ce petit pétou, d’ailleurs.
J’vais même essayer de continuer d’avoir des invités, c’est marrant, ça. Je suis sûr que l’élu de la Lumière ferait une super interview. Et la fois d’après, la sirène de la MDA, si on arrive.


La voix de l’animateur prend un moment pour se manger un truc. Difficile de déterminer ce que c’est, mais si vous deviez faire un guess, ça vient de la mer. Et même si vous avez du mal à y croire, il a l’air de se régaler, ce con.

Mch’aller, je reviendrais, avec d’autres histoires géniales. Encore un jeu ? Allez, je suis cool. Balancez des astuces de survie, les vôtres perso de préférence, histoire d’éduquer un peu les pauvres connards qui seraient encore coincé dans leur bunker. J’arrose de crédits les meilleurs.

Eh, soyez pas triste. J’reviendrais j'ai dit. Écoutez, une musique de mes quatre punks préférés, qui décrivent ici ma relation avec mes auditeurs sur notre superbe radio. McCoy, out.

Trop de chute et manque de conclusion, pas étonnant que cette blague ne fasse plus rire personne.

Technique de survie mmh?... Vous connaissez tous le rationnement... Mais connaissez vous le rationnement du capturé? ...

Dans mes peregrinations en dessous, j'ai pu croiser nombres de novelles ames, toutes fraichement moulues. Certaines motivées, d'autres moins.


On peut pas vivre seul.. donc.. forcement on se regroupe!  Et on partage les ressources pour s'en sortir.

Croyez le ou non, mais certains vous plantent en chemin et decident de zombifier... Quelle horreur quand vous constatez que la bavouille point sur l'coin d'la bouche du p'tit nouveau qui avait l'air motivé et qui porte toutes les provisions de flotte de l'équipée en pleine pénurie? ... Ouais.. sale hein? ...

Donc j'ai pratiqué une certaine technique.. la ration du capturé.. ou la ration de l'enculé! Comme vous preferez..

L'idée, c'est de toujours donner une ration qui permettrait a votre pretendu pote qui vous laissera tomber de devenir assez faible pour.. avoir une chance de le capturer!

Et de recuperer vos merdes.. et d'avoir un esclave pour aider vot' p'tite équipée si votre ancien pote avait pas les mains carrées...

Voila... c'était l'astuce de la ration d'l'enculé...

Pas beau.. pas jojo... mais hey... on parle de surive nan? ...


A l’ombre, rien d’nouveau...

Après un grésillage intensif sur les ondes, quelques coups de batte, et l’apparition des saints esprits du Fract’, la voix rauque de l’animateur finit par soupirer de soulagement. Enfin.
Aucun problème technique, ne vous en faites pas. Un petit feu, ça arrive sans crier gare, à la Maison des Algues ! Mais ce sera pour une autre fois, ça. Qu’est-ce que je disais… Malcolm, oui !

Pour les exploits de Malcolm, il voulait…
Que je contacte moi-même des personnes. Il a cru que je faisais un biopic sur sa vie, en fait ? Que j’allais me casser le cul à faire des interviews ? Dans sa liste de contacts, y’avait même la fameuse Erika. Pour toutes les cigarettes du monde, j’aurais pas fait ça. J’aurais préféré écouter Kev Adams- Bon, peut-être pas.

Allumage de clope, soufflement désabusé sur le micro. C’est comme si on l’entendait secouer la tête.


Enfin, voyez-vous chers auditeurs, je suis un type honnête. À peu près. Je balance toujours la vérité, ce qui me met dans ce genre de situation désagréable. Mais j’ai aussi promis une bonne réputation, et je vais la faire !
Malcom, donc. Le gus est quand même pas la moitié d’un con, et au vu de son parcours, je peux vous dire qu’il en a niqué plus d’un pendant son ascension vers le pouvoir et la gloire. Ses aventures à l’EHPAD -me demandez pas si c’est un acronyme qui veut dire un truc, j’en sais foutrement rien et tout le monde l’épelle à sa façon. – l’ont amené à prendre en charge une communauté, à se trouver une copine Emanøn-, et remporter des victoires en compagnie de vieux et de 4x4. Il s’est fait des potes, comme Scott, un playboy que j’ai aussi pu rencontrer pendant mes voyages. Sacré cul, celui-là.
Merde, ça m’obsède maintenant. Y’a encore un vieux en vie pour radoter sur l’HE- EPHA- EHPAD ?
Bref, après c’est des histoires de Déchekerie, d’enclave, dont la plupart d’entre vous ont encore des PTSD. Opportunités, chance, sauteries par-ci par-là. J’ai que les grandes lignes, et je m’en branle un peu. Ceux qui connaissent s’en souviennent, et ceux qui connaissent pas ont qu’à vivre leur propre traumas.

Malcolm, chers auditeurs. Le tacheté du sac, atout un poil nihiliste de la patrie, apparemment aussi un poil égotripé, et fier de ce qu’il a pu apporter au sud, qui est quand même plus cool maintenant, faut bien reconnaître ça. Enfin, en tout cas, ce sera toujours un meilleur coup qu’Emanøn !
Consumation du bout sa cigarette. Soufflement amusé.

Allez zou, on passe aux rumeurs.
D’après la Junkie, et je sais que c’est l’avis des sceptiques aussi, la paix est une espèce de gros complot visant à défoncer le nord. Laissez-moi débunker ce genre de conneries.

Musique qui se lance. Elle reste un moment avant de fade out sur la voix d’Elton.


Écoutons donc les sages paroles de Presley.
Non, la paix n’est pas un complot, bande de paranoïaque. C’est juste le sud qui ouvre enfin son esprit. Y’a une monnaie, y’a du commerce, y’a même de la culture -ma station ! – Bref, on se porte bien. Ce genre de rumeur, c’est un argument de ceux qui n’ont pas d’arguments contre la paix. Maintenant vous vous dites, « bordel il est vachement politisé cet enculé de McCoy », mais le pire, c’est que je m’en fous ! Et puis, même si c’était vraiment le plan, d’annihiler le nord, qu’est-ce qu’on ferait après de tous ces espaces vides ? On a aucun moyen d’exploiter tout ça, c’est pour ça que c’est important la collaboration, on devient plus nombreux et on peut rebâtir un semblant de civilisation.
Enfin. Je sais bien qu’on s’emmerde vachement si on peut pas niquer quelques connards de temps à autres, et les ennemis communs c’est vachement efficace pour lier des peuples. Faudrait balancer plein de gamins dans le désert, voir qui survit, ou bien faire des arènes. Si c’est bien commenté, on se taperait des bonnes barres.


Un silence contemplatif. La voix râpeuse prend un accent d’attardé.
« Gneugneu faut changer le monde avec des paroles et des jeux »
Ok, j’ai pigé, je garde mes idées. Venez pas me geindre dessus. C’est juste que je viens de rentrer d’opération, j’ai le temps de penser, je dois me réhabituer à la routine. Heureusement, il se passe toujours des choses à la Maison des Algues. Pas plus tard que y’a pas longtemps, on a vu La Main en personne en pleine mission pour exploiter du charbon, à l’ouest. Alors ils sont là, avec leur bateau à vapeur, à passer devant nous avec leur fumée parce qu’on est à l’embouchure. Si c’était pour être discret que vous nous avez pas dit bonjour, va falloir retenter. J’ai l’œil.


Bon, un p’tit jeu concours de fin. 0.5 crédit pour le gagnant. Je suis pas financé pour ces conneries, donc c’est de ma propre thune qu’il s’agit là. Et si c’est un gars du nord qui gagne, il peut choisir alternativement que je pourrisse la réputation d’un connard de son choix. Sauf si c’est mon pote. Et j’ai entendu personne me souhaiter bon anniversaire.
Quelle va être la prochaine musique d’intro ? D’après l’un des meilleurs groupes de rock de tout les temps, prenant pour nom la tactique de guerre-éclair que faisait mes ennemis du IIIe Reich. Pour les zombies, les enfants ou les camés qui connaissent pas le titre, chantez-moi les paroles. Chantez, putain, chantez.


Clope qui s’éteint contre le micro. Bruit de fond, déplacement de bordel dans la studio.
Ça fait déjà trois musique, non ? Pas de musique de fin, mangez vos pleurs. La bise à Malcolm, qui tient une place dans mon cœur. À toi aussi Erika, je fais du foin, mais au fond c’est parce que t’en vaux plus la peine que les autres.

Mouvement de matériel, puis arrêt soudain. Reconsidération.
C’est bien parce que je vous aime bien -et que j’ai raté mon timing de diffusion maintes fois-, mais prenez pas l’habitude d’être aussi gâté. Je vous laisse avec une chanson sur ma ville natale, méditez donc là-dessus.
McCoy, out !

Alors du coup je vais le recevoir quand mon extracteur de jus M'sieur Coy ? Non parce que quand même, vous m'avez oublié je pense, alors que je passe pas inaperçu et si vous pouviez me mettre un spectacle de Kev Adams, moi j'aimerais bien, parce que j'aime bien et lui au moins je le comprend.

Cette radio lui redonnait le sourire, et soudain quelques chose se produisit, une prémonition, un trou dans le futur

"Merci Monsieur MaqueCoye je dois d'abord... heu... réfléchir à ma chanson, je ne sais pas laquelle sera la meilleure, et ... heu en écoutant votre radio, j'étais assise et des lettres me sont venue... comme heu... en faite je sais pas... et je crois... que je dois vous les dire ces lettres que j'ai vu... alors y'avait un R. un A. un M. un O un N. un E. un S ... heu et un B. un L, un I, un T heu... un Z, oui bizarre heu... et un K heu... un R, un I , un E, un G aussi, je dois être fatigué cela ne veut rien dire et après toutes ces lettres y'avait Bop ... oui Bop et plus rien, ça vous dit quelque choses Monsieur Maque Coye?

J'avais prévenu, j'ai des tas de merde à raconter.
Mais c'était vachement fun !
Tu peux revenir jouer avec le camion quand tu veux Elton !

Une longue hésitation silencieuse que seul vient troubler le brouhaha citadin lointain, et le son d'un briquet.


J'ignore qui est Kev Adams, et je ne suis pas certaine de vouloir le savoir. Dans tous les cas, le spectacle est fini, le rideau est tombé, et les coulisses sont confortables. Et comme je ne bouffe pas de clown aux repas, sauf si je pouvais me farcir Grippe-Sou et garder sa tronche aux dents pointues si sexy en guise de masque pour que ce soit Halloween toute l'année...

Bref, pour la faire courte, je ne vois pas ce que vous attendez de moi. Rien serait parfait.

Devrais-je entrer dans les détails ? Non, ce n'est pas le lieu et on s'en tape le coquillard car cela n'a pas ou plus la moindre importance ou uniquement celle qu'on daigne bien lui donner. Donc tapons-nous en le coquillard.

Cependant, et vu que vous m'interpellez, je vais vous détromper car si je devais discourir ou je ne sais quoi d'autre - c'te blague ! - sachant que mon temps est plus précieux ailleurs, je serai bien plus belliqueuse que ne le seraient les représentants du nord sauf votre respect, Monsieur Bass. Oui, revenons au vouvoiement que vous détestiez tant. D'ailleurs, évitez l'abus d'opium, cela peut être un brin trop mortel.

Pour moi, le sud est mort et enterré dans l'indifférence la plus totale. C'est peut-être bien ce que le nord tente de vous faire comprendre, mais qu'est-ce que je peux en savoir ?

Une vague légende brumeuse qui n'existe plus, même si elle essaye de  faire du bruit sur les ondes pour  se justifier, s'auto-congratulant tout en érigeant ses propres murailles façon prison. Pour le reste des rumeurs, tapons-nous en aussi le coquillard plutôt que soliloquer en vain. Que le sud vienne buter le nord ? Je crois qu'ils s'en branlent autant que moi. Après tout, il n'y a rien de grave dans la vie, pas même la mort. Pas de quoi faire un foin, donc.

Sur ce grand moment de joie et d'allégresse bonne enfant, youpi c'est spaghetti... Bonne journée quand même et n'oubliez pas l'extracteur de jus pour la dame qui cherche son kiki, ça ferait pas très sérieux sinon.

La voix se veut théâtrale...
Un peu de grésillements, mais aucun bruit derrière.

Erika !

Tu nous as dévoilés, révélés...
Déshabillés...

Un silence...
Le Sud est mort.


Comme un bruit de grole qui cogne sur un parquet.

Encore une fois.

Et une troisième fois.

Nous sommes morts, donc.
Mais...


Il soupire.

Nous, on cause encore.

Une longue respiration, le ton change.

T'imagine, Erika, que j'organise une sorte de défi ?
Une sorte de concours entre les vivants du Nord et les morts du Sud ?
Que j'arrive à convaincre, les rares survivants de chez nous particulièrement les non-fumeurs, je dirais, de se lancer dans une bafouille, ici, sur la putain de fréquence d'Elton. Chacun raconte ce qu'il veut, même les indépendants peuvent causer et dire ce qu'ils leur passe par la tête, s'ils veulent.

