Le Grand Pardon

- Non y'a un problème je te dis. Ta gueule, oui ta gueule . Hein ? Nan pas du tout, c'est pas normal je vous dis. On aurait pas ce genre de problème avec le Califat….C'est pas trop tard mais presque …. Bande de.. nan rien… rien. Attends tu vas voir, rigole… rigole.

 

Bruit de coups, objets qui tombent et se fracassent.

L'homme est essoufflé

- Guhu.

Mes bons amis, il est arrivé une tragédie...

L'USSR tenant toujours ses promesses, nous avons fait les choses en grand. Trop grand peut être, mais pourquoi lésiner sur l'apparat? Je mérite bien ça.

Nous….

- Hein ? Si je mérite bien ça … bruit sourd.

- Nous, disais-je avant d'être grossièrement interrompu par un indigent, avons organisé la grande rencontre proposée par Monsieur Etjebaiz et que j' annonçais sur ces ondes il y a quelques lunes.

Tout était prêt, la fine fleur de l'USSR, a fait le déplacement pour recevoir ...

Nous avons attendu, attendu.

- Non pas comme un con ...

Bruit sourd.

 - Le soleil se couche désormais et rien.

Monsieur Etjebaiz n'a pas daigné venir cuisiner...
Monsieur Magnus n'est pas venu rendre les armes...

Bon….

- Hein ? Ouais on s'en branle mais ta gueule

 - Non la vraie tragédie mon bon ami est autre…

Kenija n'est pas venue ...

Tout était pourtant prêt, rien ne manquait. Les petits plats dans les grands, les larbins étaient briefés, j'avais même… pris le temps de faire mes ablutions trimestrielles.

Les mauvaises langues alentours...

- Fais pas genre connard ouais je parle de toi.

- Les mauvaises langues disent qu'elle et les siens ont fuit comme des lâches, mais ils ne la connaissent pas comme moi !

Comment imaginer une " réorganisation tactique " qui conduit à abandonner derrière eux tant de choses ? Non cela ne peut être vrai, ce serait indigne d'eux.

C'est donc seulement à cause de ce malentendu fâcheux ?

Il se trouve voyez-vous qu'il semblerait que les insinuations de papy n'étaient encore que de séniles élucubrations de son esprit décrépit.

Ma bonne amie Kenija était innocente et vous en êtes , ravis tout comme moi j'en suis sûr.


C'est donc à toi Kenija que je m'adresse.

- Hein ? Aux autres aussi ? Même le type qui dit des insanités en guise de ponctuation ? Vous êtes vraiment cons vous savez ?


- Pardon, le peuple c'est chiant et j'en ai parmi mes gens.

Ma bonne amie Kenija, tout est pardonné ! Nous vous avons cherché, nous avons fait le tour de votre terrain de jeu, cette terre de cendres, mornes que vous avez faites vôtre. Pas trace de l'un entre vous ...

Quel désarroi. Je suis rongé…

- D'asticots ? N'importe qu… Ah si putain bien vu du con merci.

- Je suis rongé d'inquiétudes. Vous est il arrivé malheur ? Où vous trouvez vous ?

Sachez que votre bon Azazel à oeuvré durement pour vous.

Je souhaite mettre en oeuvre pleinement l'amnistie générale que je vous ai négociée !

Donnez nous vos armes, partez quelques temps en voyage avec moi et vos amis seront libres de reprendre leurs activités, pacifiquement sur le continent.

Nous les rejoindrons ensuite ensemble !

Je vous offre une vie de liberté. Saissisez-là.

Je suis déjà en chemin, dites-moi juste où nous retrouver !

Guhuhuhuhu !


Pssst

Pathétique. Té !