Viol en direct tas de fils de pute !

John avait été clair. Soit la pute Joe se laissait baiser comme la dernière des salopes en direct live à la radio, soit il lui défonçait le crâne jusqu'à ce que sa cervelle soit visible sur le bitume. Alors il s'avança et lui ordonna de se foutre à poil et de se mettre en position levrette. Le reste allait suivre à la radio, live comme Ruptly, pendant que tous les trous de Joe seraient méticuleument fouillés. L'enculé prit sa radio et gueula :

Oh les fils de pute du désert ? Ca vous dit d'entendre une petite salope couiner de douleurs pendant que je m'acharne sur tous ses trous de salope ?


Puis à Joe :

Allez, fous-toi à poil et écarte bien tes fesses pour que je vois bien ton anus de biatche. Je vais commencer à travailler cet orifice, sale pute.

On l'entend hurler :

OBEIS SALE PUTE OU TON UTERUS J'EN FAIS UN CHAPEAU !!!!!!!

(Message de Joe, qui ne peut pas poster)

Joe écoute le roquet faire son show, des caïds elle en avait fréquenté toute sa vie, elle était vaccinée. Elle répondit alors avec calme, la voix de la brune est tout de même très faible, comme si elle était épuisée, malade. "Oh je ne me fais aucun soucis sur le fait que tu puisses faire de moi ton réservoir à foutre comme tu dis ou que tu puisses me buter sans que ça ne te dérange. Je comprends aussi que tu considères tout mon matériel comme le tien. Par contre laisse moi t’expliquer un truc Redneck. Primo ce matos ne m’appartient pas, il est en cours de livraison pour un petit camp appelé « Le Sac » et je suis convaincu qu’ils seraient bien triste de perdre du matériel et des livreurs. Secondo sache que mon petit cul tu le fourreras si tu veux, mais jamais avec mon accord, des pines j’en ai eu ma dose et ta gueule ne me revient pas John Walton Gacy. Plutôt crever. » Elle marque une pause, essoufflée. « Maintenant je dois aussi te prévenir que t’es un gros trou de balle d’avoir allumé cette putain de radio avant de m’avoir butter car je vais te dire ce qu’il va se passer dès cet instant. Peut être que je vais crever, peut être que tu vas m’exécuter et me violer, je ne sais dans quel ordre, fou de rage parce que tu n’a pas pu exercer ta « petite » autorité sur une nana encore en descente de stup qui pourrait très bien se faire la malle mais préfère rester face à toi à raconter au monde entier comme tu es une merde. » Nouvelle pause.
« Vous les gars qui accompagnez John, sachez que le matos que moi et mes potes on a sur nous doit arriver au Sac, je me suis engagée, ce n’est pas très loin d’ici puisque nous somme juste au Nord-Ouest du métro. soit juste au Sud de cette petite communauté. Maintenant que tout le monde connait notre position vu que vous n’êtes clairement pas les plus gros bras du quartier vous avez deux possibilités, me laisser crever et récolter le butin, avec je l’espère la joie de mourir pour ce mauvais choix. Ou trancher la gorge à ce nain avant qu’il ne coupe la mienne et me laisser livrer mon merdier au Sac. » Elle semble trafiquer quelque chose. « Alors Nick ? Rosannal ? vous en dites quoi ? »


Je vous ai appris à tricher, truander, resquiller et vous redevenez honnête dès que j’ai le dos tourné !

On n'entend pas vraiment Rosannal qui semble relativement habitué aux éclats de voix de John.
Vous entendez régulièrement Gacy à la radio, imaginez si vous l'aviez au quotidien et direct-live.
A la radio, on l'entend s'exclamer en toile de fond, hors-sujet :

Tout était si calme ce matin, j'étais bercé par les râles de mon troupeau et vous croyez que ça pourrait durer plus d'une heure ? Non non non !
Je m'en vais tourner le dos à ces bêtises, revenez me voir quand il n'y aura plus de bruit je vais faire du café.


Rejoins le crew, on a des poux (ou bien caillasse-moi)

On entend un coup sourd et un gémissement féminin.

