Radio Nomades ...

Les habitants du désert ont appris à creuser le sable pour pouvoir survivre.

Les puits sont devenus des haltes, des passages obligés, des refuges, des oasis, des lieux de rencontres et de commerce. C’est toute une culture qui s’est bâtie autour de ces points d’eau.

Aujourd’hui, Beth et moi, on remplace le puit par une radio pour se retrouver.

On s’y installe pour quelques lunes, pour une ou plusieurs saisons.

On laisse la place aux mots conviviaux pour que l’accès à la parole reste disponible à tous. Chaque nomade ou groupe de nomades peuvent ainsi passer, se rafraichir d’échanges, de fraternité, d’infos et repartir pour mieux revenir.

La radio se veut aussi un rendez-vous pour la parole des sédentaires qui s’adressent aux nomades.

« Radio Nomades » se remplira alors de la présence des nomades et la vie émergera.

https://discord.gg/nDp2HaFpgw
 
 

"Et la vie émergera... Ou la mort ? Vous en parlez de la mort ou c'est tabou ?"

"Oh oui, j'imagine qu'il existe les bons nomades, et les mauvais nomades... "

"Calie, Spiff et ses amis ont testé les limites des règles nomades avec toi Nacho, mais pas qu'eux. Le groupe aussi qui accompagnait notre HoméoBot. Du coup, je me demandais c'était quoi ces règles nomades ?"

"Si j'ai bien compris : Règle #1 : Si tu es nomade, que tu as une Saïga et une moto, donne la à Nacho. Règle #2 : Si y'a une caisse entre un nomade et Nacho, laisse la à Nacho."

"La fameuse fraternité à sens unique ! Ca vend du rêve."


Un jour de plus. Deux nuits de moins.

Vous avez le don de dramatiser les situations Miss Scarlett.

Vous êtes bien placée pour savoir que pour éviter les morts, le mieux est encore la diplomatie et la communication. Et à quoi ça sert une radio si ce n'est à faire passer le son de sa voix communicante à travers des ondes porteuses de diplomatie. Ca doit peut être servir à ça c'te radio Nomades pour ce que j'en sais.

Enfin, 'y a aussi un autre paramètre très important pour éviter les morts qui s'appelle "la jugeote"...et pour ça, faut éviter de dramatiser les situations et de les dépeindre de façons manichéennes. C'est très réducteur et très stérile. Donc pas de mauvais et de bons nomades, pas de mauvaises et de bonnes diplomates Miss Scarlett. Juste des accords et des désaccords.

Je veux pas parler pour Nacho ou pour qui que ce soit. Mais quand vous recevez un message peu amène voire hautain suite à une demande d'explication, on est plus dans la diplomatie ou la jugeote. Mais plutôt dans la provocation ou la certitude. Surtout quand par la suite d'une info qu'on ignorait, la certitude prend maladroitement la tangeante...Spiff le Chien à Tango Charlie, j'ai mis la main sur quelque chose...Spiff le chien à Tango Charlie, on fait quoi ?...arfarfarf.
Putain de marais, un vrai piège à cons. Voyez, on peut même ignorer des choses mais ne pas s'arrêter à ça. Enfin si c'est l'alibi pour nos "mauvaises" actions, on prend arfarfarf.

Vous voulez vraiment qu'on parle de la jugeotte de Spiff le Chien ? Le mec qui nous file son essence puis nous la regratte dans la foulée en nous insultant au passage à la radio...il avait tout pour se sauver. Après s'il a pas voulu, je comprends et je respecte...mais bon apparemment, on l'aurait abattu sans sommation. J'y ai laissé mon bras dans la sommation...à la niche pépère.

M'dame Scarlett, vous dramatisez trop, c'est votre problème. Je suis sûr que vous êtes une personne apte à démerder les problèmes mais arrêtez de dramatiser, ça vous réussit pas à ce qu'en j'en vois.

