Allez viens on s'caiiisse

Chapitre débuté par La Recluse

Chapitre concerne : Loxos, La Recluse,

Ce texte vaut 2 bières !
Sang-froid. Sang et froid. En deux mots. Deux caractéristiques de l’arachnéenne sous ses aspects reptiliens. Du moins... habituellement. Car depuis quelques temps, depuis leur départ de Roningrad en fait, quelque chose démange de plus en plus les Loxos, et ce n’est pas les grains de sable dans leurs sapes.

Un peu comme un tic nerveux, plus ils avancent dans le désert, et plus ils rongent leur frein. « Caiiiiiiiisse !!! » par çi, « caiiiiiiiisse !!! » par là... un coup Nacho, un coup Hyde, quand c’est pas Kila qui s’y met. Il n’y a que Tom que cela laisse indifférent. Tant de caisses et lieux de potentiels trésors inestimables qui sont le sang de tout nomade qui se respecte. Et à chaque fois le même air froid et réprobateur de la veuve noire, rappelant qu’ils sont toujours sur un sol rouge malgré les kilomètres avalés par leurs pieds. Pieds qui donnent des coups dans le sable à chaque fois qu’un rouge vient récupérer ce que Roningrad considère comme leur dû. Jusqu’à la caisse de trop, celle qui fait déborder la corne d’abondance. Surtout quand le trésor, non loin d’eux, est pris d’assaut par un groupe surgit du loin et qui de toute évidence ne s’encombre ni de règles ni de leur présence. Le sang ne fait qu’un tour.

Hyst et rique. En un mot. La Recluse craque légèrement. En un seul regard aussi, elle lâche les fauves. Ses monstres se réveillent et se révèlent être d’une efficacité à toute épreuve après tant de frustration. A part Hyde... faut toujours une couille dans le potage, ça lui va si bien. L’instinct et la liberté reprennent le dessus, et les bêtes qui sommeillaient en chacun d’eux attisent les sens de la femme. Ce fut court, expéditif, et ô combien jouissif. Une telle abstinence mérite bien ça.

Quelques pas en arrière, elle se laisse tomber au sol, encore haletante. Respiration profonde et lente jusqu’à retrouver un rythme cardiaque digne d’un sang froid. Pourtant, l’adrénaline ne veut pas quitter son corps. Un à un, elle lèche minutieusement ses doigts recouverts de sang encore chaud, et ferme les yeux. Délectation. Puis elle prend sa radio qu’elle règle sur la fréquence de Roningrad. La pointe d’excitation se fait sentir dans le timbre de sa voix pour qui a l’habitude de l’entendre parler.


Roniiingrad ? Ici la Recluse.

Un silence, elle hésite sur la tournure à donner. Un instant elle imagine faire venir Jelani jusqu’à elle, comme il avait descendu sa tôle ondulée pour venir l’accueillir à Roningrad. Juste pour le plaisir de l’attirer à elle. Elle regarde le « butin » au sol, se dit qu’il faudrait sans doute mentir sur la marchandise pour lui faire bouger le moindre orteil.

Nous avons quelque peu tâché votre sable. Noootez que ça fait ton sur ton, l’assortiment est assez... chaaaleureux. Aucune faute de goût. Quelqu’un pour venir faiiire un état des lieux ?

Un nouveau silence avant d’ajouter :

J’ai un message peeersonnel pour... Ruscherra. J’ai senti le souffle chaud. Je répète. J’ai senti le souffle chauuud.

A vous.


Elle garde la radio en main et observe devant elle. Au milieu des 4 cadavres, les Loxos semblent avoir trouvé un nouvel exutoire consistant à faire faire des vas et viens à une flèche dans un pied de Hyde. Le prend-il ? Roningrad a vraisemblablement eu droit en bruit de fond à des cris où se mêlent douleur et plaisir, entrecoupés par des « oh ouiii » et des « encore », sans oublier les « ouille » et les éclats de rire nerveux. Aucun doute, ils sont à bout et ont littéralement pêté une durite. Le nerf de la vie tient dans des caisses, surtout quand elles sont interdites...
Ce texte vaut 2 bières !
Sans crier gare, une flèche vient se planter dans la jambe du chef de groupe qui hurle de douleur.
Souffrance d'un patient détecté.
Cause la plus probable : cancer de l'estomac, certitude à 15%.
Nécessité d'une opération en urgence !

