Pôle emploi : Arpenteur-géomètre

Un léger grésillement, puis une voix, un peu monocorde :

Nomades de ce monde. Si comme nous vous avez eu à traiter avec l'USSR au temps du daimyo Jelani, oubliez cette époque.
Si il était compréhensible que les terres à proximité de Roningrad soit chasse gardée.
Il apparait désormais que le moindre trou à rats estampillé USSR et cie aient le même genre de prétention.

Pour un groupe qui avait prétention à construire un monde nouveau, il y a une certaine ressemblance avec l'ancien.

Je précise donc à la camarade Laura de l'USSR que, tant que l'USSR n'aura pas embauché son lot d'arpenteur-géomètres pour planter tout les petits piquets de propriété qu'elle s'estime en droit d'exiger, le Squadron, groupe nomade libre, considérera que le désert est à tout le monde et ses reliques au plus rapide.


Une petite pause. Un bout de papier qui crisse dans les mains et d'une lecture appliquée ;

Et pour finir un petit homage au défunt.

Celle qui gronde,
pour au Ronin dicter loi,
à tous prétendra.

 


Ni dieux ni maîtres.

- Nouveau...Ancien...Re-nouveau !
L'histoire...just' un éternel r'commencement, on sautille just' sur des pointillés entre nos parenthèses, et c'est toujours ceux qui s'y retrouvent pas qui font les révolutions !
Bonne chance aux plus malins...Et aux poêtes !

 

La géomètre est venue vous contacter par radio mais vous lui avez craché à la gueule direct alors qu'elle venait discuter.
En conséquence sa demande d'ouverture au dialogue s'est transformé en exigence, tant pis pour vous, les pillards ne seront pas tolérés.

Té, j'étais justement en train de planter des p'tits piquets autour de l'Asile, histoire d'faire un p'tit potager pour tout l'personnel infirmier et tous les malades du ciboulot qu'on doit soigner, quand j'tombe nez à nez sur toute votre clique, flingue sorti et mine patibulaire. Qué me vl'a bien con avec tous mes p'tits piquets, j'allais pas vous les lancer en pleine poire, hé, histoire d'montrer qu'ici dites donc c'est chez nous. J'ai pris mes bric et broc et j'suis r'venu dans mon patelin aussi tôt.

V'la ti pas que l'lendemain vous v'nez ensuite directement ch'nous en mode ninja furtif histoire d'nous tâter l'derrière et qu'vous r'partez aussi sec. Ouhlala foutredieu, qu'on s'dit qu'ça va chauffer. Pas très poli ça mam’zelle.

Bon finalement s'passe rien, j'reprend mes p'titis piquets et j'me dis, bon papy, t'vas pas prendre l'risque d'les r'croiser quand même, on va changer d'direction et faire notre potager ailleurs. J'ramène un copain avec moi cette fois, histoire de pas prendre d'risques.

Nous v'la à peine parti que j'vois au loin un chouette patelin tout neuf et avec personne dedans. Une bourgade fantôme ils appellent ça. Bon ça ressemblait pas à grand chose, mais quand même visiblement suffisamment grand pour cacher toute la clique des squadrons toutes armes dehors, nous observant arriver. Un type à la dégaine de shlag, son sourire de taré placardé sur la tronche, qui m'demande : J'suis qui et qu'est-ce que j'viens foutre là ?

Bin, vous, qu'est-ce que vous foutez là à vous planquez comme ça près d'chez nous, qu'j'avais envie d'lui répondre, mais bon j'étais pas vraiment en position de d'mander des choses là. J'fais qu'passer que j'dis. J'croyais qu'y avait personne ici. Sacré surprise hé ?

Té ! Bon, c'est pas qu'j n'voulais pas resté, mais hé, ils avaient pas l'air content d'me voir, en pointant tous leurs jolies flingues sur nos tronches, donc bon, on s'est dit, mon copain et moi, qu'on allait pas trainer nos vieilles carcasses dans l'coin. C'plus prudent. On n'sait jamais. Singe échaudé craint pas l'eau tiède. C'pas au chien qu'on apprend à tuer la peau d'l'ours, avant d'mettre la charrue à couper le fil au beurre.