Il a l'air de se souvenir d'un truc.
D'ailleurs j'annonce que je dote, son émission de 3 Crédits-du-Sac par lune !
Une pause...
Le même montant que pour le Jeu-de-la-Lune ! Vous en entendrez parler au printemps ! Pour les Olympiades.
Il les distribuera à ses auditeurs, du Nord, comme du Sud, on n'est pas sectaire, nous.
Ils seront valables dans toutes les villes et comptoirs rattachés au Sac !

Un sourire invisible, qu'on entend sans doute...

Alors bien sûr, tu vas nous dire que le Nord ne fraie pas avec la racaille du Sud ! Ha ha !
Je suis sûr que tu vas nous dire un truc comme ça.
Ou que vos radios sont en panne... Les conneries habituelles...


Un silence comme s'il réfléchissait...

Ou tout le contraire, vous allez retrouver les boutons et couvrir l'antenne de messages passionnants, d'insulte ou d'amour !
Quoiqu'il en soit, ce sera chouette ! Ha ha !


Il souffle.
Le ton change carrément là.

Je t'emmerde Erika.
Vraiment.
T'as que de la gueule et tu ne dis que de la crotte, toute molle en plus.
Il y a 50 trucs qui t'attendent à la Maison des Algues depuis 25 lunes. Tu n'as jamais prévu de venir les chercher... je me suis fais chier à les transporter en plus !
T'es comme tes putains de pacifistes du Nord qui ont bouffé leurs couilles parce que notre paix elle était bien plus radicale que ce qu'ils pouvaient imaginer.


*clic*


 


"La guerre est terminée"

-"La lumière et le saint photon confirme que cette petite pute ne raconte que des inépsies." 
-"J'amais je n'oserai traiter qui que ce soit de "pute", je ne fais que retranscrire ce que la lumière me dit..." 
-"Mais le sud n'est pas mort, loin de là, pas vrais les gars ?"

Un peu hésitant mais sort tout de même :

- T'façon ces histoires de nord et d'sud... En fonction de comment on est tournés ça change tout ! Non ?

-"Non, y'a que la petite Erika qui s'exprime... Enfin qui crache sur le sud. Le nord est mort, et elle veut faire croire l'inverse." 

-"Par la lumière, je met 20 crédit sac sur la tête de cette couarde."

-"Ramenez moi sa tête, et vous aurez de quoi vous payer ce que vous voulez dans le sud." 

- Heu oui, oui. Bon heu... je disais ça comme ça quoi... J'cherche pas les embrouilles déjà. Non car heu... imaginez que je sorte en zone nord. J'aurais l'air fin si j'ai fait le mariole avec les nordiques. Idem avec les sudistes. Ou les oustérossiens ou les essossiens. Quoi ? Ah oui, merde... ça c'est dans Game of Thrones.  Non par contre heu, bon d'un point de vu extérieur si je peux me permettre...  La p'tite chérie Erika là, je suis scotché. On aurait dit, vous savez ? Comme un rôle au cinéma. Genre elle sort sa réplique, bien travaillée en amont par God Hard. Heu.. Godard s'cusez. T'étais actrice ma p'tite caille ? Tu joues très bien en tout cas. Un peu trop à tortiller du fion pour chier droit comme on dit. En revanche, pour le mec juste après, là par contre c'était vraiment naturel. Quelle classe ! Qu'est-ce que vous voulez... le charisme on l'a ou on l'a pas. Mais de tout ceux qui n'ont rien à dire, les plus agréables sont encore ceux qui se taisent. Hein ? Ben ouais, j'ferme ma gueule du coup.

Tutute Bip

Pouah ! Vous avez été long à la détente quand même, c'était la pause café ? Sinon Grodard, connais pas. Je suis pas cinéphile.
Quant à toi Alex, on s'emmerde mutuellement depuis perpète pour pas changer alors euh. Bah voilà, quoi. 


Faut croire qu'elle a cédé à l'appel de Marie-Jeanne, même si elle renifle désormais plutôt pas mal en fin de compte.

Je pourrais bien expliquer le pourquoi du comment, mais ça va être longuet, et je pense vraiment que les auditeurs y s'en carrent l'oignon. Votre nazillard n'avait qu'à pas me lancer et j'aurai fermé ma gueule, tranquille. Cela dit, ça tient en trois points. Si je trouve un truc appelé powerpoint, je vous fais ça.

Quant à ma tête ? Cool ! Je pourrais l'amener sur un plateau d'argent mais si ça gêne pas, faut monter les enchères quand même et que je nomme mes dignes héritiers pour ces crédits... Oh putain, attendez... Ouais, ouais, ouais mais c'est carrément le putain de bon plan les mecs ! Je ramène ma tête, j'ai les crédits, mon héritier ou mon héritière peut racheter le sac !


Un ricanement plus tard... Faut croire qu'il y a encore quelques neurones fonctionnels dans le lot.

Ha ! Vous l'aviez pas vu venir celle-là, hein ? 

Farfouille dans divers papiers, un vieux stylo Bic sur l'oreille.

- M'amzelle Erika, heu.. merde attends, heu attendez. Zut ! Ah heu voilà... tu, heu vous z'êtes plutôt taille 34, 36 ou 38 ? Au-dessus j'pourrais pas. Je heu, enfin j'faisais des photos osées, de l'art. C'était artistique, fusionel aussi. Enfin, vous voyez la.. le modèle fusionne avec l'objectif mais aussi le heu... photographe. Et on bouleversait les codes sociétaux, les heu... moeurs. J'me disais enfin que heu, v'voyez que vous pourriez poser pour moi et vend' du rêve à défaut de parler et d'nous endormir. Mais ça dépend de vot' tour de taille. Par contre vous pouvez oser des trucs comme heu... les poils sous les bras, c'était tendance. Idem si vous avez une petite poitrine, genre 85-b. Là c'est pas Playboy. Je vends que du vrai, du cru... la magie du réel.  Enfin, on verra tout ça le moment opportun. Sinon, j'me présente quand même... Terry Basthard.

- La maussaderie n'est point une fleur qui pousse dans le Sud. A contrario de la FicusFongus Chattus du Nord. 
Nous battifolons, nous jouons gaiement, chantont et nous avons un temple tout neuf où le pasteur a fait un barbecue pour l'inaugurer.
Mon frifri luit d'amour, depuis qu'il a rencontré le beau tâcheté. Il faut dire que c'était au Nord qu'on cultivait la maussaderie. Une odeur d'urine rance et de caramels cuits au sucre récupéré d'entre les dents des dentiers des résidents légumineux...
Mais je ne suis point là pour parler conjoncture reciproque de mon cul sur la théière de nos envies.


Un gros rot bien gras.

- Putain j'avais un truc de coincé dans la gorge là... Quand je rote ca sent la tisane... Bordel faut vraiment que je me trouve à boire.
Hé! Batârd! C'est vraiment ça ton nom? Moi je veux bien faire la playmate! J'ai plus de classe moi. J'ai rien dans le cul qui m'encombre. Je prends toujours garde de ne rien y laisser trainer! C'est mon temple sacré à moi. Même avec des babouches t'y rentre pas.

Malcolm! Tu vas voir si je suis un moins bon coup que toi! Attends qu'j'rentre. 


NoOKs

1m20 les bras levés et autant à l'horizontale gravitationnelle, c'est bon ou pas ? Je suis pas du genre à courir les castings, pas que ça à foutre. Voici ma photo de profil non photoshopée de Fractinsta'. Puis comme y'en a qui veulent ma tête... Haha, on va se marrer même si l'père Alex l'a déjà maté en vrai ! J'espère que vous avez rien contre les masques dentifrice et les pyjamas en pilou. Hein ? Pour le reste, voyez avec mon agent. Agent ? Ouais, comme les flics, l'uniforme sexy en moins.

 



La radio grésille on dirait presque le bruit d'un vieux fax qui s'enroule. 
 


 
 

-"Oula... Finalement je demande que 5 crédits pour la tête d'Erika."

-"La lumière est généreuse, mais faut pas déconner."

Oh bah moi aussi je peux vous donner mes photos M'sieur Bâtard, surtout si ça m'aide à avoir mon extracteur de jus. Niveau dimension je fais comme la dame avant mais en mètre cubique si vous aimez la peinture ou en mètre cubie si vous aimez le vin.

Eh ! Manon ! Tu descends ? De ton trip, j'veux dire. Ou qu't'arrete de monter sur tes grands ch'vaux, nan Malcom c'pas toi dont je parle, faut dire qu'vous passez plus pour des anes, ces temps ci, pasque j'suis vraiment pas Team Mossad. Surtout d'ceux qui la jouent OSS 177, quoi.

N'empeche, faut vraiment avoir l'feu à la chaudiere pour s'assoir directement sur l'bec verseur. Nan mais j'peux comprendre, ça permet d'bruler le calice par les deux bouts, mais d'bout ça use les jambes, et les jambes c'est p'tre l'un des rares trucs qu'tu peux mettre en valeur.
Bé ouais, parce que se vendre sur la personalité... si j'peux donner un conseil d'agent, à agent, faut d'l'entretiens là, et pas que de l'embauche, d'la debauche pasque coté ébauche, ya plus de l'esquice que de l'esquise. Mais un jour t'aura l'illumination... c'qui m'amene à vot' copain là... Mais on va pas tarder, ça vaut pas la peine d'faire des heures supp'.

Surtout qu'le lumineux, il a pas du payer ses factures pour s'prendre pour un phare et finir par s'griller tout seul avec ses bourlingueries.

Et ça parle du ch'nord ! Mes chtis copains du nord, savent pas s'prendre pour des cadors d'la discutaille sterile, mais ils ont l'bon gout de pas s'vautrer dans des discours qu'ont pu de tête. Ouais, d'la queue je veux bien, mais faut finir par en voir le bout, et à force d'asticoter, l'seigneur des mouches va finir par faire un retour d'baton, ça va être d'enfer.
 

La déconne est compliqué. Faut dire que les cons aiment le rester.

Bordel, faut toujours qu'elle fasse chier à ramener sa gueule, celle-là !
C'est la radio de la MDA, là! Si t'as envie de te plaindre, ouvre une autre fréquence ! Peut-être que tes copains les nordistes auraient la force de se réveiller pour t'écouter parler, mais j'en doute, tu dois grave les saouler.
C'est peut-être même toi qui les endort si ça se trouve...


Elle doit tirer une taffe.

Bon, je suis pas non fumeuse, mais moi je sais garder mes distances avec les trucs explosifs et autre, tu vois.
Donc moi aussi je suis vivante. D'ailleurs le sud est clairement bien vivant en fait !

Mais ça, faudrait que t'y passes, pour le voir ! Pour venir chercher ta merde qu'on a ramené à la MDA, aussi. Oui oui, rien que pour toi !
Mais je te cache pas que quand on a des petits nouveaux qui s'intéressent à ton stock, bah on se prive pas pour eux. Ce serait con de leur dire non alors que tu nous snobes complet à faire ta diva, tu vois.


Elle se marre.

Pfff, racheter le Sac avec 20 crédits... T'es mignonne...
C'est bien, au moins tu fais monter l'audience pour Elton !

D'ailleurs, Elton, un petit morceau pour le sud ?


Eh, Bâtard, un petit conseil... Si tu veux t'amuser à faire des photos osées, je te conseille Emanon, plutôt. Elle sait se cambrer, elle.
Ahah !

Allez, bisous mes chéris, on s'appelle !


Elle se marre et coupe.



Parmi les engueulades, une chanson. Bruit de bouteille brisée.

« On s’sent vivant putain ! »
Il se marre. Genre, on vient de lui raconter une bonne, vaste blague.

Vous m’poussez même à faire des épisodes spéciaux, c’était un complot, c’est ça ? Ma voix suave vous manque tant que ça ? En tout cas, regardez-nous, tous réunis sur ma station, pour échanger des conneries.

Allez, maintenant on est gentil et on tire tous une latte du bédo. Si vous êtes toujours d’attaque après ça, que quelqu’un ouvre une radio politique où on pourra continuer le seul sport qu’on connaît : la joute verbale.
Ou bien restez là, pour ce que j’en ai à foutre, ça me fera toujours plus d’auditeurs.


MDA Radio, la station de tous les Fractaliens. Mais surtout des meilleurs.
McCoy, fucking out.
 

Terry écoute sagement, assis en tailleur et radio posée face à lui. Tous ces gens sont fascinants.

- Alors heu... oui, moi c'est Basthard.. Pas "bâtard". Y'a un "S", v'voyez ? Mais c'est pas grave... M'amzelle Erika ? Un silence gêné se fait. Putain, quel lédron... Oui, heu alors sans vouloir vous vexer hein, la photo là... ça va pas. Oooh non, ça va pas, ça va pas du tout là. Et pis, et pis... vous confondez provoc' et mauvais goût. Les croûtes de sperme seché là, c'est pas cool. Quoi, c'est pas du sperme ? Ah, merde.. Si vous voulez un exemple m'amzelle Erika, ça c'est de la provoc'. 

