RIP François Juno



"Cette fréquence mortuaire est dédiée au troubadour et poète François Juno, grand voyageur et saigneur d'esgourdes.
Laissez-lui un message, un dessin, une musique, une chanson, une fleur, une dernière gerbe...
Selon vos usages et à votre entière convenance..."



 

Ma radio fonctionne très bien au fait, Monsieur "nomade libre" du Nord, comme dirait votre collègue féminine...
La preuve... 
Juno, je préférerais passer dix heures l'oreille collée à mon pot d'échappement plutôt que d'écouter plus de vingt secondes votre vomi musical. Du moins, c'est ce que je dirais en veuve éplorée devant vos ossements. 
Au Roi de cette dernière, la seule merde que j'ai sous la main:


Sous LSD, t'étais génial. Dans la vraie vie, j'sais pas comment t'as survécu si longtemps.
A toi, l'OVNI, ma raison de décapsuler ma bière ce soir.
Tu s'ras cette petite musique énervante qui surgit de nulle part et sans prévenir.
T'as réussi ta vie d'artiste, en somme.


"Tu as un projet dans cette vie ? Dingue. Bon allez, mets-toi en slip-chaussette s'il te plaît."