On a donc fait hop par là, hop par ci, hop là mon gars qu'on nous voit, hop par ici qu'on nous voit plus et pim pam boum, un peu de poudre d'escampette et de perlinpinpin dans l'nez, c'est nous qu'on est plus là, c'est nous qu'on a pu r'vu.

Ils savent bien ce que c'est de toute façon, ils ont fait l'même coup chez nous en mode ninja des familles. Donc on vient, on rentre en com, on repart sans rien dire, té, tout l'monde connait ça n'est-ce pas ?

A la revoyure et jamais 2 sans 3, comme on dit. Voilà j'ai jamais eu trop l'temps d'mettre mes piquets du coup, chaque fois que j'sors un bout d'orteil de l'Asile j'tombe sur eux tout flingues sortis. Té, peuvent pas zoner ailleurs qu'pars chez nous sérieux ces shlags ? L'est pas assez grand l'désert ? 

Ça toussote, histoire d'avoir une voix d'adulte, puis ça commence à parler dans le micro, comme font les autres.

Excusez moi, mais il me semble que partout on nous allons, les communautés nous reprochent de nous déplacer, ou de vouloir rester alentours.
A force de planter des piquets au sol, et des piques sur les étrangers, ce désert va ressembler à un gros hérisson. Euh, un porc épique.

Veuillez nous excusez pour la gêne occasionnée, si la méfiance est réciproque, mais on demande juste à pouvoir errer sans se faire reprocher de ramasser des choses. On pille personne, puisque les propriétaires ne sont plus de cette époque.
Et personne ne peut se plaindre d'avoir reçu une de mes flèches dans le postérieur. Enfin personne d'autre que... Euh c'est gênant.
Voilà, je sais pas trop qui vous êtes, et vous ne savez pas qui je suis mais ce n'est pas une raison pour s'en vouloir pour autant. L'amour des siens, n'est pas la haine de l'autre.
Coeur sur vous, et flèches sur les ragondins.

Et ça coupe l'émission, toute fière de sa tirade...

T'as pas pissé récemment du côté d'notre frontière Nord, la chienne errante, dans tous les cas.

Mais si c'était juste pour faire ta crise d'ado attardée et crier anarchie parce que le grand méchant Jélani est mort, paix à son âme, bravo. Hm...admirable.

Quelques instants s'écoulent avant que la radio ne grésille à nouveau. Une jeune femme visiblement très excitée s'exprime avec un panache certain.
Bordel, c'est allumé cette merde là ? Y'A QUELQU'UN ?!! Rah, pour se plaindre qu'on passe dans un pâtelain ou pour râler qu'on se balade pas juste en slip comme des naturistes en devenir, y'a du monde, mais pour aider son prochain, là, y'a plus personne !

Elle semble prendre un moment pour reprendre son souffle.
Bon, sinon, entre deux concours de celui qui pisse le plus loin, si y'a un d'entre vous qui peut me dire si vous avez pas croisé une certaine rouquine répondant au foutu nom de Blair Wesley-flèches-vont-dans-tous-les-sens ! Ca me fait LITTÉRALLEMENT mal au cul de pas l'avoir sous la main là ! Non ? Je l'ai ratée de peu ? Mince...

Bon, sinon, j'ai pas trop suivi toutes vos histoires d'appropriation du désert et de "touche pas à ça petit con, j'ai un arrière petit cousin qui connait un type qui a un jour vu un borgne unijambiste cracher sur une belette qui est passée par là y'a 12 lunes, alors c'est à moi !", mais bon, le désert, il est un peu à tout le monde. Et vous pouvez même pas dire qu'on est des sombres connards, on se promène gentiment, on dézingue (quasiment) personne, on respire le bon air pur et ON PÈTE LA GUEULE AUX ROUSSES QUI SAVENT PAS VISER BORDEL DE CUL, BOUGE PAAAAAAAAAAAS, JE TE VOIIIIIIIIIIIIIS !!!

Des bruits de pas précépités se font entendre, avant un silence radio assourdissant...


TOUCHE PAS À ÇA PETIT CON !