Bziip bip bip tutut tutut



- Vous saisissez la nuance ? Bon heu... c'est vrai que la fille est canon de base donc elle peut tout s'permettre... Mais vous là, non, non, non. Ou alors c'est un concept à la gloire de la laideur et qui m'échappe heu... D'ailleurs en parlant d'agent, de flics et tout, vous me faites pensez à cette magnifique série que j'ai réalisé sur le thème de la flicaille. Ah ben, heu... ouais. Jugez plutôt...

Bziip bip bip tutut tutut



- Oui, bon heu normalement y'a pas les pastilles puritaines de la censure sur mon travail. Mais allez savoir pourquoi... bon ben doit y avoir un filtre sur les ondes, ou sur  le serveur Fractinsta. C'est dommage, car la p'tite a de bien jolis tétons. Et vous voyez, on peut avoir une p'tite poitrine et donner quand même envie. La taille ne fait pas tout, aaaah non. Ah ben non. Bien, sans rancune m'amzelle Erika. J'aurais essayé on dira... Maintenant, à l'aut' petite chérie qui veut jouer les playmate, envoie une photo que je juge sur place, heu.. avec ta taille, tes mensurations et tout l'tintouin. C'est bien Emanon hein ? Celle qui sait se cambrer et qui n'a rien qui lui encombre la boîte à chocolat ? Putain, la vache... pressé de voir ta p'tite bouille et heu... le reste...

Il marque une pause, gênante.

- Heu... juste, tu es bien majeure au moins ?

- Mais c'est qui ce tocârd qui parle de moi là? On se fait vraiment chier au Nord pour venir pèter une disquette comme si on y avait été invité.
Hé Tocârd, j'te connais pas hein, et si tu dis que tes copines n'aiment pas les débats "qu'on pu d'tête" on peut pas autant en dire pour toi.

Et tu te sens seul Bibi que tu me cible? Je te permets pas d'me juger alors qu'on s'est jamais croisé. Achète toi des potes p'tain.
T'as jamais vu mon petit cul, t'es curieux? Erika la frigide te frustre? Je comprends vu comment elle est acide dans ses paroles, un vrai Roquet. Elle a dû s'enfoncer un peu trop loin la théière dans le popotin qu'elle ne sait plus viser la tasse pour se servir. C'est peut être elle le Kiki que la dame recherche. Il a dû choper la rage entre temps...
Faudra penser à le piquer.


Elle se marre.

Et Bâtard! T'aura pas ma photo, je suis pas du genre à m'afficher, mais t'en fais pas, personne ne fait de tartine sur ma tronche.
Par contre si tu fais des photos comme la dernière que t'as envoyé... Bah finalement ça m'dit rien car c'est un peu d'la merde.

Elton, mets du bon son!

 


NoOKs

Vexén perplee et re-vexé derrière :

- Faudrait savoir, Manon des sources. Un coup tu veux jouer la heu... playmate, un autre coup tu dis ne pas être du genre à t'afficher. Z'êtes plusieurs dans ta tête ou quoi ? C'pas grave, l'Terry trouvera d'autres pépettes avec qui s'entourer. Et en attendant, il va écouter le bon son sur la radio MDMA.

hrp : Véxé, perplexe et re-vexé derrière...

Woa, l'aut elle veut fout' du VIP sur la radio, t'sé. Genre l'coté select, d'nos bon vieux copains du sud. J'crois que j'suis surpris, vu comment qu'ça veut s'ventiler à tout les cardinaux.

Apres j'comprends ouais, ya enfin un gadjot qui t'cible et c'même pas pour s'la jouer kebab sauce samourai. Ca doit t'faire tout drole, l'genre de drole qu't'as pas l'habitude. J'comprends, enfin, non, faut pas dire ça comme ça, ça pourrait sonner trop familier.

Ca doit etre le thé. Ouais, j'suis p'tre pas exotique comme toi, l'cul sur la theiere, mais j'suis sur que t'as des bonnes feuilles. Comme quoi, faut p'tre arreter d'te faire surchauffer la carafe.
Ou qu'à choisir, ya plus d'coherence qu'chez M'sieur Law and Order, ou dl'autre roquet, là j'veux même pas donner un nom. Parait qu'ça les renforce.

Na j'ai d'la peine, hein. L'pauv' Alex a eu c'qu'il voulait, et maintenant ça s'plaint que c'est paisible dans l'paturage du nord.
Faudra aussi rappeller à ces corniauds que... ben j'suis pas nordique. Ouais, c'tout con, mais j'suis autant sudiste qu'msieur Law. Mais j'ai fait comme toi, m'zelle, j'ai elargie mon horizon.
Et qu'ses copains, à m'sieur law, enfin ... ceux qui sont encore là, ben c'etait du ch'nord qu'ils venaient. Ki z'ont tenté d'me virer d'mon sud, en m'foutant six pieds sous terre. Pis qu'ont fait pareil avec ces graves d'gars d'Busan. Comme quoi, hein.

Ouais, l'autre machin il avait raison. Nord et sud, ça veut pu dire grand chose.


La déconne est compliqué. Faut dire que les cons aiment le rester.

- T'as jamais ouvert un Playboy toi hein? Tu fourre des trucs dans la bouche des filles, tu flash et t'es content? 
Une Playmate c'est de l'érotisme, c'est plus classe que tu Miley Cyrus qui suce un bâton. 
C'pas grave, chacun son style, c'juste pas l'miens.


NoOKs

- Ah putain, mais j'suis pas Hugh Hefner hein... Juste j'fais des photos heu... c'est de l'art quoi. Pas pour se palucher dans les chiottes. Regarde, si elle n'est pas belle la p'tite chérie...

Bzzip tututut bip bip



- Avoue quand même que c'est un peu plus recherché que Playboy. Bon, bon... y'en aura d'autres des pépettes pour rejoindre le sensass Terryworld. Ah ça oui, putain !

Fou rire.

- Hé mais t'es un gros pécore toi. C'bien si t'es pas du Nord, et même si t'en étais j'en balance gars.
J'suis juste pas ta pote, j'tai rien demandé alors va parler à quelqu'un d'autre sérieux.
Reviens quand tu sauras de quoi tu parle, j'sais pas va faire un Uno, ca fera peut être marcher tes neurones comme il faut... Pis va faire une thérapie si t'as envie de chialer sur ta condition.

Hé Batârd, non c'est d'la merde tes photos, on dirait que t'as pris un mérou en être d'agoniser.


NoOKs

P'tin ! De vrai, vous faîtes des trucs chelous avec vos théières. J'croyais qu'elle faisait limite de la poésie conceptuelle, mais en fait non. Chacun son truc, je juge pas si c'est vos fuck machines à vous, les gens hein. À moins que c'est une métaphore pour dire que Malcolm ou Alex du coup - ou p'tet les deux ? - on sait déjà plus qui est avec qui que ça ressemble à un soap opera à deux balles la plupart du temps - Bref, que Malcolm et-ou Alex ont un organe aussi petit - voire plus petit en fait - qu'un bec verseur ou quoi ? Ouaiiiis, elle était trop facile. Je me mets à niveau.

Puis toute façon, je tourne au café, mais alors y'en a justement qui tournent pas rond de la cafetière quand même.
Et pour ma gueule enfarinée, j'suis contente qu'elle vous plaise autant ! Hahaha. So perfect !


Une pause à renifler gentiment.

Pour l'artiste en herbe, z'êtes pas doué avec la technologie de l'âge d'or dont les filtres.  Essayez celui avec les oreilles de chat pour voir ?! L'furry c'est connoté, mais parait que c'était hype à une époque. Sinon, les photos sont bof. Le travail sur les angles, la lumière et le contraste, c'pas trop ça. C'est à peine mieux que des selfies pour un concours soirée costumée dans une vulgaire boite à partouze. Enfin l'argentique, y'a que ça d'vrai, MAIS je salue l'effort ! Des artistes même apprentis ça court pas les rues donc vous démotivez pas !

Quant au trop d'objets de seonde main, les gens n'en ont rien à carrer non plus alors pourquoi on s'ferait chier ? Ouvrez une boutique type emmaüs contre des crédits, on sait jamais. Puis ça sera plus dans la veine capitaliste de votre monnaie, non ?

- M'amzelle Erika, je salue vot' ouverture d'esprit. L'Terry fait c'qu'il peut avec son Kodak jetable, les temps sont durs pour tout l'monde. Et pour la p'tite Manon des sources, v'là c'qu'il te répond le mérou.

Ne pouvant s'en empecher, elle prit sa radio pour répondre

" Heu... Bonjour, heu...J'ai pas tout compris... On peux avoir de la musique Monsieur MaqueQuoye... parce que moi j'aime la musique... et les pièces... et pas gens qui vont que parler...et que je comprend rien...

L'homme au melon écoute depuis quelques jours avec un nouvel intérêt la radio, les soubresauts prometteurs d'une nouvelle civilisation de bactéries, en pleine humanisation ou déjà fait on dirait...Puisque ça reparle d'invasion, d'allergie, d'anticorps et tout. Chaud !
Balançant de nouveau sa bouteille au loin et activant l'émetteur :


- L'infidélité c'est quelque chose !
Putain d'amour à la solde du premier qui y passe !
Là, même pas trouvé un bout de SOS à lui glisser dans la gorge...Nan, elle a disparu comme les autres devant l'indifférence du monde et de ma gueule, je la vois bien tentant de hurler de rage que l'eau ne porte pas les cris et les messages...Ahaha, une bouteille sans bouchon c'est un peu comme...Un souvenir sans avoir vraiment vécu, woué !

Désolé, je me la joue un peu perso sur ce coup-là, mais bon c'est vous qu'avez commencé hin les coquins ?!

Perso, j'aime bien l'idée de cette fréquence, pas parce que je traine mon ivresse au Sud, mais bien parce que la vie reprend ses droits dans l'air du temps.
Une vie transpirant les contre-indications, comme vous le faites.
Mais...S'il vous plait, vous égarez pas ! Regardez autour de vous, au cas où vous auriez oublié. C'est l'égarement de nos parents qui nous a amené ici, alors molo sur les promesses au-dessus du Bouton Rouge !
Qu'on s'amuse...Il ne nous reste plus que ça je crois, bordel !
Alors soyez, au Sud, au Nord, mais surtout pas trop à l'ouest...Soyez de nouveaux exemples qui meneront ce que nous sommes vers de nouvelles frontières qui ré-inventeront notre humanité de merde, crasseuse mais vraie !


Passant de l'anticipation à l'archéologie, l'homme mi-melon mi-apache sort une nouvelle amphore à l'enveloppe cristaline, et regarde de nouveau le soleil se coucher, comme chaque soir que la vie lui offre.

- Demain sera un autre jour...Comme chaque jour Microbes !

Des grésillements de radio et vl'à un hymne sur lequel Terry Basthard chantonne les paroles. L'air ailleurs, résigné mais en paix.



It's gonna rain down like black hell
You don't know what's like to be dead
I'm a teach you now, teach you well
You gonna learn how to live in black hell

I've met a demon in your brain'
I think it's time to let it out again
And this world you know goes insane
Never ever gonna be the same again

It's gonna rain down like black hell
It's gonna rain down like black hell
It's gonna rain down like black hell
It's gonna rain down like black hell

It's gonna rain down like black hell
You don't know what's like to be dead
I'm a teach you now, teach you well
You gonna learn how to live in black hell

It's gonna rain down like black hell
It's gonna rain down like black hell
It's gonna rain down like black hell
It's gonna rain down like black hell

It's gonna rain down like black hell
It's gonna rain down like black hell
It's gonna rain down like black hell
It's gonna rain down like black hell

La musique s'arrête et plus à lui-même qu'autre chose :

- Bah, l'est pas mal cette cave après tout. Et l'air y  est plus respirable qu'à la surface. Oooh oui...

La radio se coupe définitivement.

La voix abîmé s’éclaircit la gorge. Téléchargement de logo.


Alors, maintenant qu’on s’est bien marré, il est temps de reprendre l’émission. Bienvenu, raclures de la terre, sur MDA Radio.


Quand la musique s’arrête, l’animateur semble feuilleter des notes. Un grand mouvement indique qu’il a probablement jeté ce bordel dans les airs avant de se concentrer devant le micro.
Une nouvelle lune vient de passer sur le beau désert du Fract’, signe indubitable que chaque couillons de cette terre approche un peu plus de sa mort inévitable. Qu’est-ce que c’est beau, ça, putain. Dernièrement, en plus des nouveaux prix de marchandises dans le sud, tous ont pu entendre les joies des discussions civilisées, et par tous j’entend mes auditeurs, et donc les seules gens qui peuvent prouver leur existence. Le reste n’existe à priori pas.
Tout de suite, un compte-rendu de cette joute ti-ta-nesque. Wouh.
Tout d’abord, grâce à ses pouvoirs psychiques cosmiques, c’est une grande victoire de Cliquette, qui remporte, non pas la somme de 0.5 crédit comme promis, mais de trois. Boum, je m’en bats les couilles, maintenant j’ai le budget. Tu pourras ouvrir un beau compte pour la choupette, Alex ?