Et passez le bonjour à m'sieur Skriik, dites lui que je l'apprécie toujours et que j'oublie pas ma promesse de sourire de connivence le jour où il débarquera pour me faire ravaler mon dentier. Je suis sûr que Rog a aussi sourit le jour de sa mort Miss Scarlett. C'est le principe de la jugeote de sourire sans dramatiser...vous devez avoir un joli sourire Miss Scarlett, quelqu'un est au courant ?
 

"Stranger, c'est vraiment nul que tu sois parti. Pour tes différents avec Skriik, je vais me renseigner. J'en étais restée à la fois que je t'ai supplié de donner l'essence au Gyrophare pour apaiser justement de manière diplomatique, les tensions pré-existantes qui avaient été superbement hatisées par Poumky et Rog. Par des nomades au final. A Karaboudjan, on ne voulait pas se facher avec le Gyrophare, et on a toujours essayé d'arrondir les angles que vous avez aiguisé avec panache ! A tort ou à raison, je n'en sais rien. Tout ce que je sais, c'est que le Gyrophare n'avait pas à subir d'attaques armées."

"On pourrait écrire un livre, je vois déjà le titre : Des nomades et des caisses."

"A chaque caisse, son histoire, son drama.  Il faut dire que régler un conflit en tuant celui qui gêne en face, c'est assez dramatique comme décision. Qu'elle soit assumée, ou bordées d'excuses foireuses. Du coup, je me demande quelle genre de vie peut émerger de ce genre d'oasis (je parle de cette fréquence décrite comme iddylique) faite de règles non dites, que seuls les mieux armés semblent connaitre sur le bout de leurs doigts."

"Je me permets donc de débuter un recueil de règles non-écrites pour aider les nomades naïfs qui débutent dans ce monde de furieux."

"Et oui, j'adore sourire. Pas toi Stranger ? Reviens avec nous Stranger, et on s'occupera de soigner ton bras."


Un jour de plus. Deux nuits de moins.

Qui ça ? ... Scarlett ? ... euh, connais pas ... Hein ? Sédentaire .... Kara ? ah oui, ceux qui nous ont accusé d'avoir vendu Rog ! 

sourire ....

Alors ? Bah j'm'en bats les couilles ... Elle peut aboyer et baver de son bunker, pas de soucis ... 

"Règle #3 : Si Nacho te connait pas, personne te connait."

"J'avance. J'aurais bien ajouté que le Soleil lui-même était en orbite autour de Nacho, mais bon, là, ce serait en faire des -caisses-..."


Un jour de plus. Deux nuits de moins.

J'suis pas une personne de notoriété publique mais de notoriété plouc' Miss Scarlett donc je vais en rester à cette dernière petite intervention.

J'ai pas de différends avec M'sieur Skriik, cherchez pas. J'ai jamais été avec vous en dehors de votre puits et de votre forêt donc je peux pas revenir.
Mon employeur était Skriik et j'ai rien à lui reprocher puisqu'il m'a jamais rien promis. Pour ce qui est d'une attaque armée contre le Gyrophare, je vous renvoie à ma référence sur la jugeote.
A mon niveau, j'ai jamais rien aiguisé d'autres que mon plaisir de troller suite à une maladresse d'un gars qui voulait me faire signer un billet. L'addition, c'était votre problème et j'ai bien compris le message.
Je signe des billets qu'aux personnes qui me font pas de promesses. Promettre, c'est ce compromettre.
Skriik m'a rien promis, Nacho, non plus...enfin je sais pas qui c'est Nacho de toute façon, personne je crois...arfarfarf.

*clic*

"Stranger, tu n'es pas un plouc. Tu l'as jamais été chez nous, en tout cas. Je sais pas comment te traite Nacho ou la Recluse... Mais vu comme cette dernière a plutôt bien ignoré les paroles d'apaisement de Skriik  pour tenter de sauver Calie, Paille et tous ceux qui étaient avec elles, je me dis que ce doit pas être la joie. Après, y'en a qui aiment, je ne juge pas."

"Ce que je veux dire, Stranger, c'est que tes nouveaux employeurs, Nacho et la Recluse, avaient décidé de les tuer. La diplomatie ne les intéresse pas. Trop de mots à prononcer, pour trop peu de gains."