Les doigts du robot se rétractent pour laisser place à des scalpels,
sans attendre, il ouvre le ventre de l'homme qui hurle de plus belle.

N'ayez crainte, les opérations chirurgicales ont un taux de réussite de 30%.
Voici un traitement homéopathique contre la douleur.

Il lâche une poignée de granules sur la tête du "patient" tout en continuant à chercher une tumeur dans ses entrailles...
Il s'arrête quelques minutes plus tard.

Le patient n'émet plus aucun signe vitaux, la tumeur a été trop fulgurante.
Enregistrement des données...

Il se tourne ensuite vers les membres du groupe Loxos.
Présentation : 4A58, robot de soin expérimental effectuant sa beta test en conditions réels.
Mission : sauver des vies.
Situation actuelle : anciens patients morts, leur mort semble avoir été naturelle.
Nouvel objectif : trouver de nouveaux patients à soigner.

Il reste ensuite parfaitement immobile.
Ce texte vaut 2 bières !
L'odeur du sang, le fracas des armes et le rale d'agonie des blessés. Et la douleur, oui la douleur, la seule sensation qui vous fait vraiment sentir vivant. Tant de lunes depuis que les sens de Hyde n'avaient pas senti l'imminence de ce cocktail euphorisant.
Le groupe est surexité, Nacho et Kila s'enfilent une bonne rasade de whisky, fetant par avance leur victoire. Le plan est dressé, le robot dois changer de camp, et l'enfer ce déchaine, simple, brutal, efficasse. Comment le robot doit changer de camps? Il en sait rien, Hyde ne sait pas comment programmer ses boites de conserves, il fait confiance à Nacho et La Recluse qui lui ont dit que c'était possible.

L'assaut est lancé, les arcs lachent leurs flèches, Kila elle, charge sabre au clair telle une furie sanguinaire. Bientot il ne reste que des cadavres, vite, trop vite pour qu'Hyde ai pu pleinement profiter du carnage, il est frustré, pas la moindre difficulté, pas la moindre blessure chez les Loxos...
Sa flèche est toujours encoché, il ne l'a pas relaché. Il baisse lentement son arc, un sourire au lèvres, met son pied gauche légèrement en avant, et décoche la flèche qui le transperse de part en part.

Il retiens un cris de douleur, et sautille sur l'autre pied. Se laissant emporter par la bouffée d'adrénaline, il s'écroule enfin, un grand sourire béa lui fend le visage. Finalement, tout est bien qui fini bien...
Ce texte vaut 4 bières !
Des lunes et des lunes à obéir à la grand-mère d’Alice sauf que l’on n’est pas au pays des merveilles tant les caisses croisées sont reclusement interdites au toucher. Et le Nacho, ça lui brule les doigts, ça lui enfume le cerveau, ça lui dérègle le bulbe au point de boire comme un trou depuis le départ de Roningrad.

C’est simple, les caisses, ça lui donne la canne, et ça l’émoustille, autant qu’une belle paire de fesses dans le bayou … Mais la tendeuse veille … On ne touche pas …

Puis, sans qu’il ne s’y attende, lui et le groupe vont être acteurs d’un truc de fou, d’une scène qu’on ne calcule pas, et qui vous aspire inexorablement comme une glissade dans un trou noir béant …

Quatre ploucs en goguette qui se la font en mode Indiana Jones, tout frais moulu des tunnels, et qui viennent sous leurs yeux ébahis, prendre et ouvrir une caisse en chantant …
Chaque individu a ses limites et d’un coup d’œil sur les loxos, Nacho comprends que la frontière est dépassée allégrement et qu’il n’est plus question de rester là, inactifs, les bras ballants, les yeux fous d’envie, et la bave au coin des lèvres.

Les beaufs doivent payer l’écot et d’un signe discret de la filoche, le latino se faufile vers le groupe et tombe sur … le dos d’un robot orné d’un commutateur ON/OFF …

Le petit Nacho était le premier de la classe, et ses petits circuits imprimés aux parfaits typons, montage et autres composants électroniques, faisaient la fierté du gamin qui en fabriquait à la pelle. Alarme de porte, radio AM, potentiomètre, ect … Il appuie sur OFF.

Une petite porte mal fermée s’ouvre en couinant sur un tas de fil. Trois fils de couleurs marqués, le rouge AGRE, le vert PROTEC, le jaune COHABITA … Regard d’expert sur le seul petit plot libre marqué TION …


_ Hydes … Rouge, vert ou jaune, tu préfères quoi ?