Passons au prix qui ont été remporté pendant ce… « Concours » à l’improviste, même si j’en étais pas l’initiateur.
Avec le prix de la voix la plus inutile, j’ai nommé « L’extracteur de jus » ! Je sais pas qui t’es, toi, mais bordel, je sais pas si t’es 13 étages au-dessus, ou 13 étage au-dessous. Je penche plutôt pour la deuxième option. Allez, zou, y’avait bien un extracteur de jus pour toi, il t’attend au sac. Alors, heureuse ?
Haha. Vous avez capté, 13 étages ? 13th Floor Elevators, l’une des premières musiques ? Non, toujours pas ?


Le prix de l’artiste est attribué à… Terry, Terry « Basthard » ! Vraiment, des images qui caresse l’œil, même utilisé créativement pour répondre sur les ondes, c’est fort, très fort. J’allais même t’offrir un truc, de la compensation ou une connerie du style, mais il a fallu que tu dépasses les bornes, Terry. Les musiques, Terry, c’est moi qui les mets. Tout le reste, je m’en tamponne les babouches, mais là, mettre des musiques, c’est un autre niveau d’irrespect. Si tu veux balancer tes sons, fait ta radio, ou va même les mettre sur la station reggae, le pauvre, personne lui répond à lui. M’allez, on oublie ça, et on recommence pas les conneries, d’accord ? Hein, comment ça, je prends un truc si spécifique à cœur ? Dis voir, t’as déjà sucé une Messer, Brigitte ?

Et enfin, vous l’attendiez tous, vous vous en doutiez, ladies and gentlemen. La voix la plus casse-couille est attribuée, mais alors haut la main, à la seule, l’unique, la spéciale Erika !
D’abord, v’voyez, une insulte en retour, tout va bien, on est encore à ce niveau de non-appréciation cordiale. Voilà, je balance des conneries, ce serait dommage qu’on vienne pas me fermer la gueule. Mais après je crois qu’elle s’est mise en tête qu’elle devait discourir ? Quoi ? J’étais en train de répondre à une rumeur de junkie, qu’est-ce qu’elle parle de quoi ? Bon, pas grave, ça « défend » le nord – notez mes guillemets, je pense pas que je l’ai attaqué en prônant la collaboration – et ça dit même de la merde sur le sud.

Un silence. En mode, vous êtes censé déjà comprendre, là.
Mais non ! Parler sur le sud, c’est comme dire trois fois son nom devant le miroir, vous savez pas que ça invoque le big boss, le gérant, Alex Law ? Bon, pis là c’est parti, hein. Je parle même pas de la suite, c’est comme si ça vous faisait kiffer, auditeurs, d’essayer de vous mordre la queue. Non, pas celle-là, coquin de Terry.
Ah, d’ailleurs, pour le visage Erika, ça me fait quand même de la peine, là. Moi aussi j’ai des problèmes de face desséchée, mais c’est pas grave, on trouve toujours des solutions, hein.

Tzzt. Tzzt. Une image qui se télécharge.

Ça c’est moi et les copains, à l’époque, regardez. Vous me reconnaissez tous ? Ouais, c’est juste, je suis au milieu, là ! Ah, qu’est-ce qu’ont foutait le bordel, quand on était tous encore jeune et fougueux, prêt à casser du connard, fraîchement sortis des expériences. Enfin, vous saisissez le principe ? Des bandages sur la face, hop, ça marche super bien contre les sales gueules.

Bruit-signature typique de la station : cigarette qui s’allume, souffle de fumée.
Maintenant, je sais bien que ça risque de repartir en tour de pise, cette histoire, mais bon. C’est ça le but de cette radio, non ? Sans le vouloir, vous avez mis en mouvement tout un monde. Suffisait d’un peu de charisme de ce bon vieux Elton.
Parce qu’au fond, vous le saviez, chers auditeurs. Vous le saviez. Ce que j’étais, tout ce temps.

Une autre latte pendant que le vinyle s’installe. Steve Miller Band – The Joker.


Une fois que la musique s’arrête doucement, la voix rugueuse s’exprime à nouveau.
Ce qui est bien, avec moi, c’est que j’ai vraiment une chouette imagination. Comme ça, on manque pas de jeux. Comme ça, vous pourrez toujours gagner de la thune, bande de radasse !
Un concours un peu différent, cette fois. Il vous est déjà arrivé d’être foncedé ? Cassé, bourré, éclaté, arraché, imbibé, de planer comme si vous pouviez presque toucher les étoiles ? Moi oui. D’ailleurs, si quelqu’un sait ou je peux trouver des champis, je suis prêt à casquer, si ça existe encore…

Vous allez raconter des histoires. Parce qu’apparemment, vous aimez bien causer sur ma radio, alors je vais vous laisser causer. Celui ou celle qui balancera la meilleure de ses histoires de drogué gagnera, non vous ne rêvez pas, trois crédits. Inattendu, ça. Mais rien m’empêche de filer des mentions spéciales, de la binouze, mes propres crédits à ceux qui m’auront quand même fait marrer. Un vote ? Tu t’es cru dans quel genre d’utopie démocratique, Brigitte ? C’est Fractal, ici, merde !

Je veux du bon, hein. Des descriptions de murs qui fondent, des cadavres retrouvés dans la voiture au petit matin de gueule de bois, des embrouilles de dealers, des bad trips incroyablement raté. Et promis, y’aura de la bonne musique en fonction. Aussi, paraît que la meilleure histoire est détenue par le pécore le plus charismatique, qui sait le mieux raconter, et qui est donc plus stylé que tout le monde. Après, je dis ça, vous le saviez aussi, hein. Ah, et avant la fin du passage de lune, je devinerai bien lequel est le plus high de tous. Des intuitions comme ça. Hésitez pas à vous mettre la mine, cette lune, et dites que c’est ma faute.


Un silence le temps d’une taffe. Instant soudain de réalisation.
Oh, merde, j’ai oublié quelqu’un ! Vous vous souvenez des prix du concours ? Pour ma voix préférée, un type que j’ai toujours apprécié sans jamais lui parler, Josh Macadam ! J’ai beaucoup d’espoir sur toi pour le prochain concours, l’ami. On se boit une bière quand tu veux.

Un type qui tousse. Recherche de vinyle dans le studio.
Bon, on va s’arrêter par-là, je crois. Je pense qu’il y a eu des petits ronchons, dernièrement, parce qu’ils ont été un peu agités par les Clash. Alors je vais vous calmer un petit peu, et vous rappelez l’une des raisons de votre écoute de cette station. Listen To The Music, Doobie Brothers.
McCoy, out.



Don't you feel it growing, day by day
People getting ready for the news
Some are happy, some are sad
Woah, gotta let the music play
Mhm
What the people need is a way to make them smile
It ain't so hard to do if you know how
Gotta get a message, get it on through
Oh now momma don't you ask me why

Woah, oh listen to the music…
 

Petit sifflotement dans le studio. Le silence de la MDA Radio prend soudainement fin. La voix de l’animateur, cette même voix défoncée à la cigarette et à probablement autre chose, apparaît entre deux grésillements.

A – Allô ? – ous m’en – dez tous – ien ?
Krrschzzz.

Put –


Krrr.

Quelques coups métalliques sur la station radio. Les grésillements finissent par cesser.

Voilà, ça devrait le faire. Bonjour, bonsoir, bonne apocalypse, sur MDA Radio. Tout le monde est là ? M’en fout, j’ai commencé.
Désolé pour le contretemps, le froid soudain avait complètement paralysé mon équipement radio. Mais bon, j’me suis dit de tout façon qu’une émission toutes les deux lunes, ça ferait pas de mal non plus. Ma voix suave tout abîmée se met à fatiguer de causer, c’est que je fais pas ça d’habitude, moi. Mais on s’adapte.
Et puis voilà. J’suis d’retour.



Forcément, les gars et les filles, j’ai pas pu me préparer une émission digne de ce nom, du coup, forcément. Pas d’invité aujourd’hui, pas de sujet sérieux, c’est relax. P’tit jeu à la cool. Grand prix à la cool. Bah d’ailleurs, c’est Iki qui gagne TROIS crédits cette lune, avec « la ration de l’enculé », mec, pas mal. Vraiment.
Pas Jojo, mais eh, t’as entendu la chanson…

Jojo was a man who thought he was a loner
But he knew it couldn't last


Zippo contre le micro.
Il fait froid, ici, à la Maison des Algues. Il fait froid et l’eau a gelé. On est loin des trente degrés que je balançais la dernière lune, nan ? J’veux dire, c’est assez flippant, quand même. L’autre jour, je pouvais marcher sur l’eau gelée du port, j’ai failli me péter la gueule par contre. Failli, hein.
Vous savez comment on devrait régler tout ça ? À grand coup de chaleur. Et putain, ça tombe bien, c’est quoi justement la grosse religion de la MDA ?
L’église de la Lumière, putain. De grands coups de lance-flamme. Avant le Crash, on arrivait tous très bien à niquer le climat, c’est pas pour se faire choper dans une ère glaciaire maintenant. Alors bougez, les gars et filles, où que vous soyez, bougez avec du putain de Rock’n’roll. Ça vous réchauffera.



Grosse question philosophique pour nos amis d’Est en Ouest, du Sud au Nord, coincé derrière vos portes enneigés.
What’s your legacy ?
C’est quoi, au fond, ce que vous avez fait qui restera dans les annales du Fract’ ? C’est quoi, votre héritage, à vous ? Z’avez seulement fait quelque chose qui mérite d’être appelé « héritage » ? Est-ce que vous allez en faire un, dans le cas contraire ? Pourquoi ?
Moi, j’ai rejoint le mouvement de paix radicaliste, aidé à construire un comptoir commercial dans lequel j’habite maintenant, mais j’ai surtout la meilleure radio des terres dévastées. Pour l’instant, en tout cas. Alors ouais, peut-être que deux trois couillons se souviendront vaguement d’un type qui diffusait de la musique dans le désert, mais à part ça, pas sûr qu’on se souviendra de moi quand je clamserai.


L’animateur prend une inspiration, comme s’il allait rajouter des détails, mais apparemment non. Il se ravise. Il continue de fumer, à la place. Placement de vinyle.

Allez, balancez si vous avez un truc intelligent à dire, sinon, bon confinement dans vos maisons de glace. Oubliez pas de dansez, avant de crever de froid. Ça changera rien, mais vous crèverez moins vite. Et regardez un peu le monde, c’est quand même beau. McCoy, out of here.

 

Une voix grave, hystérique retentit dans le poste

Ici Max la Moustaaaaaaaaaaaaaache les petites puputes...  Vous inquiètez pas je peux encore vous la mettre dans le boule je suis pas encore crevé... Même si moins en forme
J'étais juste tellement occupé à faire de l'escalade dans ces putains de montagnes que j'ai pas eu le temps de faire signe sur cette MERVEILLEUSE fréquence et SURTOUT de remercier MC COY pour mon prix!
Pour sur que si j'arrive à maintenir ma carcasse en vie jusqu'au SAC ou encore mieux la maison des Algues je payerai ma petite bibine aux meufs du coin avec ma thune! Ouai...

Bon sinon cette session grimpette ça m'a pas rapporté grand chose à part une vue subliiiiiiiiiime pour poser ma pêche..
.

Bruit immonde de renifllement suivit par une quinte de toux au moins aussi atroce

J'ai quand même trouvé deux trois cartouches mais comme j'ai pas un flingue sous la main et que le plastique se  fait rare j'ai décidé de sniffer ça et l'effet est.... 

...

CANON!
HAHA
...

Bon j'avoue je m'emmerde un peu quand même donc les petites salopes du désert hésitez pas à me contacter sur ma fréquence privé pour me parler de vos chattes humides et de vos tétons pointues histoire de réchauffer mon petit coeur  et ma GROSSE moustache qui commencent à se les geler sévère!

A bientôt les meufs...


Tous les mots sont fins quand la moustache est fine

C'est triste a dire.. mais je suis pendu a cette fréquence en attendant la prochaine diffusion... Une des rares occupation de ces terres désolées! ... Et j'en ai besoin...

Je viens de.. perdre un ami.. Il avait l'air enjoué, bien vivant.. Et d'un coup.. pouf! ... Le syndrome de la bave aux coin des lévres...

Si c'est une question de budget, je remets en jeux les 3 Crédits du Sac gagnés! Apres tout, a participer seul, on a aucune gloire... Et je suis sure que ces crédits seront plus utiles a ceux qui en ont vraiment besoin.


Et puis j'aimerais entendre des gens sur les ondes bordel.. On a besoin de savoir que les gens sont en vie... Sinon a quoi bon? ...

 


A l’ombre, rien d’nouveau...

Ce fut la première et sans doute dernière intervention de cette voix grave, lente et inconnue des malheureux qui grouillaient sur ces terres maudites.
Il n'y eut aucune empathie dans cette dernière. Juste ce ton morne, déprimant.


C'est l'histoire d'un homme dans les entrailles d'un monde aux allures d'une vieille pomme, ridée, ratatinée, pourrissante...
Et cet homme erre comme une âme en peine, à la recherche d'une raison de vivre. Alors il aide son prochain, distribue, offre.

Et il tourne, tourne et tourne encore. Inlassablement dans les dédales sinueux de sa routine. Tenant un troupeau de malades dont les râles et les regards absents lui tiennent compagnie.