"Cette radio nomade est une blague."


Un jour de plus. Deux nuits de moins.

La voix est calme, grave, comme à son habitude.

Scarlett mmh ? Ici la Recluse, des Loxos.

Que connais-tu de la vie nomade, en dehors du fait d'envoyer les autres prendre tous les risques à votre place, toi et les tiens ?


Un silence, elle poursuit.

Ce que j'ai proposé à Skriik vaut pour toi pareillement belle enfant. Viens en terre nomade, et tu constateras comme tes règles sont insignifiantes... Tout comme moi. Tout comme toi.

Et si tu n'as pas les couilles pour cela, d'autant plus que je doute que Nacho accepte de te prêter les siennes, viens discuter sur Radio Nomades, peut-être alors sauras-tu mieux de quoi tu parles.

Pour ton information, je n'emploie personne. Je ne retiens personne. A croire qu'ils aiment ça.


Une pause, elle pince un instant ses lèvres, laissant place à un léger sourire.

On juge ce qu'on ne connait pas. Ce qui fait peur aussi. Si cette radio est une blague, au moins nous savons rire, et même nous divertir qui sait ? Ce n'est que faire honneur dans ce cas, au Cirque.

Té, moi j'suis un semi-nomade, ça marche ? J'passe le plus clair d'mon temps dans c'foutu désert - j'suis l'arpenteur, planteur de piquet, dirons certains héhé - et desfois j'fais des haltes dans les communautés, parce que faut bien reposer ses vieux os qui craquent parfois quand même, mais l'sel de ma vie c'est l'sable, la gadoue, l'bayou et la forêt pétrifié.

Raaahhh là je m'sens vivre et c'est là que j'veux mourir bordel. Faites que j'crève dans c'foutu désert. Pas en mourant d'ennui dans un foutu bunker, loin des dangers. J'y met du mien pourtant pour crever, parait que j'parle trop et trop fort, je l'sais, mais bon tellement habitué à la solitude du désert que j'peux crier sans qu'personne m'entende, c't'une mauvaise habitude ça. Mais les gens qui m'connaissent vraiment savent bien que j'mords pas et qu'j'suis quelqu'un d'confiance. J'ai qu'une parole et si j'dis toujours c'que j'pense et que j'pense toujours c'que j'dis, bah au moins j'prend personne en traitre moi. Pas comme d'autres. Alors les nomades, hâte de vous croiser et si que desfois qu'j'avais dis des trucs qui vous font pas plaisir, bah sachez que les problèmes ils s'règlent toujours mieux au coin du feu d'une oasis avec une bonne bouteille de rhum et que j'suis un ami d'confiance quand on montre du respect pour la vieillesse et que j'sais être généreux envers mes amis.

Le respect c'est l'lien d'l'amitié et le véritable respect connaît le courage du risque. Vive les nomades. 

"Ah ! Alors, non. A Karaboudjan, on a jamais envoyé personne prendre des risques à notre place. On n'envoie personne à la boucherie pour des raisons puériles. Si nous avions su que les Loxos et le Cirque avaient envie de viande, tu peux être certaine qu'on leur aurait demandé de revenir sur leurs pas."

"Nous avons pu aider les nomades pendant la sécheresse, et nous leur avons proposé du boulot. Après, certains comme Poumky ont décidé d'en faire qu'à leur tête et l'hystérie fait le reste. C'est un risque qu'on prend quand on offre sa confiance à quelqu'un qu'on connait depuis peu."

"Alors, oui, Recluse, évidemment. C'est pour mettre à l'honneur le Cirque, que je parle de blague. Puisque entre les Loxos et le Cirque, vous avez tué bien plus de nomades qu'aucun groupe logé dans un Bunker n'a pu le faire à ce jour."

"Est-ce que c'est judicieux quand on veut inspirer la confiance, la fraternité, l'amour aux autres nomades ? Mais j'entends que le semi-nomade qui met des piquets parfumés avec sa propre urine autour de sa communauté est intéressé. Bien joué, ça a l'air de fonctionner."