-Ici White. Ça va être dur ce que je vais dire car je suis pas pour se parti là, mais c’est très clair, le monde tourne comme ça depuis toujours et râler y changera rien.

-Les lois sont mise en plus par les plus fort et pour les plus fort. Pas pour protéger un peuple ou pour laisser à tout le monde une chance de devenir quelqu’un, les gens puissants s’en battent les couilles à la faucille et au marteau. Ce qui est ironique quand on pense à l’idée de propriété, mais on va encore m’expliquer que je dois pas faire d’amalgame de courant politique et ça va me gonfler de parler à des sourds donc je vais être clair.

-Tu peux revendiquer un truc quand tu as le pouvoir de le faire. Si tu as pas le pouvoir de le faire, tu fermes ta gueule et tu respectes cette règle pour rester vivant. Si vous voulez revendiquer des trucs, comme, et c’est tout en votre honneur, laisser le désert libre, vous devez pouvoir être plus fort que ceux qui revendique ce dit désert. Et donc, reproduire le schéma du : Je suis le plus fort, c’est moi qui décide.

-Alliance, sabotage, propagande, chacun ses armes pour y arriver. Mais juste l’ouvrir pour pleurer que vous voulez faire ce que vous voulez et que les puissants sont des méchants car ils ne veulent pas, c’est lourd et complètement inutile. Maintenant, vous faites de l’animation et je suis pas contre. Donc amusez-vous bien.

 


-La seule chose qui permet au mal de triompher est l'inaction des hommes de bien.- Edmund Burke

"Tu pourrais mettre de l'eau à ton moulin White. Si les puissants d'aujourd'hui se battent les couilles de protéger le peuple et de laisser à tout le monde une chance de devenir quelqu’un, pourquoi est-ce que l'USSR n'attaque pas à vue tout ce qui bouge ? À la place nous aidons des exilés à se réinstaller ailleurs dans une zone qu'on espérait à l'abri des pillards, nous organisons avec le Cirque un grand spectacle d'animation à Roningrad et nous ouvrons le commerce avec des cowboys pour une mine que nous pourrions exploiter nous-même sans leur présence."
 

-Tu es trop susceptible Laura, c’est le fardeau des puissants d’être critiqué et caricaturé. Mais oui, je trouve que depuis la mort de Jelani, je dois le reconnaitre, et je l’annonce sur les ondes, vous semblez changer de cap et franchement, ça fait plaisir à voir. Continuez et je pourrais même vous soutenir. Mais bon Dieu, ne prends pas toutes mes frasques en attaque personne, tu ne fais que confirmer mes dires.

-Je pourrais même dire simplement que tu dois y trouver ton compte dans le placement des exilés. Pour le cirque, c’est du pain et des jeux, offrir au peuple une distraction pour oublier ses tracas d’oppression et pour la mine, ça vous coute moins cher de faire du commerce que de l’exploiter vous-même et tu le sais. Donc non, ne joue pas les saintes, tu n’es pas mère Thérésa et l’USSR n’est pas une œuvre de charité et c’est normal, celui qui vous en blâmerait serait un fou, je n’ai plus 20 ans et mes utopies sont mortes sous la chappe de la réalité.

-Alors détend toi Laura, laisse gueuler les anarchistes et ceux qui peuvent encore penser que le monde peut être libre de frontières et de lois. Surtout que, à force d’aboyer, les gens vont se rendre compte que vous ne pouvez pas gérer un si grand territoire. Ce n’est pas dans votre intérêt, on est bien d’accord ? Laisse s’amuser un vieil ivrogne qui aime le chaos.

-D’ailleurs, à ceux qui pensent que le monde est libre, si vous étiez plus malin, vous iriez plus loin, je pense que le désert est assez grand que pour ne pas venir chercher des merdes dans le jardin du chien qui aboie, même si il mord pas si fort. Car à force de tirer la queue du chien, il peut devenir loup. Je me permets une provocation amicale car Laura m’a dans la peau, on le sait, mais jouez pas au con non plus avec des puissances qui vous échappe, surtout si vous savez pas vous servir de votre arme et que vous tirez n’importe où.