L'histoire de cette homme n'a strictement aucune incidence sur les enjeux du monde.
Il n'en a cure et préfère rester terré dans l'utérus moite et glacial d'un monde à l'agonie. Buvant l'eau croupie, se râtatinant comme une feuille morte.


Un silence se fit et on entendit plus que la respiration nasale de l'intervenant.

Cet homme est à la fois l'anachronisme sous-jacent et inatteignable d'un présent que l'on ne peut toucher et celui d'un futur morose et sans promesses.
Juste deux syllabes, une étiquette éphémère portant la bannière de la croix rouge bienfaitrice. Cet homme sera amené à faire un choix. Sortir des entrailles ou disparaître dans l'indifférence générale.

Deux syllabes, trois lettres de trop déjà pour une existence drapée du voile de l'absurde.


 

L’indifférence me sied... que ça soit celle de ma mort ou bien celle de tes propos...


A l’ombre, rien d’nouveau...

Bzzt – Bzzt – Bzzzt. Voici que sans prévenir, le vieux logo refait son apparition.



Les grésillements du vinyles. Le riff. Le kick de batterie. Le riff, putain. Pas de doute, c’est encore une émission de MDA Radio.

Retour de cette voix suave et bien rauque de l’animateur.
Highway To Hell, dédicace demandée par mon cher MAX. Pendant que la plupart de vos petits culs se réchauffent à coup de baraques semi-isolantes et probablement d’alcool à foison, vous vous doutez bien que c’est pas le cas d’tout le monde. La Moustache, par exemple, se trimballait la carcasse sur les rives gelées, en pleine brume, tout seul comme un warrior. Ou comme un con. Faut voir.
On pouvait pas le récupérer pour des questions météorologiques assez évidentes, mais heureusement, nos valeureux héros du sac ont pu faire le taf. Je crois. J’espère ! Big up à toi, Moustache, et continue de balancer des conneries, n’importe quand, n’importe où. Avec moi ça fera deux.


Une pause. Une clope.

J’apprécie tes inquiétudes, mon bon Iki. Garde tes crédits, va, je vais pas arrêter mon émission aussi vite. T’as eu des pertes récemment, alors ? ça tombe bien, on va un peu en parler ! Car j’ai avec moi un invité très spécial. Pour ça que y’a eu un peu d’retard d’ailleurs. Pas du tout parce que mon PUTAIN d’équipement a encore gelé et que je prévois jamais rien à l’avance. Non, du tout. Allez, posez vos culs, c’t’une émission qui s’écoute attentivement du début à la fin.
J’ai donc le plaisir d’accueillir dans le studio un gars que vous connaissez déjà bien, notamment pour ses écrits, son lance-flamme, et bien sûr, ses dreadlocks. Avec moi, l’élu de la lumière en personne, salut Chris ! Comment ça va par ces temps de froid ?

Très bien, merci.


Aujourd’hui, on va parler d’un sujet, une terrible histoire qui a façonné entre autres la légende de la Maison des Algues. C’est à cause de cette même histoire qu’on a posé une interdiction de fumer ! Barnes, tu veux nous raconter un peu ce fameux accident de lance-flamme ?

Ce cher Cody... Cody MacKenzy je crois... Oui... Un type sympa, jeune et très actif. Il ne méritait pas son funeste destin... Même moi, Chris Barnes, ne suis qu'un homme. Et même si je suis l'élu de la lumière, désigné par le Saint-Photon en personne, il m'arrive aussi de faire des erreurs...
Depuis quelques jours, il y avait comme une odeur d'essence qui envahissait un peu nos locaux. Le réservoir de mon lance-flamme avait une fuite.
J'ai essayé de demander l'expertise de quelqu'un sur les ondes pour m'aider à le réparer, mais je n'ai pas reçu de réponse. Et puis le temps est passé, on s'est peu à peu habitué à cette odeur.

Un beau jour, alors que nous fumions des cigarettes qui font rire, avec mon ami, Josh Macadam, sur le mirador de la magnifique forteresse flottante qu'est la Maison des Algues, ce jeune innocent est passé non loin de nous et... BOOM.
Le pauvre a implosé sur place. Il ne restait que quelques bout de chaire carbonisées çà et là...


Nous avons tout balancé dans l'eau. Je sais qu'il méritait d'être enterré, mais il n'y a pas de terre à la M.D.A.
Seulement de l'eau.
Et depuis cet incident, il est strictement interdit de fumer à proximité de mon lance-flamme.


Moi, je m’en souviens bien, j’étais sur le toit du quartier général le temps de vos pérégrinations, à toi et l’apache. Le souffle m’a presque fait perdre la casquette. On peut rajouter à ces catastrophes la pauvre Magramme qui s’est suicidée, le passage de Nick et Lupin qui venait nous espionner de loin, et maintenant ce gèle total qui nous facilite pas les déplacements. Qu’est-ce que tu penses que ça veut dire, pour l’avenir de la MDA ? Malédiction, ou juste grosse malchance ?

Il se passe plein de choses à la MDA, des bonnes, et malheureusement des mauvaises. Pour la grosse Magramme, comme je lui avais promis, elle a été invitée à un immense festin, elle a pu profiter de notre nourriture, à volonté.
Ce n'était pas vraiment un suicide. Disons qu'elle a trop mangé... Mangé jusqu'à en crever... La gourmandise est un péché, et ça ne mène pas vers la lumière.

Nick et lupin ?


Il pouffe de rire...

Pour résumer, disons qu'ils sont venus, qu'ils ont vu, et qu'ils ont couru... Pas très intelligents pour des pirates. Pas très courageux non plus. A la vue de nos défenses imprenables, ils ont fait demi-tour, à toute vitesse. On ne les reverra pas de sitôt.
Tous ces événement nous ont rendu plus fort, et même ce climat, assez rude pour ceux qui ne suivent pas la lumière, ne sont pour nous qu'une épreuve de plus, que nous allons surmonter facilement. La lumière nous accompagne depuis le début, et elle ne nous lâchera pas. Car je suis l'élu de la lumière, l'homme le plus puissant qui n'ait jamais foulé le fract.

Suivez la lumière, et priez le Saint-Photon.

Amen. En parallèle, c’est vrai qu’on a eu pas mal de bon trucs. L’arrivée de nouveaux. Les voyageurs, les nomades. Le commerce. Les sauvetages d’âmes perdus, quoi. Bref, merci pour tout, élu du saint-photon. Et maintenant, à la mémoire de notre tombé au combat, une musique. J’le connaissais pas, mais je sais qu’il l’avait foutu sur une fréquence, une fois. En enfer, au moins… Il sera en bonne compagnie.


Je crois que c’est ça la leçon, mes chers auditeurs… Je sais que vous aimez pas les leçons, mais fermez vos gueules deux secondes, là. Qu’on fasse de la merde ou qu’on accomplisse un truc, à la fin, on crève. La gueule ouverte probablement, pour mon cas. Tout le monde est d’accord avec ça ? Bon.
Ce qui est important, finalement, c’est p’têt la manière dont on passe ce laps de temps. Une fois que tu sais que tu vas clamser, t’es putain de libre, t’as les foutus clés de la réalité. Tu sais que y’a la porte de sortie, juste là, mais t’y es pas encore. Plus tard, quand on retrouvera tes os blanchis et rongés par quelques autres trous du cul, y’aura un autre type pour revivre d’autres aventures. C’est comme un cycle, tu saisis ?

Une musique poursuit et continue pendant qu’il parle.


Putain, je voulais mettre Don’t Fear The Reaper, mais non, c’est pas ça.
C’est le putain de destin de l’humanité, mec. C’est… C’est beau. À la fin, tout manque d’intérêt quand tu captes que y’avait aucun sens, en fait. Tu captes que l’univers est là, et il te regarde, droit dans l’âme. Et que toi, t’es rien. T’es juste un élément de ce grand tout, qui a vaguement bougé dans sa propre direction, libre, sans vraiment savoir comment ou pourquoi. Mais tu saisis enfin, hein ? y’avait pas de comment ou de pourquoi, en fait. Y’avait juste toi et ta sale gueule. Et l’univers derrière. Alors peut-être que maintenant, tu crèves entre glace et brume. Ou peut-être que t’es chez toi, avec ton propre poison, ta clope, ton alcool. Peut-être encore que t’es planqué quelque part, en train de diffuser de la musique que personne écoute jamais. Mais on s’en branle royalement. Parce que l’important, c’est de vivre, c’est même pour ça que t’es là. Pour profiter du voyage.


Le trip d’Elton, quoi qu’il ait consommé, commence de toute évidence à le faire partir trop loin. Le risque avec les psychédéliques : pas moyen de savoir quand ça va kick in. C’est sur ces dernières paroles qu’il s’arrête, laissant à la musique le rôle de clore l’émission.
 

C'est pratique de conclure qu'il n'y a rien à compendre quand on ne comprend plus rien.
C'est pratique pour se sentir philosophe pendant qu'on joue à touche-pipi, touche-caca.

- Ah ! L'insu de son plein gré !!
Dis Chris, pourquoi que tu réponds pas aux auditeurs que t'as crâmé le Codie pour une suspission de taupe et de jardin qui se transforme en terrain de golf qu'on sait plus où foutre les pieds dans le plat ?
Nan, parce que là, tout le monde va croire que tu l'as crâmé pour le fun, le gentil et tout mignon Codie...


* Gorgée *

- Woué...
Bah, écoutes c'est toi qui voit, mais j'aime pas trop la façon de comment ça se diffuse le truc, on dirait que ça vend du désherbant pour faire pousser des fleurs.
De toute façon, je ne parlerai qu'en présence de ma Vodaka...
A vous les jurés de basse-cour !


* Rires *

Pif paf pouf, le type est un ouf.

Un tapotement sur la radio.
Excusez-moi, est-ce que ça marche ? Non, parce que j’ai entendu une voix, et j’ai pas pu distinguer si c’était un vieux aigris qui ronchonnait ou un bébé qui pleurait ….

En tout cas, j’ai noté ! Chers auditeurs, ensemble, cette lune, plongeons-nous dans une analyse fort intéressante d’un commentaire constructif, comme on en reçoit des tas sur MDA Radio ! Même pas en anonyme, en plus.

Éclaircissement de gorge.

« C'est pratique de conclure qu'il n'y a rien à compendre quand on ne comprend plus rien.
C'est pratique pour se sentir philosophe pendant qu'on joue à touche-pipi, touche-caca. »

Mh. Oui, alors oui. Mais c’est un peu court, jeune homme. On pouvait dire… Bien des choses, en somme !
J’imagine, par la cible de cette remarque, soit un trip incompréhensible quelconque, que le problème de vient pas vraiment du propos, mais de son orateur ? Bon, eh bien partons de là !


En le rendant personnel, par exemple : « Evidemment que vous ne comprenez plus rien à rien, à force de se cramer la cervelle avec des drogues au quotidien. Vous allez réussir à mettre un énième vinyle pour vous faire passer encore pour un vrai radiophile ? »

Mesquin, tenez : « Avec une voix aussi claquée, ça doit être de votre gueule que vous parlez. Vous la tenez bien cachée, derrière le micro, toute camouflée pour qu’on vous croit beau ? »

Nationaliste ! : « Ça y’est, vous avez fini de causer, dans le Sud ? Vous butez vos propres gars, et on est censé croire en votre mansuétude ? »

Concurrentiel, attention : « Ta radio elle est à chié. Pas étonnant que les seules réponses que t’obtiennent sont de la part de gars dans la merde. Moi y’a pas à pinailler. Dès que je balance du bon son, les esprits se calment, les conneries se perdent. »


Condescendant, maintenant ! : « Ils sont un peu écrit avec le cul, tes textes. Ça doit pas être facile en même temps dans ton contexte. C’est la Lumière ou la Main qui t’utilise comme prétexte ? »
Blasé : « L’humour est absente de ton émission. Mais vas-y, continue de faire des blagues de fion. »
Occupé : « J’écoute jamais cette fréquence. Quand t’es pas là, c’est à nous que tu donnes des vacances. »
Amateur de Nightcore ? : « Tu balance que des vieux trucs depuis ton studio, tu veux pas y foutre le feu, et mourir avec ta radio ? »

Puéril, cette fois-ci ! : « C'est pratique de conclure qu'il n'y a rien à compendre quand on ne comprend plus rien. C'est pratique pour se sentir philosophe pendant qu'on joue à touche-pipi, touche-caca ! »
Oups. C’était le commentaire de départ, ça, non ? Bon, eh bien je crois qu’on a fait le tour !


Voilà à peu près tout ce qu’on aurait pu dire. Vous voyez, c’est pas si compliqué, avec un peu d’esprit et de lettres. Mais d’esprit, y’a pas l’air d’en avoir, même pas pour une vanne. Et de lettres, y’en a que trois, qui forment le mot : con.