Un jour de plus. Deux nuits de moins.

Té c'est sûr que toi t'es pas une nomade, ça s'voit, t'es une urbaine. Aucun respect. Que d'la rancune dans tes paroles. Ca sent ni l'pardon ni l'envie d'apaiser les tensions.

Mes piquets ils sentent pas la pisse, on a compris, et on a écouté les nomades, maintenant ils informent qu'ils peuvent v'nir sans craintes par chez nous, on leur indique même la direction. A condition juste d'respecter quelques règles élémentaires nomadiques. Ca évite les embrouilles inutiles. Sinon c'est l'anarchie, chacun s'dit ça c'est à moi, tiens j'viens ici sans prévenir, tiens j'ai décidé de chier ici sur tes salades, ça c'est moi qui l'est vu l'premier, non c'est moi, ça c'est pas à toi, pis c'est l'bordel et tout l'monde il est pas content et c'est l'plus fort ensuite qui l'emporte. Nomade veut pas dire sauvage. Après on a pas mis une caméra et un agent d'la CIA derrière chaque arpent du désert, pas vu, pas prit comme on dit.

Les nomades ils sont l'bienvenue en tout cas et p't'être même qu'on a des choses à leur apporter. Que s'rait un désert sans marché. Faut bien un endroit pour marchander et échanger les babioles trouvé, les légumes cultivés, l'eau puisé, des infos et tout c'qu'un souk digne d'ce nom peut donner à des nomades. Les nomades, les vrais ils ont tout not' respect en tout cas. J'les comprend moi et l'desert il est bien assez grand pour tout l'monde, j'le sais, j'l'ai arpenter du nord au sud et de l'est à l'ouest, y'a plein d'place, on leur a même laissé la zone où on était avant avec le Gyrophare, une position bien centrale qu'on a laissé libre pour les nomades, alors j'suis sûr qu'aucun même ça s'trouve ne verra un d'mes piquets qui sentent bon la rose des sables, sans savoir qu'ils sont déjà proche d'chez nous dans notre p'tit coin. Alors un peu d'respect la miss-qui parle-sans-savoir.

Sérieux ? Les deux groupes  d'assassins qui proposent une alliance nomade ? C'est quoi le deal maintenant que plus personne peut vous dire d'aller vous faire foutre ? Obéissez ou on vous dégomme comme les autres ?
Pas la peine de me répondre hein, je suis personne et ma voix vaut que dalle, mais vous, on vous connaît bien et pas pour le côté convivial, accès à la parole et fraternel... 
Les assassins restent des assassins ! 

Qui a parlé d'alliance nomade ? 

On parle d'une radio où tout le monde peut discuter tranquillement, se proposer des échanges, raconter des anecdotes entre nomades et sédentaires. Le tout dans la bienveillance. Si des alliances se forment, tant mieux. Si ce n'est pas le cas, ce n'est pas le but premier.

Et non. La radio ne disparaitra pas si l'un des fondateurs venait à mourir. 

En tout cas tout le monde est le bienvenu. Nomades, sédentaires, semi-nomades, semi-sédentaires. 

Battez vous ici si vous voulez, mais nous essayons de maintenir une ambiance conviviale sur nos fréquences.

Scarlet, tu étais avec moi quand on a tué Mercredi et son groupe. Tu sais que je n'ai attaqué que parce qu'elle nous avait menacé directement. Et encore... Elle avait menacé une personne à qui je tenais plus que tout. 

Rog a fait de même. Si ce n'est qu'il n'avait pas les couilles au cul de nous affronter lui-même et cétait senti obligé de monter d'autres factions avec qui nous n'avions pas eu de différents contre nous. C'est bien la seule raison pour laquelle j'ai accepté de l'attaquer lorsqu'il est passé à proximité de notre position....

"Beth, tu peux pas comparer. Tu parles de Mercredi ? Mais on n'avait pas tué sous ses yeux un de ses amis. Elle nous a agressé sans aucune raison. Rog lui, et bien, il avait envie de venger la mort de M'Bala. Il a fait ce qu'il a fait, je ne le défends pas. Ce n'est pas le but de mes propos. Evite de sortir uniquement les demi-vérités qui arrangent tes affaires."