 


-La seule chose qui permet au mal de triompher est l'inaction des hommes de bien.- Edmund Burke

"Moi susceptible ? Ouai t'a raison ça fait un moment que je dis au Conseil que je ne devrais plus être diplomate, j'en ai ma claque. J'aimerais juste que les critiques et les caricatures ne viennent pas de partenaires et voisins surtout quand elles ne sont pas fondées. Alors ouai quand TOI tu parles de peuple oppressé à Roningrad ça me fout en rogne, car on retient personne de force et tu le sais bordel de merde. Et après TU me compares à un chien qui aboie ? P'tain c'est peut-être Jelani qui avait raison depuis le début si c'est pour me prendre ce genre de remarques après tout le boulot d'apaisement des tensions que j'ai fait à la diplomatie de l'USSR."

** Grésillements entrecoupés de jurons que ma mère m’interdit rigoureusement de répéter ici… puis une voix dont la masculinité ne fait guère de doute – mais méfiez vous des surprises quand même – se fait entendre. **

«  Dites ! Vous ne pourriez pas aller régler vos problèmes existentiels ailleurs que sur les ondes ? Trouvez vous un psy ou une bouteille de rhum mais lâchez nos ondes. Parce que depuis tout à l’heure j’essaie de capter une fréquence musicale que j’avais chopé et là j’tombe constamment sur votre psychologie de comptoir et les états d’âmes de la mistinguette qui voudrait qu’on l’aime. On a bien compris qu’elle nous aime ; même quand elle nous explique qu’elle va lâcher ses clébards pour nous arracher les couilles et s’en faire un collier parce qu’on a pissé là où il ne fallait pas. Alors sois tranquille ! Je t’aime aussi. Ca fait tellement longtemps que je me la mets sur l’oreille que je suis prêt à aimer n’importe quoi à vrai dire. De l’amour j’en ai tellement en stock que ça m’fait mal quand j’m’assois c’est pour dire ! Alors maintenant fermez là ou balancez un peu de musique qu’on oublie quelques temps ce monde de merde et qu’il me suffise de fermer les yeux pour croire que tout est rev’nu comme avant… »

** On entend vaguement des sons et une autre voix rendue incompréhensibles par les crachotements. Puis une voix nasillardes se fait entendre qui rappelle un peu celle entendue auparavant **

« ...gnnnon pas les gnarines encore... »

** Silence radio ! **


C'est beau la connerie en couleur

Ouais donc c'est réglé ? J'suis votre arpenteur-géomètre. Vous m'laissez planter mes p'tits piquets à 3-4 lunes de l'Asile et chacun respecte sa zone ? On est d'accord hein, la forêt calciné je l'ai arpenté de long en large et j'peux vous dire que l'endroit il est assez grand pour pas que vous n'veniez nous emmerder juste devant nos portes comme vous faites depuis trop d'temps là. Enfin j'dis ça c'est parce qu'on a été un peu surpris au début, quand même, surtout quand vous nous avez fait l'coup du ninja furtif, là on a moyen apprécié quand même, alors v'n'ez pas vous plaindre derrière. C'est pas vous les victimes. Qu'on prenne des dispositions ensuite pour pas que vous ou même d'autres ils fassent pareil, ça parait quand même légitime, vous auriez fait pareil j'suis sûr à notre place.

Enfin si j'peux vous donner un conseil de papy qu'en a vu dans sa longue vie, histoire d'être tranquille, ça s'rait d'zoner plutôt du côté de l'autre continent, là où tous les matelots du Karaboudjan ils sont partis, vu l'peu qu'ils causent, j'suis sûr qu'ils vous diront rien si vous zoner près d'chez eux et ramassez toutes leurs caisses, ouais, faites donc ça. Eux c'est des gentils qu'ils disent. C'est nous les méchants il parait, faut pas vous tromper.

Non parce que la forêt brulé, j'veux pas dire, mais quand même y'a rien qui y pousse et en plus elle a pas bonne réputation. J'crois que y'a nul part au monde ou y'a autant de cadavres et d'meurtres en pagailles depuis l'début d'la nouvelle histoire du monde. J'sais vraiment pas c'qui vous attire tous là-bas. Faut quand même pas aimer beaucoup la vie pour y rester.

