La mer de cendres

Salmigondis de bruits parmi lesquels : friction spongieuse, respiration haletante et couinement de souriceau.

Hin-hiiiiiiiiin.... j'crois que j'ai jouie.

À ses cotés, une petite forme pas si innocente que ça vient passer un doigt rapide sur la fente innnondée. Aussitôt en bouche, la langue claque sur le palais.

- Moui. Le goût n'est pas déplaisant.

Du vent souffle légèrement sur cette nouvelle fréquence. Un triste silence demeure. Des raclements de gorge viennent ensuite briser cette monotonie.

Ahem, hem. Ici François Juno, en direct de la mer de cendres. Il n'y a rien ici. Seulement les restes des forêts jadis si verdoyantes. Des troncs brûlés, à perte de vue.

Picasso a eu sa période bleu. Je vous présente maintenant ma période... Sans couleurs. Et sans paroles.



Braille.
GERONTOPHILIE !!!!
Hein que t'aimes les vielles ma petite cochonne ? AH AH AH AH !!!!
Pendons la haut et court, peut être que son p'tit clito sera tout tendu AH AH AH AH !!!!
Je suis fière de toi ma fille, c'est courageux d'assumer que t'es une salope née AH AH AH AH !!!!
Bise, à bientôt ma belle.


Faire demi-tour c'est ce retrouver à marcher dans sa merde après une bonne chiasse.

Hé mercredi! Tu connais la légende des sorcières et du faites qu'on les représente a califourchon sur un balais?!? En faite elles tartinaient leurs balais, au niveau de l'endroit où elles posaient leurs vulves, des décoctions de plantes peu recommandable mélangées à des huiles essentielles de plante psycho-actives.  Ce qui avait pour effet de très vite pénétrer par les muqueuses, de... enfin... bref en quelques secondes elles étaient complètement perchées et avaient l'impression de planer sur leur balais. Je suppose que ça marche dans les deux sens. A mon humble avis, avec le shot de ciprine que tu viens de déguster, et ben... tu va prendre chère ma grande. Et compte pas sur moi pour venir te tenir la tresse quand tu sera entrain de vomir tes tripes. Après ça c'est ce que j'di! 

Sh... Shiva ne répond plus ? Je... Je crois qu'il lui est arrivé le même sort qu'à la petite... L'une voulait me torturer, l'autre me dévorer sensuellement...

Mais... C'était... C'était la majorité de mes fans...

P... Pour toi, Sh- Sh- ShivAAAAAAAAAAA !
François finit par éclater en sanglot, et se lance, corps et âme, dans sa toute nouvelle composition. On sent vraiment toute la passion déferler au bout de trois minutes de piano.




Pour ceux qui sont restés jusqu'au bout de cette aventure musicale, on peut entendre les reniflements de François Juno qui s'arrêtent progressivement.

P- Plus de cendres ? Est-ce que ce ne serait pas... Le Paradis ?

Y'a pas à dire, Monsieur Juno, vous êtes un veritable artiste.
Vous venez de gagner un fan.

Hi hi hi ! Voilà qui me fait plaisir !

Une interruption à coup de grosse quinte de toux.

-K- Keuh heu !


Excusez-moi, c'est toute cette cendre... On aurait pas dû s'aventurer par ici... Sinon, vous allez bien ? C'est vous qui cherchiez votre famille, non ?

Je suis sûr que vous les retrouverez ! Même si vous devez les chercher... Jusqu'au Paradis !

3, 4 !


Les premières notes au piano du "Paradis" retentissent, mais la radio finit par se couper brutalement. Plus de piles ?

Du génie, je vous le dit!