"D'accord, le vieux. Au temps pour moi. Mais je ne vais pas faire l'hypocrite et dire que je suis heureuse de savoir que les deux groupes qui ont annoncé les meurtres de trois groupes de nomades ces derniers temps se lancent dans une entreprise commune."

"C'est réellement glaçant d'entendre Nacho parler de faire émerger la vie, de proner le partage. Ceux qui veulent des détails, je suis joignable en privé."

 


Un jour de plus. Deux nuits de moins.

* imititation naze d'accent brésilien*

- Brazil....
Tou aimes les match de foutch et les amoreuttes qui foutchent la vie d'amour ?!

 

Scarlett ... La tueuse d'enfant .... Mais bon, c'était une vilaine petite fille qui t'a agressé sans raison ...

Je me marre ....

" - Une enfant qui avait une vie sexuelle et voulait tuer tout le monde ?

Tocard.
"

Bah j’ai pas l’habitude de baver des discours sur les ondes, mais comme la Miss Scarlett balance mon blaze à tort et à travers, me voilà forcée de raconter toute notre petite histoire.

Tout commence il y a une vingtaine de lunes avec les errements de la diplomatie Karaboujienne et ces tocards du Gyrophare, la bande à Juno comme je les appelle.
Faut savoir que les mecs se sont embrouillés avec Rog mais aussi avec tous les nomades de passage dans leur zone, conflit sur les caisses, accueil déplorable, refus de stockage temporaire, tarifs exorbitants… bref, des faiseurs d’embrouille.

Et nous voilà en mission dans le coin pour le Kara, Stranger, Dante et moi… une bonne équipe en vérité.
Et la « cellule diplomatique » du Kara ayant arrangé une petite halte au Gyrophare, on arrive à leurs portes. Malheureusement tout part en couille… Et de fil en aiguille, ça dure plusieurs lunes, je vous passe les détails, et face à l'apathie du Kara j’envisage de monter un coup tordu pour défoncer la tronche à Juno et ses potes.

En vrai, je dois reconnaitre que je ne suis pas douée pour monter des trucs comme ça… le coup était totalement bancal. J’aurais dû m’en douter dès le départ en voyant la tronche de Stranger qui était pas emballé… Parce que Stranger par contre c’est pas un plouc, même Miss Scarlett elle le dit, alors que pourtant il les a bien niqués lui aussi ahahhahah… Bah au final pour le coup tordu, c’était tellement bancal qu’on a laissé tomber l’affaire.
Mais quelques jours plus tard, tout ça arrive aux oreilles des Miss Scarlett, et autres experts diplomates du Kara… ils prennent parti pour le Gyro et me bannissent de leurs rangs. Ok, j’ai raccourci l’histoire, c’est vrai qu’ils auraient pu ne pas me bannir. Mais dans ce conflit avec le Gyro, ils faisaient un mauvais choix, je me suis un peu énervée avec toute la merde qu’ils m’ont servi à la radio et moi aussi… à la fin on s’est fâchées.
2 lunes plus tard, la bande à Juno quitte le Gyrophare en direction de l’Asile et balance la position de Rog au cirque… ahahahaha, merci les copains et respect pour la clairvoyance Karaboudjienne.
De mon côté, j’erre quelques lunes, j’évite de justesse de me faire buter par la bande à Juno arrivée à proximité de l’Asile, et je rejoins les Loxos. Stranger, gavé par les ordres, les contrordres, les errements et les salades du Kara se barre pour rejoindre aussi les Loxos.
Et sur ces contentieux, voilà t’y pas que la bande des girls nous rafle une caisse sous le nez, nous insulte, nous tourne autour, nous scoute et tout le bordel… cerise sur le gâteau elles venaient de choper un flingue. Le truc que j’ai toujours pas compris sans déconner c’est que quand on les a attaqués, Calie a même pas utilisé le flingue ? elle l’avait sur elle, elle avait les munitions… mais elle s’en est pas servi. ça les aurait probablement sauvées... Elles étaient pas futées en vérité les meufs, de toute façon elle et sa sœur elles pensaient qu’à baiser… Mais le plus con c’est Spiff. Lui aussi, il pensait qu’à baiser… 2 jours et deux nuits accroché à sa moto sans essence… et chaque fois qu’on allait le voir pour lui expliquer que s’il restait là on allait le buter, sa seule préoccupation c’était de baiser. N’importe qui, tout le monde y a eu droit… Moi, Hyde, la Recluse… même Stranger je crois. Putain je sais pas si vous connaissez la gueule à Stranger, il te donne pas envie de baiser ahahhahah. En tout cas je te jure que cette bande de dégénérés, les girls machin, ça manque à personne.
Aux dernières nouvelles, les tocards de l’ex-Gyrophare se sont encore fâchés avec leurs récents amis de l’Asile… et les voilà de nouveau sur la route… il se dit qu’ils vont à la rencontre de nouveaux amis à Roningrad. Au rythme ou ils se font des amis, je suis pas sure qu’ils vivent vieux.