Voilà, faut toujours écouter les vieux, ils sont d'bons conseils, parfois.

 

Hé, hm...les per-*roulement de R*-roquets, faut pas tous faire de l'écho parce que j'ai donné du "toutou" à la nouvelle reine des gitans, qui n'applique la loi du plus fort qu'devant les "rats", une rébellion absolue contre le Vieux Monde, hm...assurément... 

Laura, repose-toi, ça vaut pas un clou par ici. Rien d'intéressant à l'horizon, comme à la frontière des Rangers. Pas un péquenot en vue. Et ça vient te causer de territoire, on sait pas trop pourquoi...

"Chic, du cirque. Avec de grands artistes humanistes !"

"Enfin humanistes. Sauf avec un vieux punk à chien qui cherchait de l'aide pour venger un pote buté par ces mêmes artistes, un vieux bavard qui se baladait avec sa formidable petite Grive, sa fille et un raton. C'est vrai que ça fait peur les punks. C'est pas propre, chaotique, ça se lève avec l'envie de faire 10 trucs de furieux en même temps."

"Oui, j'avoue, Laura, fais une pause... On peut pas dire que tu m'aies aidé pour sauver de la mort mes amis, parce qu'on les aimait bien nos amis. Enfin, je t'en veux pas. J'imagine que c'est dur de gérer la cour de récré des maternelles. Tellement dur que j'attends toujours que tu me recontactes. A moins que..."

"Que ce soit une vraie perte de temps, la diplomatie."

"Je ne suis pas vieille, le Vieux qui donne des conseils, mais j'ai remarqué que quoi qu'on dise, chacun se crée son petit fantasme, avec ses propres valeurs distordues. White a raison. Il n'y a ni gentil ni méchant, juste des gens armés qui s'adonnent à leurs caprices en fonction de leur capacité à abattre les obstacles, humains ou pas."

"Du coup, le Karaboudjan n'existe plus, pour information. Le Vieux qui pique."

"A quand vous voulez. Bisou !"


Un jour de plus. Deux nuits de moins.

Voilà, donc c'est parfait, tout est bien qui fini bien. "A quand vous voulez, bisou" qu'ils disent. C'est une invitation ça. Allez donc vers le Karaboudjan qu'existe plus, voir si desfois qu'on y était pas nous non plus. Hésitez pas à poursuivre vers l'aut'e continent aussi. Veulent bien que vous arpentiez leur zone pour leur piquer leur caisse eux, les gentils qu'on l'coeur sur la main et qui vous font des bisous. Tout le monde il s'ra content. Vive votre liberté, mais loin d'nous et d'nos piquets à salade.

J'suis content d'avoir rond'ment m'né cette négociation avec tout l'monde. Tout est clair, propre et parfait maint'nant. J'savais qu'j'aurais dû faire carrière en diplomatie moi.

J'laisse le canal radio quand même, parce que visiblement y'a beaucoup de mouches à merde qu'on rien à dire d'intéressant sur toute cette histoire, mais qu'on envie de le dire quand même. Voilà, j'vous laisse, c'était l'arpenteur de l'Asile.

...

Bon pas tout ça, mais on a plein de piquets à planter nous main'tnant du coup.

On entend quelques bruits de cuisines ou de canettes qui s'entrechoquent.

Bon, j'vais pas parler en machant ma barbe ou ressasser des histoires de pisse froide pour faire couleur locale.

Par contre papy tu me sembles avoir une ambition qui dépasse tout c'que j'ai connu.

3 ou 4 lunes de distance ... t'es sérieux ? Tu crois qu'tu peux te réserver entre 12 et 16 lieues de marche de circonférence autour de ton bouiboui ?

J'suis pas certaine que tu vives assez longtemps pour planter tout tes piquets ... vu ton grand âge.

Vieux sèm' tes piquets

pour que naiss' une floraison
d'esprits révoltés


Ni dieux ni maîtres.