Je pense que le message est passé, maintenant. Et il aurait dû, franchement, depuis le temps.
L’animateur se marre tout seul. Sa voix, en dehors du micro. « Putain c’est dur de plus parler en rime. »
Le message, je disais. Ah oui. L’auto-dérision, ça me connaît. Et mes blagues, c’est moi qui me les sers. Ça sert à rien de me les amener, réchauffé, sur un plateau d’argent. Parce que ce genre d’attaque, je les retourne, et j’en profite même pour nourrir l’émission. Alors qu’est-ce que je suis sensé dire, maintenant ? Merci ? Non merci, plutôt. Peut-être que si j’en avais vraiment quelque chose à foutre je me serais appliqué pour faire de jolies vers en comptant les syllabes. Mais c’est qu’un épisode passager sur MDA Radio, un truc de plus sans importance destiné à tomber dans l’oubli. Au moins, j’ai passé un bon moment pendant que j’y répondais ! Parce que c’était ça, non ? C’était quoi ma dernière connerie déjà ? Ah ouais. Profiter du voyage !

Je vous laisse avec ce chouette morceau des Devil Makes Three, un groupe qui était déjà passé pour un épisode spécial. Ça compensera peut-être pas le manque de musique de cet épisode, mais y’a déjà eu plein de rimes, alors venez pas pleurer.
McCoy, out !



 

Hey MC COY j'ai rien compris à ton analyse  phylosophique mais c’est surement par ce que que j’étais encore trop foncedé… Ou trop con tu choisis… HAHA
Ha ouai quelques petites nouvelles de ma moustache ?  La dernère fois j'étais mal en point faut dire...Héhé c’est que maintenant je suis avec des gars en matière de dope c’est pas des rigolos! Oh putain les mecs c’est des experts !

C’est fini l’époque ou La moustache sniffait des fourchettes en plastiques au fond des égouts maintenant j’ai de la came de premier choix ouai !

Rire dément

Pour mes nombreeeeeeuses admiratrices qui se demandaient CERTAINEMENT si j’ai passé la moustache à gauche la réponse est donc...
NON !
Je roule actuellement dans un cametard chargé d'un  troupeau de salopes et de tordus vers l’infini et au-delà HAHAHA

Comme quoi... Ca valait le coup de passer par la case enfer maintenant je fume des  GROSSES pipes d’opiums avec LUCIFER... Au paradis

Allé MC GROSSE COUILLE continue à balancer du bon son et des bonnes vannes !

Stair Way to Heaven par exemple !

HAHAHAHA

 

 


Tous les mots sont fins quand la moustache est fine





La musique se lance, en guise d’introduction, avant que McCoy ne se mette à parler par-dessus.

Bonjour, bonsoir, vous êtes bien sur MDA Radio, en pleine lune 140. Je crois ? On va dire que ouais. Pendant cette période gelée, y’a quand même une bonne grosse activité commerciale qui se déroule, ici, dans le Sud. Evidemment, rien qui ne pouvait se dérouler sans ce bon vieux McCoy. « Ouiiii, Eltooon, on a besoiiin de toiiii ! », ouais, ils m’ont presque supplié hein, j’vous jure.
Alors ni une ni deux, voilà qu’je pars en mission de sauvetage, avec mon grand voilier, pour aller récupérer l’équipage de Watkin. Un bon gars bien badass, qui sait diriger ses troupes. Devait y’avoir des problèmes de zombinite, sûrement. Et pis, quel plaisir de pouvoir à nouveau naviguer en mer.
Enfin, je vous passe les détails, j’ai pas suivi le reste des transactions, - je crois qu’ils y sont toujours, d’ailleurs - mais ça se passait à base de navires, d’aller-retours, de marais, et de la Silk Road. Ah ouais, vous en avez entendu parler, d’ailleurs, de celle-là ? Attendez, je vous fais le topo :


Silk Road, c’est une société qui vient du sac, dirigé par le fameux Malcolm, le beau gosse du sud. Cœur sur ses fesses. Donc le concept est assez simple, hein. Transit des ressources, escorte – pas la coquine, enfin, je crois –, traçage de nouvelles routes entre zones partenaires, récupération, recyclage, exploitation de ressources. En gros, ils font des trucs stylés, et ils ont besoin de monsieur et madame je-cherche-quoi-faire-de-ma-vie pour porter cette belle entreprise. Donc si vous êtes pas trop con, et que vous êtes en train de gâcher votre potentiel dans un truc au bol, rejoignez-les. Ça vous fera des potes pour survivre, de l’expérience, et de la formation gratos, parce qu’ils sont comme ça, eux.
Il a déjà balancé ces infos, mais ça fait pas de mal de les redire sur cette fréquence. Et puis il m’a aussi payé pour que je balance sa pub au milieu de mon émission ! Maintenant, je crois que je vais m’acheter une maison avec tout ce fric. Donc je case aussi ça là, hein. Si vous avez une pub à faire, je vous offre de la visibilité pour des tarifs très très négociable.

Voilà donc, Silk Road recrute, caravaniers, exploitants, randonneurs, survivants. Et vous savez ce que ça veut dire, tous ces voyages de ressources ? Ce commerce à grande échelle ? Ces échanges dans tout le Sud, avec des sociétés en tout genre comme Silk Road ?




L’animateur revient à la fin du vinyle et sa pause clope. Froissement de feuilles de notes.
Parmi les news, on a le clamsage en règle de Yoshi que j’ai oublié de mentionner, Vixen qui fait sa radio au féminin, et heu… Ah ouais, un type qui demande des nudes depuis les égouts. J’comprends, j’comprends. Y’a toujours une période de déni avant de passer à la nécrophilie. Mais regarde-moi, on en sort parfaitement sain, à la fin ! Bwhaha !
 
Un moment de silence où une nouvelle cigarette finit par prendre la chaleur du briquet.
‘Tain, eh, vous savez qu’on est déjà au dixième épisode de cette radio ? Qui aurait cru qu’on allait faire de vieux os. Moi ce qui me fume vraiment, dans toute cette histoire, c’est de voir l’évolution géopolitique depuis que je suis arrivé ici. J’veux dire, si à l’époque tu pouvais te dire « m’aller », une bonne grosse guerre et tout repart à zéro, bah tu te rends compte, si t’as un peu écouté mon blabla d’avant, que c’est plus le cas maintenant. Y’a tellement de gens, tellement d’acteurs, tellement d’endroits, que c’est pas possible d’abattre une telle entreprise, maintenant. Faudrait genre… Des Little Boy et des Fat Man pour refaire un Crash. Ou bien une petite Tsar Bomba, histoire d’être sûr. Mais bon, c’est plus des trucs qu’on trouve maintenant. Tant mieux, j’imagine !

Souffle de fumée sur le micro.
Oubliez pas, si vous voulez faire vot’ pub, suffit de demander. Mais évidemment, vous préférez la faire toute seule, parce que vous êtes experts de la communication, hein ? Bwhaha ! Je déconne, pour avoir sa pub, faut déjà avoir un projet, et tout l’monde sait que ça court pas toutes les caboches.
Si ça veut un retour des jeux, histoires de se faire un peu de crédits et s’acheter une baraque, pareil, y’a qu’à demander.
La prochaine, on parlera des astuces pour créer une société utopique. Non, je déconne, j’ai aucune idée de mes sujets à l’avance. McCoy, out, et tout le tintouin.



 




McCoy continue de fredonner la chanson, alors qu’elle disparaît progressivement des ondes.

Putain, les Kinks, c’est vraiment de la balle, les enfants. Prince of the Punks ! ça c’est du lourd. À l’époque, les gars faisaient des chansons sur tout et n’importe quoi. Des opéras rock. Des insultes dirigées. Des trucs de tout les jours. Des génies, quoi. Mais moi aussi, je peux faire tout ça.

Aujourd’hui, je vais vous raconter une histoire. Parce que ça fait un moment que j’ai pas quitter mon studio, et j’ai foutrement aucune idée de ce qui se passe dehors. Chopez votre thé et votre pipe d’opium, v’là encore une émission à l’improviste.

Loin, très loin d’ici, sur un continent inconnu, la guerre fait rage. Le Prince des Punks, héritier de la monarchie patriarcale, a décidé de se rebeller pour instaurer une république démocratique. C’est que le Prince des Punks aime son peuple. Il lève ainsi un mouvement révolutionnaire qui terrorise depuis plusieurs mois la haute bourgeoisie qui entoure le Roi. Les morts sont nombreux. Un beau jour, tout le monde s’arrête sur le continent. C’est la très attendu fête du printemps. Le Prince profite alors de ce jour sacré pour s’infiltrer dans l’enceinte du château et mettre un terme à la vie du Roi.
Mais quelqu’un l’y attend déjà… La Reine !



Après un combat épique, la Reine est vaincue. Nique la Reine. Mais voilà que le Prince se retrouve tout seul, comme un con, et c’est pas avec des dessins de mouton qu’il va cabosser la tête du paternel.
Et puis, c’est les grandes pompes. Guitares, accordéons, violons. On annonce l’arrivée du roi. Un grand type, plus grand que toi et moi mis l’un sur l’autre. Plus cool que toi et moi, aussi. Moustache impeccable, à l’image d’un type de notre continent à nous, dont le nom vous revient probablement déjà…




La bataille est mémorable entre le Roi et son fils, déjà meurtrie et éprouvé par sa rencontre avec la Madre. Mais faut pas déconner non plus. Après avoir finit de s’amuser, le goliath fauche sa progéniture et le cueille par sa crête de punk colorée. La mise à mort est publique. Le martyr est tourné en monstre, et c’est sa tête qu’on décapite.

Pas con pour deux sous, le Roi avait prévu son coup. Une petite révolution, et voilà qu’on se débarrasse d’un fils décevant, d’une épouse relou, et du mauvais grain de la population. Trois pierre d’un coup. Ricochet dans ta gueule.
Et ça, les enfants, c’était les astuces pour créer une société utopique. Aha, vous pensiez que c’était une vanne, ce que je balançais la dernière fois. Eh non. Vous vous êtes tous fait pranké. C’était ça, la morale. L’espoir renverse pas le pouvoir, mais au moins on peut faire des vannes dessus.
McCoy, out. Sans déconner, qu’est-ce que ça défonce Gogol Bordello.

 

Une voix de trisomique. Eeeh oui... pas d'bol !

GNieuu, C-CE QU'OI C'TE Z-ZIKMU D'ME-D'MERDE ! Muu-Mua J'FI-J'FIIGHT L-LE PO-POWER LES F-FILS..gnieu.. L-ES FILS DE P...PUTE ! V-voilà ! J'vous Niii-NIQUE ! D'la heu... VRAIE ZIK-ZIKMuUuu. P-pas d'la zikmu d-de heu... Pé-pédés-p-p-PUuuTEs !

Nééééé où l-la SOOOOoo-sssss-sSSSORTIE ! D'TA ME-MMmmmmMMM-MEEEERE ! ! T'fight ? Ttttt-t-tt-t-t-t-t-t-tFIGHT LE POWA tt-ttt-t-t-t-t-tt--tt-tt-ttOOOOI ?


Un gros râle.

ROOOooooOOOOOOOOO-OOOooooOOOOOOOORrrrrrrrRRRROOOOOOOooOOOOOOo ! CAYMOUA RA-RAPHY ! ppppl ppll plluuuus ffrrrrgnieuu...fff-FoRRT QU-QU-QUE L'AMOUR ! La... la... LA H-h-h-hAINE vai-VAINCRA ! Gieu.


T-t-tu fff-FF-FIGHT L-LE PO-POWER, fi-fils d-de pppute ??!!

Dddd-dd-dddgnieu.... ddd-ddd-DDDddOOoo-ddd....dDDdddOOoookKk ttt-ttta m-mm-m-mmmmmm-m-m-m-m-mmmMERELAPUTE ! C-caaa c'-cccc'est dddDdd-duuuu SSSss-sSSSOOON PPPPpppp-PPPpppp-PEDALDOUCEgnieuuuu.



Se met à danser comme un golmute dans les égouts qui SENTE LA PISSE ET LA MERDE PUTAIN ! La pisse et la merde. Et il danse, nananana... Fight the power... Huuuh Huuuh.... Fight the poooower... huuh huuuh...


T-t-tu fff-FF-FIGHT L-LE PO-POWER, fi-fils d-de pppute ??!!

L’animateur s’éclaircit la gorge. Faut pas rêver, c’est toujours cette même voix bien rauque.

Dans ce monde, y’a deux types de personnes. Ceux qui vont mal mais qui décident de ne pas le montrer, et ceux qui vont mal mais qui sont trop con pour le cacher.
Et on dirait que ce bon vieux Raphy tombe dans la seconde catégorie. Tu voulais te la jouer Prince des Punks ?
Moi, des gens comme ça, je sais pas quoi en penser. Mais je sais de quoi ils ont besoin. Vous aussi, vous savez. Voilà c’que t’as besoin, Raphy.




Une fois la musique passée, le logo se télécharge et l’émission peut commencer.