Voilà donc toute cette histoire qui aigrit un peu Miss Scarlett, car voilà comment la diplomatie de haute volée, les choix pertinents et inspirés de l’ex-Kara, ont conduit à la disparition de l’essentiel de leurs capacités extérieures. Bah en attendant moi, ça fait quelques lunes que je me marre bien ahahhaha.
 

"Hm ... Oh oui, c'est vrai, Magnus, une enfant sans innocence... La différence avec toi, Nacho, c'est que je n'ai pas ouvert une fréquence au nom de la fraterni'thé des nomades juste après. Et le Karaboudjan n'a jamais eu de diplomacie, Poumky. Si cela avait été le cas, le Karaboudjan aurait fait des annonces officielles, des affichages ou je ne sais quoi d'autres. Au mieux, il y avait un standard où les gens pouvaient venir se plaindre ou poser des questions."

"C'est pour ça qu'on t'a laissé la main pour traiter avec le Gyrophare. Tu as fait ce que tu as voulu, comme tu l'as voulu. On ne t'a rien empêché. La mission de départ devait être de la cartographie, et tu l'as tourné à ta sauce : un peu comme la plupart des groupes nomades avec qui le Karaboudjan a pu travailler, ce qui a eu pour conséquence le changement quasi-quotidien des objectifs de chacun. De loin, ça faisait amateur, mais en vrai c'était du au fait de devoir toujours s'adapter à vos désirs. On n'est pas dans l'armée non plus. Bref... Le Gyrophare ne méritait pas qu'on se déplace pour l'attaquer. Du moins, selon nos propres valeurs."

"Ceci dit, à entendre les dernières nouvelles, les survivants de l'ex-Karaboudjan doivent être les seuls à croire que les conflits entre deux parties peuvent s'arranger autrement qu'en exterminant l'autre. A moins que ce ne soient que des excuses pour voler son prochain ? Peut être bien 50-50... ? moui.."

...

"... Faut avouer que là, depuis le démantèlement du camp des Rangers assorti de meurtres de femmes et d'enfants... Nacho et Beth... vous semblez être dans la norme de ce nouveau monde. Alors... Je retire ce que j'ai dit au sujet de votre initiative. J'avais pas les codes."

 

Olalah, Poumky ! Il ne faut pas m'invoquer comme ça, voyons ! Bah oui, dire mon nom plus de trois fois, tout de même... C'est très flatteur de nous appeller "la bande à Juno", ça fait un peu comme si je dirigeais la bande, mais je vous rappelle que je ne suis que le diplomate dans vos histoires ! Et le meilleur, si vous voulez mon avis.