_ Vert ou jaune !

_ Ok …

Il prend le fil rouge et le branche, puis … ON …

Et là, c’est la faucheuse qui se mets en route, les clic, tchackkkk, scrashhh, plop, bizzzzzzzzzzzzz …. Le robot aux faux airs d’Edouard aux mains d’argent. Ça coupe, ça tranche, ça fauche, ça détache, ça tranchaille …

Quand le latino saute tel une gazelle du désert sur OFF, c’est pour se relever et constater l’arrêt du laguiole métallique et … pour trouver à ses pieds, un doigt, une oreille, un bout de bite, un orteil …

Le jet est lourd, plein, consistant et le vomi se répands sur le sable qui semble trouver plaisir à absorber les restes de la cuisine de Kila …


Hydessss … Hydes … Tu es o….

Le condensé des villages people est en train de se masturber le pied avec sa flèche … Deuxième jet …

‘tin à boire … Donnez moi à boire …
La prise de décision avait été rapide. Le robot était dans le groupe de péquenauds qui avaient eu le culot de ramasser de la caisse sur le territoire Rouge et sous leurs yeux. Le sang d'un certains de ses amis n'avait fait qu'un tour, celui de Kila également.
Elle attrapa au vol le biberon de whisky que lui avait lancé maman avant de le descendre d'une traire, vérifiant en même temps que sa lame coulissait bien dans son fourreau. Il se mirent en route.

L'ordre d'attaque fut donné en réalité par le robot une fois sa reprogrammation terminé par le nouvel expert en électronique du groupe. Le résultat fut aussi étonnant que sanglant quand la boite de conserve se mit à découper le mec devant lui sous couvert de soins médicaux ...


LOXOOOOOOOOOSSSSSSSSSSSSSSS

En gueulant, elle se jette sur le groupe encore sous le coup de la surprise. Comme une furie, elle se met à tailler dans le gras, aveugle à la sauvagerie ambiante qu'elle déploie autour d'elle. C'est assez chaotique mais efficace et rapidement le combat se termine. Quatre morts ... au vu des corps deux sont de son fait. Elle se laisse tomber le cul par terre le souffle court avant de regarder autour d'elle. Toute la famille est sauve ... sauf peut être Hyde qui sautille dans le sable. Inquiète, elle se relève et s'approche de la bête avant d'apercevoir la bosse de son pantalon alors qu'il fait un truc dégueux avec son pied et une flèche.  

Haha, pendant un moment j'ai cru que t'étais ble..... NON NON NON NON .... rien oublies ce que j'allais dire ... super ton pied ... il a l'air d'aller super bien ... il était comme ça avant je crois bien ... le trou a toujours était là hein ?

Elle jette un regard anxieux au robot ... visiblement signaler une blessure n'était pas la meilleure idée qui soit au vu du résultat de sa précédente opération.

Bon ... maintenant je vais avoir pas mal de cuisine à faire moi .... Nacho tu m'aides ? Ce soir c'est .... Pulled pork pour tous !

[Lune 31] Allez viens on s'caiiisse Slow-c10
Une communication entrante sur le poste communautaire. La douce voix d'une araignée. Une emmailloteuse de première catégorie, à la soie aussi fine qu'affutée. La dame avait fait de l'effet, à Roningrad. Et apparemment, elle aime à redécorer les lieux, un peu à sa manière.

"Ici Jelani, à Roningrad. Tout le monde vous entend."

Il s'attendait à quoi ? A ce qu'elle entreprenne une séduction radiophonique trop poussée pour qu'il puisse cacher son émoi ?

"Que s'est-il passé ? J'espère que vous n'avez pas de blessés..."
Une voix intervient derrière Jelani.

Permettez ?..

C'est Ruscherra qui emprunte la radio de Mipira. Sa voix est d'une égale froideur bien qu'on sente poindre un sourire à la commissure des lèvres.

J'ai toujours rêver de m'affranchir des codes de l'existence physique. Je ne pensais pas t'accompagner si vite dans ta verve artistique.
Buvez au fait d'être en vie, les troubles-fête ne devraient plus poser trop de problèmes, hm ?
Bisous partout.


Il remercie sommairement son chef pour ce petit coup de folie et part s'en griller une.