Bienvenu, bienvenu, sur cette bonne vieille MDA Radio. J’annonce, si on m’écoute toujours, que va y’avoir des changements, par ici ! Eh ouais ! MDA Radio va se transformer p’tit à p’tit, enfin, si on y arrive, pour devenir une sorte de bulletin d’information mondiale. Y’aura toujours de la musique, mais avec cette fois fini les histoires claquées et les radotements d’un McCoy en manque de contenus, on va s’étendre un peu !
Alors j’fais l’appel, d’ailleurs. Que vous soyez du Nord, du Sud, de n’importe où et que vous vivez une vie pas trop à chier, je vais avoir besoin de vous ! Je cherche des correspondants, des types qui pourront m’relayer l’information, parmi les nomades, ou j’en sais rien. En échange de quelques articles et information, bam, c’est réputation et crédits qui tomberont pour vous. Ça peut être n’importe qui, hein.
Iki, par exemple, ce bon vieux gars qui vie dans les égouts. T’as pas envie de gagner un peu de thune en racontant ce qui se passe en d’ssous du désert ?

Bref, z’avez compris, c’est les médias, la presse, la culture et tout le bordel. Si vous savez raconter des trucs et que vous voulez gagner des sous, faites le moi savoir.
Pis y’a toujours des trucs à dire. Moi par exemple, j’ai vécu une aventure de dingue en passant au Studio 21, la lune dernière. Mais ça, ce sera pour un autre épisode.

Qui dit changement de direction, dit changement de style. On s’ouvre, on s’ouvre, on va faire une pause sur les vieux vinyles et découvrir et peu des trucs cool aussi. V’là un bout de la Secte Phonétik. MDA Radio est pas une secte, mais rejoignez-moi quand même. On va s’marrer, j’vous l’promet. McCoy, in and out.


 

Heu allo ?

Aïe...

Je heu... j'ai trébuché. Hi hi. Coucou ! Dites les gens, je me sens seule et je cherche un beau mâle alpha pour me protéger. Si possible avec un look viril pas trop pédé. Vous avez ça en stock  ?

Pour mon physique, je suis très souriante, rousse... et avec une belle coupe afro. Je suis métisse par ma mère et j'ai des belles dents blanches Colgate et même que heu... j'ai un gros stock de dentifrice et de brosses à dent. Hi hi. Alors heu... comme ça y'a plus un Sephora d'ouvert ? Zut ! C'est trop chiant ça ! Je voulais me faire les ongles... et quasi plus de verni.





Tapotement de micro, éclaircissement de gorge.

Bienvenu sur… MDA Radio. LA radio du moment ! Tellement du moment que certain en profite même pour passer leurs annonces coquines. Petit message à toi, chérie. Pour survivre dans la Fract’, y’a quelques règles à respecter. Et comme le Fract’, MDA Radio a ses règles. Et t’as l’air d’être une personne bien placée pour savoir qu’on fait pas chier quelqu’un qui a ses règles.


Et tout de suite, on retrouve notre tout premier correspondant, un journaliste de renom, que vous avez déjà entendu du côté des auditeurs. Bah maintenant, le voilà payé pour raconter ses conneries. Sans plus attendre, je lui passe l’antenne.


Un raccord de liaison, mini-grésillement de transition pour laisser la parole à l’intervenant.

Salut Radio MDAAAAAAAAAAAAAA ici Max…
Max la moustache !
C’est moi le nouveau reporter de la station et je n’en suis pas peu fier !
C’est un grand HONNEUR de passer sur cette radio !
Grand comment ?



Comme ma bite !

Haha


Bim bam blague et j’enchaine donc sur mon tout premier sujet

Vu que je me trouve actuellement en vadrouille avec la magnifique troupe de la Silk Road je vais me permettre de vous distiller quelques petits conseils touristique pour ceux qui se trouveraient dans les coins du Sud Ouest!


Long silence

En route pour la plus grande cité de ce monde ? Le SAC ou son comptoir avec de la coolitude dedans : La MDA
 N’hésitez pas à faire une halte dans le voilier au milieu du désert…Titanic mais sans iceberg et avec les dunes ! Classe…
Excellent abris, bon lupanard pour les séances touches pipi avec sa copine, un endroit idéal et romantique pour une petite pause avant la plongée dans le grand monde et c’est pas tous les jours qu’on voit un navire sur une mer de sable ! La légende raconte qu’il appartenait à un milliardaire qui avait peur de l’eau… Mais pas du champagne ! HAHA cte connard !
Bref c’est atypique et ça se trouve à la pointe Sud Ouest avant les montagnes qui entourent le sac, c’est indiqué par des panneaux posé par votre serviteur et c’est une recommandation MOUSTACHUE


Allé sur ce à plus tard les frangines !

Re-grésillement rapide.

Retour sur McCoy ! Alors, il est pas beau mon reporter ? Putain, on est les médias, on est les infos, et pourtant, je pense que ça devait pas tellement être ça à l’époque Pré-Crash ! Mais c’est pas grave, parce que ça nous fait marrer. Je devais avoir un deuxième correspondant en la personne d’Iki, mais j’ai appris tristement que l’homme des égouts va bientôt passer l’arme à gauche, si ce n’est pas déjà arrivé. J’essayerai de diffuser ses histoires façon post-mortem, si j’y arrive. Et on fera tout un épisode sur ce héros méconnu, z’allez voir. Je lui ai envoyé In My Time Of Dying de Led Zap’, en attendant.

Bon, je sais que j’ai dis que j’allais arrêter les vinyles, mais c’est difficile de trouver autre chose dans mes stocks, alors continuons d’apprécier la vieille musique. En parlant de vieille chose, je me dis que pas mal d’entre vous doivent connaître des trucs de l’ancien monde. Et il se trouve que j’ai trouvé un stock de cassette.
V’voyez où je veux en venir ? Non, vous rêvez pas, on va passer des vidéos sur MDA Radio ! Pour ceux qui ont une radio avec fonction stylée, en tout cas. Mais c’est pas grave pour les autres, j’vous jure que c’est compréhensible en écoutant les voix.
Allez, zou, je vous passe des bons vieux trucs bien connus, moi je les connaissais pas pour des histoires de cryogénisation, mais je crois que c’est les bons !





Putain, ça y’est, on est aussi devenu la télé. McCoy, out.
 

Putain ta gueue, pédé. Va jouer les Risoli de bas-étage ailleurs. Avec tout ton brodel, j'trouve même pas un fils de pute assez baleize pour me trancher la carotide.

Cette conne est morte... et snirrrfl... j'ai trouvé son assassin. Il... il m'a promis qu'il me mangerait encore vivant, hurrrfhuurf... en direct live sur les ondes. MMmmmh ça va êtrrrre BON. Huuurf.

Plom plom plom. MDA Radio, ici McCoy, fait beau, blablah habituel. J’allais faire une vanne sur les deux derniers attardés qui ont commenté, mais ça va fait quatre fois de suite que les gens meurent avant qu’ils puissent entendre mes vannes, alors à quoi bon se fatiguer ? On dirait que l’autre vieille fragile s’est trouvé de quoi se trancher la carotide, et c’est p’têt mieux comme ça.

Aujourd’hui, j’ai mal. Putain, ce que j’ai mal au bide. Des crampes qui sort de nulle part. C’est ça de grailler tout ce qui sort de la mer ! Du coup, je vous la fais court, et je vais directement passer l’antenne à Max, qui va nous parler de son épopée pour rejoindre le studio 21. Moi, quand j’y suis allé, j’avais installé mon matos radio sur le voilier. Et j’suis arrivé en grande classe dans un endroit déjà bien classe, avec la prochaine musique. Going Out In Style ! Dropkick Murphys.



Il y a un bruit terrible dans la radio et la voix essoufflé n’est qu’à moitié audible

Radio MDA ici Max… Max la moustache
Laissez-moi vous raconter mes petits loulous que je suis en chemin pour vous faire un petit reportage sur un endroit qui représente PARFAITEMENT bien la coolitude du SUD j’ai nommé : Le studio 21 !
Mais qu’est ce donc que cet endroit allez vous me demander ?
Imaginez… Une bande de zikos rockeurs au bord de la mer prêt des meilleurs plages du coin dans une petite communauté sympatoche qui sent bon l’herbe et la liberté !
SEX, DRUGS AND ROCKN’ROLL ON THE BEACH BITCH !
C’est pas une carte postale qui vend du rêve ça ?

Si hein...Héhé

Alors…Autant vous prévenir !
Le problème c’est que pour aller dans ce petit coin de paradis faut traverser un gros bout de l’enfer …
Un désert… Un désert affreux... Immense… Arride...Avec rien à perte de vue… Un désert quoi !
Que bordel c’est sans aucun doute l’endroit le plus sec de cette planète. La chatte de ta mère à côté c’est une piscine trois étoiles…
Votre serviteur moustachu est en plein dedans…  J’étais en train de poser une pêche tranquilou et paf je me retrouve dans une tempête de sable HORRIBLE j’ai des grains de sable jusqu’au fond de la raie du cul c’est L’HORREUR…
Ben ouai les gars vous croyez que les meilleurs choses de ce monde on y accède facilement ?
TOUT CE MERITE
Alors voilà pour l’instant j’en CHIE mais je suis sur que le résultat en vaudra le détour…
Comptez sur moi pour vous faire un bilan quand je serai enfin calé dans mon transat sur la plage en train de siroter un cocktail sur le doux son d’un riff de guitare…
En attendant… Je retourne galérer !

MAX OVER


Un léger grésillement.
McCoy, retour à l’antenne. À la base, je devais avoir une super intervention d’Arya et de son groupe, une survivante que j’avais ramené à la MDA pendant mes aventures de berger. Mais on a eu des problèmes de communications. C’pas grave, ils passeront la prochaine émission en même temps que le debrief de Max, au moins ils seront dans la même ambiance.
À la place, voici une première partie de chronique des aventures d’Iki, le célèbre type qui a dédié sa vie à aider son prochain tout en restant dans les profondeurs de ce monde de merde. J’ai eu vent de sa survie, d’ailleurs. Un type habillé en noir qui pense clamser bientôt, pour au final se faire sauver après une discussion par le leader du sud, Alex Law en personne ? Mouais. J’ai déjà vu ça, mais je vais pas crier au plagiat, parce que je l’aime bien.
Tout de suite, la partie une de se première diffusion !


Grésillement radio. Rediffusion de message en cours. La voix d'Iki se fait entendre.
Avant d'etre l'Ombre des souterrains, j'etais comme tout l'monde... un paumé dans la fange et les couloirs noirs..

Heureusement, un certain charisme, un peu de tchatche et un esprit calculteur appreciable pour la survie me font rapidement trouver un ami! Anatole.. Cheveux blancs malgré la trentaine, plutot beau gosse, hyperactif! ... Puis c'est l'effet boule de neige! Un groupe de deux?! Waw!! On est rejoint par un gosse.. pas un beau gosse, un p'tit gosse! .. Un mome cherchant sa mére..  Hey.. impossible de laisser c'gamin tout seul dans les bas fond nan? ... Je prend en charge le petit lui promettant de faire tout ce qu'on peu pour retrouver sa famille..

Attiré par le groupe de plus en plus gros vient notre derniere equipiere.. Dakota! ... Look de streep teaseuse, fort accent americain.. refus categorique de prendre mon menteau alors qu'elle se trimballe en string et en corset dans les courants d'air! ... Voyez l'genre...

Nous voila quatre! ... Quatre bras cassés meme pas capable de produire assez de vivre pour assurer leur survie! ... Quatre creves la dalle...

Nous rencontrons un cinquieme laron. Le type est avec un esclave, et il ne peu plus bouger  tellement il a de vivres le con!! .. C'est louche non? ... Je lui parle.. une lune... deux lune, je recommence.. P'tain.. le type repond pas pendant trois lunes!! ... On essaie de causer, de proposer un echange... Rien!! ...

Au bout de trois lunes.. je prononce la sentance... Considéré comme mort!! Faut pas déconner!! ... Le p'tit participe pas a l'attaque... faut pas déconner... C'est presque comme un p'tit frere et il n'y a aucune chance pour que je le traumatise de la sorte..

Enfin.. meme a l'écart de ce qui s'est passé.. jl''ai p'tetre traumatisé quand meme... Le type et son esclave ne peuvent rien faire.. On est pas trop doués de nos dix doigts maiiis.. on est plutot baraque..

... Mon premier meurtre... Avec un tournevis...

Je lui ai enfoncé dans l'oeil... je voulais que ca aille vite.. qu'il ne souffre pas...

Voila le probleme de la famine reglé pour quelques lunes... Et c'est la, avec toutes ces victuailles que l'idée a commencé a faire son petit bout de chemin... J'étais tremblant.. et on avait saisis le paquet de ressources du gars... il a jamais parlé.. Je sais meme pas son nom...

J'ai eu l'idee de s'en servir, pour aider non pas seulement nous mais les autres!! ... Je me devais de faire un truc bien apres... apres... ca!! ...



Une coupure dans la diffusion.
La suite, ce sera pour un autre épisode. Eh beh. Je vous rassure, l’ambiance continue de s’assombrir !

Gnhf- Un type qui se tord de douleur.
Putain, qui aurait cru que ça pouvait me mettre à terre comme ça, des crampes d’estomac ? C’est à ça que ça ressemble, des contractions ? ERF. C’est quoi l’intérêt d’avoir des gosses, alors ?
Bon. Je préparais une p’tite surprise, mais comme je sais pas tout faire de mes dix doigts. J’ai aucune idée de ce que ça va donner. En attendant… Trouvez-vous des radios avec écran, du style verdâtre qui s’accroche au poignet. On sait jamais. Je vous laisse avec une autre chanson que j’avais balancé à l’Ombre, en espérant le faire survivre. Ça a p’têt un peu marcher.