Vous entendez tas d'fils de pute ?! C'était le coup de boule que je viens de lui envoyer dans le pif à cette salope. Je crois bien que je lui ai cassé le nez. Et un autre coup de savate dans le bas-ventre une fois qu'elle était à quatre pattes en train de chialer hèhèhè !

Puis des gesticulations, cris paniqués et bruits de lutte et de vêtements qu'on arrache.

Arrête de bouger SALE PUTE, JE VAIS TE BAISER COMME PREVU !

Les bruits se font hasardeux pendant quelques minutes et John reprend sa radio. Essouflé.

Pfff... C'est pas facile, elle en veut cette garce ! Mais... là... HUMPHFFF !! MA BITE DANS SON CUL A CETTE CHIENNE !!!!!! RAAAAAAAAAAAAAAHHHH. ARRÊTE DE PLEURER, PUTE ! HAN ! HAN ! RRRRHAAAN !


John continue de limer et on entend encore des coups sourds, comme s'il lui tapait dessus pendant qu'il l'encule.

Putain ! Elle saigne du cul HAHAHAHAHAH ! TU SAIGNES SALE TRUIE ! MMMmmmmmh ! Je vais pas tarder à gicler mais d'abord... JE TE BIFLE TA SALE GUEULE DE CONNE !!!


Un bref silence radiophonique et on entend enfin John qui rit bêtement, sans doute en train de bifler le visage de sa victime.

Elle est à bout là... hahahaha ! JE... JE VAIS VENIR MHHHHHH ! RAH EN PLEIN DANS SA BOUCHE HAHAHA ATTENDEZ... faut que je lave la bite dans sa bouche mais d'abord, m'assurer qu'elle ne risque pas de me mordre...

Bruits sourds et craquements sinistres.

JE LUI AI DEFONCE TOUTES LES DENTS DE DEVANT HAHAHAHAHA ! MAINTENANT MA QUEUE DANS GORGE DE POUFIASSE ! MMMHH... RAAAH !!! HAAAN !!!! RAAAAAHHNNN !!! NICK TU VEUX VENIR PROFITER DE SON VAGIN ? ON L'A PAS ENCORE TESTE !

Objectivement a combien on peut chiffrer la mort de ce truc ?


Cinq minutes .... Zzzzzzz

Essouflé.

Combien ? A la chatte de ta sale pute de reum, pute.

Qu'est ce qui te fais croire que j'parle de toi sac à merde ? Vu c'que tu racontes à longueur de temps sur les radios, j'dois pas risquer grand chose. Y'a qu'un micropenis qui peut s'dém'ner à c'point.
Et arrête de t'la raconter pine d'huitre, on sait tous que la meuf est déjà morte. Mais bon si la gloire de ta ficelle c'est d'rentrer dans un cadavre, amuses toi bien.


Cinq minutes .... Zzzzzzz

C'était du live sale pute, là... elle est morte je dis pas. Mais d'tal, elle était bien vivante quand je lui ai fait subir tout ça. ALORS FERME TA SALE GUEULE GROSSE PUTE DE MERDE !!!!!!!!!!!!

Larsen... non... votre récepteur va bien, mais le son n’en est pas moins insupportable.

Un crissement qui couvre les autres bruits, comme un ongle qui court sur un tableau noir. Micro-pauses qui n’offrent pas vraiment de répit, car le bruit, strident et aigu reprend... lancinant... répétitif...

Et lorsque le silence revient enfin, c’est une respiration profonde et trop rapide qui prend la place.

Intervention qui se conclue par un dernier crissement long et déchirant, comme une blessure qui s’ouvre...

Clic...


She was Fury, she was wrath, she was vengeance.

Et toi là... j'sais pas qui t'es mais j'adore ton son. Tu pourrais pas le refaire hein ? Pendant que je me termine dans le con humide et froid de cette pute de Joe.

John prit sa plus belle voix et entonna un chant sur une veille gratte pourrie qui trainait dans les environs.

(hrp : crédits - musique, paroles, voix, bite - Jakob. 2019 © )

https://vocaroo.com/i/s1Vdgwtb36Ii