En vérité, Poum, je t'admire. Je ne sais pas comment tu as réussi à survivre à travers les pires magouilles du désert et des cendres, et pourtant, te voilà ! Plus résiliente qu'un cafard mutant ! Enfant, tu es devenu grand. Pourtant, t'en as eu, des chances de mourir ! Oui, parce que bon, c'est rigolo de nous traiter de faiseurs d'embrouilles, alors qu'on aurait pu s'entendre si vous aviez correctement mis la camisole sur votre ami Ronald, le zombard pro du matos ! Mais bon, on s'est peut-être trompé, il paraît que c'est pas facile à faire. En tout cas, si on te voulait morte, tes os auraient décoré le cendrier bien avant ceux du punk facho. Tu ne dois pas ta survie à ton instinct paranoïaque, mais à la bonté des seuls types aimables de la mer de cendres. Et aussi parce que ça nous faisait marrer de te voir détaler en sueur à chaque fois, il faut bien l'avouer.

Bref. Je vais essayer de ne pas m'étaler plus, de toute façon la vérité est trop versatile sur les ondes. Et je ne parle même pas de nos relations avec Karaboudjan, alors là, il faudrait aller déterrer des archives de l'Union pour savoir qui avait raison de penser selon quelle code de quelle faction.


On peut entendre des voix dans le fond. Des gars qui haussent la voix un peu bizarrement, des raclements de gorges.

En tout cas, je te remercie de t'inquiéter pour nous et nos relations, ça prouve, à défaut qu'il y a une fuite chez nos amis rouges, que tu tiens à nous. Maintenant que c'est la rumeur, c'est vrai qu'on peut en parler, nous avons décidé de prendre l'air. Mais attention hein, nous ne sommes jamais bien loin de notre Asile adoré. Si on apprend que tu rôdes par là-bas, tu vas devoir te remettre au jogging parce qu'on y sera plus vite qu'il ne faut de temps pour faire le trajet Vénus - Junon - La Terre ! En plus, ils vont avoir du boulot, avec cette vague migratoire de... Comment c'était déjà ? "Les perdus, les sans abris, les parias ou les sans-factions", il me semble ? Oui, voilà. Les cowboys devraient s'y plaire. A croire que j'avais prévu le coup ! Je me suis un peu étalé là, non ?
 

Je vais terminer mon apparition vocale par une musique, maintenant. Râlez pas, il faut bien. Vous êtes prêts les gars ?

Cette chanson est dédiée à une époque qu'on croyait compliqué, quand notre soucis c'était de savoir si Poumpoum la pillarde, Dante l'attardé, et Stranger l'estropié allait se décider à échanger une lance contre 2 kilos d'opium pour survivre la canicule. Poum était partie la tête en bas, forcée de se faire aider, l'air épouvanté d'avoir donné un bout de bois aux dealers les plus sympas de l'histoire des dealers. Plus spécialement, cette chanson est dédiée à un pauvre vagabond muet avec qui on a même pas eu le temps de discuter, mais qui a pourtant su se faire une place dans nos coeurs.

Pour toi, mon Ron !


C'est alors, chose inouïe, que ce n'est pas François Juno qui se met à chanter, mais toute une équipe à l'accent magique. Le chanteur doit être derrière les instruments. On sent vraiment une passion dans les couplets, pour un truc dédié à un zombie.




La chanson se termine en rigolade, et Juno reprend la parole après cette prestation un peu bâclée.

Voilà ! Maintenant vous pouvez nous appeller la bande à Juno ! Si vous cherchez un responsable, ne cherchez pas plus loin, je suis le cerveau derrière tous vos malheurs ! L'unique et inimitable François Juno ! Et maintenant que je suis sur les ondes, je vais faire des blagues pour vous faire peur !

Ha ! Ce qu'il ne faut pas dire.



 

Le truc le plus marrant dans ton exposé Juno, c'est que tes 2 kg d'opium, on les a toujours dans les poches...c'est sûr, on serait mort sans ton aide inestimable et ton grand sens du commerce...surtout RIP Dante l'attardé...la divine comédie mec, une putain de divine comédie.

Ca fait plaisir tous ces sourires notamment ceux de m'dame Scarlett qui se rend compte de l'ironie des choses putôt que de s'en attrister. Souriez à la vie les gens parce que la vie nous a pas sourit.