McCoy -Humpf- Out.

 

Tais-toi, tais-toi, TAIS-TOIS !! Hérétique va !

Ton émission faussement subversive doit s'arrêter et être remplacée par quelque chose qui sera uniquement concentrée sur la Gloire du Saint-Photon et la Sainte diffusion des Paroles de notre Messie à tous : Chris Barnes.

LOUE le Saint Codex Sancti Lumine ! Agenouille-toi et demande pardon, SaAatan !


Crache au sol

Hérétique ! Tu feras ce que je te dis de faire ou au bucher.


Ne-te-mets-pas-en-travers-de-la-Lumière-Divine-du-Saint-Photon-Satan !! Au bucher ! Au bucher !

Une voix de gamine

Hey ! Quelqu'un aurait vu ma grand-mère ?


Regarde moi dans les yeux quand tu chiales !

Elle gueule comme une dingue maintenant :

HEY OH ! IL Y A QUELQU'UN ? Y'EN A QUI PARLAIENT AVANT !


Regarde moi dans les yeux quand tu chiales !

TAIS-TOI, SATANIQUE !!! AU BUCHER !

Hem... pardon mais pour moi les femmes c'est d'la saloperie.

Reprend un air inquisiteur :

Mets-touuua à genoux et implore la Sainte-Clémence denotreMessie ! Hein, hein ? Ca saigne tous les mois comme une grosse dégueulasse et ça vient la ramener pour avoir un peu d'attention ?! Hein ?! C'est pas très joli-joli hein !

Repentir ! Expiation ! Ou je tu brûleras dans les flammes d'un beau feu de joie !

Faussement gentil :

Bon, je vais me montrer magnanime. Comme tu es une femme, tu n'as pas le droit de lire. Même le Saint Codex Lumine. Mais un homme peut t'enseigner l'Evengile. Mhh ? Donc, on dit merci et on se tait, mmh ? Voilàvoilàvoilà ! Allez, file sorcière et que je ne t'y reprenne plus ou là... heu.. je te fais la totale hein ? Torture, souffrances, agonie, arrachage de lambeaux de peau. Tout quoi.


Ne-te-mets-pas-en-travers-de-la-Lumière-Divine-du-Saint-Photon-Satan !! Au bucher ! Au bucher !

Un peu énervé :

HEY ?! J'suis pas une femme ... 'fin pas encore. Rapport que j'ai pas de ... 'fin on s'égare. Et puis j'sais lire ... non mais l'autre !

T'es qui le dingue ? Le fou du village ?

Vas y toi t'chauffer les coucougnettes au bucher ! Barjot !


Elle reprend finalement d'un ton un peu plus posé.

Mais sinon si le saint photon a vu mamie ... c'est une vieille dame.


Regarde moi dans les yeux quand tu chiales !

Grésillement sur les ondes. On dirait que la radio était pas morte, juste décalée. La voix râpeuse s’éclaircit la gorge.

Coucou.



MDA Radio revient, après une petite absence. J’étais un peu trop dans le brouillard des pétards. Mais je vous rassure, j’ai quand même pu écouter ce qui se passait sur cette vieille radio. On a eu un lunatique, mais je parie qu’il est encore mort avant que je puisse le bâcher, c’est ça ? C’est vraiment pas comme ça que j’imaginais la concurrence. Je me disais, y’aurait p’têt une autre radio, mais je crois que je suis condamné à rester le meilleur animateur survivant de ce monde de merde !
En tout cas, ça me faisait marrer qu’il me parle du Saint-photon. Je crois que je me suis fait bénir par l’autre élu dès la première émission. Encore des conneries, quoi, ça arrive. Et ça crève. On dirait que la lumière a pas voulu garder un… faux prophète. Par ce vieux Bob Dylan.



Au bout d’un certain moment, la musique finit par s’arrêter, et Elton écrase sa clope.

Écrase !

T’es encore là, gamine ? Si t’arrives à sortir des égouts, j’suis sûr que tu trouveras de l’aide. C’est plutôt sympa avec les nomades, avec cette période de paix radical. On est toujours en paix, j’ai pas loupé un épisode ?


Bon. Alors maintenant, un autre épisode des aventures de l’Ombre. Iki, le mec des égouts.
Un enregistrement se lance.



J'avais instauré une democratie au sein du groupe.  Vous voulez allez ou? Qu'est ce que vous voulez faire? C'est quoi votre goal pour plus tard? Pour au dessus? Je leur causais chaque lune!  A tous, et personnellement! Je prenais bien soin de tout l'monde et... Tom... Et bien Tom s'est mis a abandonner la recherche de sa mere.. et sa vie... On est assez baleze pour le capturer, on a espoir qu'il soit juste pris d'un malaise temporaire! Qu'il va revenir a la raison!! ... Spoiler alert... Il n'est jamais revenu a lui... encore aujourd'hui je veille sur lui comme si il etait mon p'tit frere...

Premiere perte de notre equipee.. Lourde perte.. pour le moral... Pas capable de s'occuper d'un mome les types...


On commence a croiser quelques gars. On distribue des rations, ils ont la banane! C'est noel avant l'heure!

L'idee fait son bonhomme de chemin de rester et de continuer a faire ca! J'informe Dakota et Anatole de cette volonté. Et je leur dis que je vai leur trouver un p'tit chef de groupe aux oignons pour les emmener la haut!

Entre temps.. un autre zombi qu'on peut capturer... On a des vivres! Mais des bras de plus sont jamais de trop pour la suite! ... Et hop.. de deux... Dakota dans tout ce tumulte viens me voir un soir.

Elle m'annonce qu'elle se sent faible.. que seul LE CUL peut la maintenir en vie! La faire sentir assez vivante! Ouais... j'avais bien ciblé la personnalité au depart.. J'avais pas vraiment fait le premier pas avant.. on sait comment ca se termine ce genre de relation... et il se trouve que c'est pas tellement mon truc.. Mais il se trouve que j'suis qu'un homme aussi! ... Quand une nana taillé comme un manequin propose de faire ton eduction... tu dis pas non! ... Me voila donc a donner de ma personne! ... Agreablement hein! Ca pourrait etr' pire hein?!

Et malgré les prouesses de l'eleve depucelé qui prend en assurance pendant des lunes, devinez qui finit par zombifier? ... Tout juste... M'dame recordwoamn du kilometre sucé! ...

Impossible de la recuperer... elle meurt de soif... 

Two down.. one two go...

On croise la route de Jedediah! Un type plein de promesses, de plans plein la tete!! Et que decide de faire Anatole au lieu de le suivre dans son entreprise de caravane du desert? ... Il annonce qu'il veut mourir.. que le bras en charpie et 3 lunes d'inactivité ont trop pris sur ton moral... Il meurt... de faim...

C'est le bad complet... je me pause tout un tas de question sur ma capacité a mener... a faire vivre les gens.. 

... J'ai tué une personne pour que tous puissent vivre... Pour ce résultat la...

Pour rien...

It hurts...


Une musique, qui semble faire partie de l’enregistrement.


Heureusement Jed  fut la premiere reussite de ma grande epopée! ...

La premiere victoire pour le moral!! ... Et le debut d'un second chapitre!...


L’enregistrement se coupe.



Putain, ce genre de musique qui te donne l’alcool triste. Bordel ! Vous le savez p’têt pas, mais Iki et son groupe sont les premiers types que j’ai croisé à mon réveil. Anatole et son bras déglingué, des souvenirs perdus dans la crasse. C’est assez dingue, ce genre de chemin différent que tu prends, quand tu commences ta vie Post-Crash. L’un devient animateur de renom, et l’autre sauveteur d’âme sans nom ! Mais bon, j’sauve parfois des âmes, et le voilà qu’il anime dans mon émission. La boucle est frisée.

On va conclure là-dessus. J’ai toujours une surprise, mais faut d’abord que je me remette la tête à l’endroit. En attendant, arrêtez de venir vous suicidez. Arrêtez, je vous dis ! La mort, c’est de la merde ! Putaiiiin ça pique en plus. Y’a quelqu’un ?
Tu te dirais que le truc avec les suicidaires, c’est qu’au bout d’un moment ils deviennent de moins en moins nombreux, mais non, y’en a toujours. À la Maison des Algues. Dans les égouts. Partout. Et ça me tend, putain !
Queen expliquera mieux que moi ! Out. McCoy. Out.


Dès le début, l’animateur monte le son.

- Ben merde, si y'a autant de suicidés à la surface c'est que le boulot de préparation a pas été fait dans les égouts, ou alors le fait de retrouver un monde de merde serait toujours aussi insuportable aux âmes fragiles ?

 * Rires et glou-glou de Vodaka *

- A la votre, les increvables !

Ouais ! On peut le dire, c'est BON quand ça grésille ! Un peu de ROCK dans cette morne journée, ça enjaille !

Tzzt-tzzt !


Clac ! Musique de fond.


L’habituelle voix défoncée se met à parler par-dessus.
Bonjour, Bonsoir, citoyens du Fract’ ! Là j’ai la pêche putain. Oh putain je suis chaud. Hé, y’en a un qui aime enfin le ROCK dans le tas ? T’aimes bien quand ça grésille, là ? Là ça grésille, putain de merde !
Pourquoi cette musique, me demanderez-vous, parce que ça fait quelques lunes que je vous build up, et vous r’cevez rien en échange. Mais j’ai fini mon bordel ! Ha ha ha !

Ça m’a demandé de rassembler un peu de technologie, mais j’y suis arrivé. J’ai concerté les neurones sobres qui me restait, j’ai enlevé mes chaussures, et je me suis mis à écrire avec les pieds. Attendez… Il est un peu trop niqué ce vinyle, là. Je fais avec ce que je trouve, hein.
La musique se coupe au milieu. L’animateur prend sa voix de présentateur.

MESDAMES. MESSIEURS. J’ai l’honneur de vous présenter…

« Roi du Fract’ ! », le premier JEU VIDEO du Fract’ ! -sûrement ! -


La musique reprend. Le son monte. La clope s’allume.

La musique se termine finalement.
Je sais pas pourquoi j’ai l’impression d’en être fier, en plus. C’est mal écrit, moche, bourré de conneries, et il marche sûrement mal. Mais ça me fait marrer ! C’est le principal.
Incarnez donc n’importe qui, vous-même par exemple, et dirigez une communauté dans le désert Post-Crash. L’humanité est au bord de l’extinction à cause d’une Horde de zombards un peu trop nombreux. Soyez le héros qui va sauver le monde ! Soyez… Le Roi du Fract’. Ou la Reine. Ou la Personne Régente, pour ce que ça me chante.


C’est pour ça que je vous demandais de trouver des écrans, du style vert qui se fout sur le poignet. Mais n’importe quel vieux terminal devrait faire l’affaire, en vrai.
https://eltongame.itch.io/roi-du-fract
Téléchargez donc. Y’a que du texte. Z’en faites pas, ça va pas casser votre machine, j’ai autre chose à foutre que de faire chier le monde, contrairement à d’autres.


Pis vous savez quoi ? Je vais balancer des prix là-dedans. Le premier qui me lit le texte de victoire, je lui balance trois crédits. Troiiis. Pis celui qui arrive à tenir jusqu’à la sixième vague, je lui en file un. Uuun. Même si en vrai, c’est clairement l’un des trucs les plus difficile à faire. Rah mais j’en dis pas plus, vous verrez bien par vous-même. Enfin, si vous jouez, quoi.
Pis toi Moustache le coup de la victoire compte pas, tu l’as déjà testé avant tout le monde pour le coup… Tu peux tester le coup de la sixième vague si tu veux !



Ah, qu’est-ce qu’on se MARRE sur cette radio, putain. Finalement, on est un peu tous des grands enfants. Ou bien on est tous des survivants tarés, ça m’étonnerait qu’une énorme bande de guignols de l’époque Pré-Crash s’amuseraient à jouer tous à un même jeu qui parle de zombies et de désert.

Allez, la semaine prochaine, on causera peut-être avec Elise Hades, une badass en vadrouille. On se quitte tout naturellement sur I Don’t Want To Grow Up, des putains de Ramones. McCoy, out.

Des bidouillements dans le studio. Des trucs qui tombent. Des trucs qu'on emmènent. Un briquet pour une cigarette. Des crépitements de flammes dans le fond.

Elton McCoy, enfin, se met à parler en une dernière tirade. Sa voix, dans toute sa splendeur.





This is the central scrutinizer...

Joe has just worked himself into an imaginary frenzy during the fade-out of his imaginary song...
He begins to feel depressed now, he knows the end is near. He has realised at last, that imaginary guitar notes and imaginary vocals exist only in the imagination of the imaginer !

...and... ultimately, who gives a fuck anyway... hh-
so... hah- haha- so... ha- ha-hum.
excuse me... Hahahaha ! h-hum. so... huhaha- who gives a fuck anyway ? So he goes back to his ugly little room and quietly dreams his last imaginary guitar solo..