Hm...oui, très bien, on commence à faire le tour du tout et n'importe quoi, Laura s'était exprimée sur l'affaire du Cirque mais j'vais être aussi perspicace que mon pot d'échappement étant donné l'niveau du bruit en face...une histoire de petit fantasme et de hm...valeurs distordues, sans doute: les vilains fachos plein d'lois et d'territoire invitent John Wayne Gacy aka Pogo. Seigneur. Le règne du Chaos. C'est Monsieur White qui doit être content, lui qui aime ça, nous a t-il confié hm...placidement. Ah non il n'aime pas ça finalement, ce sont des pains et des jeux pour apaiser le petit peuple oppressé... Allez comprendre... 

Et cette réunion, ça n'est du tout le fruit de la diplomatie, non non, Laura et les Daimyos n'ont pas le temps pour ce genre de conneries, ils ont juste invoqué le démon en sacrifiant une vierge fissa...et voilà le pacte scellé.

...

Quant à se prendre des vents... Hm, pauvre minette va, ce sont des choses qui arrivent dans la vie... Un peu comme quand on est prié de dégager fissa d'une coque de noix, avec menaces de mort et accusations rocambolesques. 
Je t'en souhaite un bon, en tout cas. Bye bye, Kara.

"Euh ok on peut en parler en place publique Scarlett mais... Tu m'as demandé de l'aide un jour ? Mes excuses ça ne me dis rien. Concernant la mort d'Anna et des siens... Crois moi ou non, j'ai fais tout ce que j'ai pû pour l'éviter sans trahir les liens Cirque / USSR, mais j'ai compris trop tard ce qui se tramait. Je suis dans une situation que je ne souhaiterais voir arriver à personne. Que faire quand une personne que tu apprécie en massacre une autre que tu apprécie également ? Bref désolé de ne pas t'avoir recontacté ces derniers temps mais j'ai toujours eu des priorités, et des problèmes de grossesses, qui passe avant et effectivement je n'ai pas encore pris le temps de te recontacter malgré le nombre de fois que le nom de Karaboudjan est apparu en filigramme dans les rapports de l'USSR."

"Un vieux punk à chien qui ne cherche qu'à venger son ami.
C'est donc pour cette raison qu'il cherchait à monter l'USSR contre Juno et ses amis ?
Qui sait ce qu'elles autres graines de la discord a t'il pu essayer de semer.

Un serpent reste un serpent, c'est dommage pour ses compagnons de routes, mais lui ne cherchait qu'à faire naître des conflits, le monde se porte sans doute mieux sans lui.

Ceux qui diront le contraire devaient rêver de voir naître des conflits meurtriés.

Il vaudrait mieux ne pas citer ce nom quand on se targue de vouloir sauver des vies."
 


Tout anti-communiste est un chien - Sartre

Le craquement caractéristique d'un tourne-disque se fait entendre en arrière-fond :



Hey dis-donc Miss-j'fais-la-gueule-tout-l'temps, j't'organise un rendez-vous amoureux l'jour de la saint valentin avec l'ex-karaboudjan-qu'est-plus-là et tout c'que t'as à répondre c'est Hasta la victoria siempre !

C't'ingratitude des jeunes !

Té, mais, concernant nos ambitions ma belle, t'as pas idée et si j'peux t'donner un conseil de papy - dis donc t'es verni c'est l'deuxième - c'est pas d'faire les mêmes erreurs que feu-rogacien qu'a passé son temps à harceler d'un peu trop près les gyrophariens. On voit qu'ça l'a m'né à pas s'faire beaucoup d'amis. Et j'suis sûr que là où ils sont, c'est pas là où vous voulez être non plus.

Alors j'sais bien que c'qui vous attire tous au farwest comme des mouches à merde c'est l'ecstasy des caisses d'or, mais va savoir qui est l'bon, la brute ou l'truand dans c't'histoire. Mon p'tit doigt du milieu me dit que ça rien à voir avec une histoire de soit-disante liberté, juste la fièvre de l'or et votre avidité un peu trop insistante. C'tout. Pas la peine de chercher des grands mots révolutionnaire. Quand on vient à moins d'1 lune emmerder les gens, qu'on fait le ninja furtif, et qu'on s'montre pas particulièrement diplomate, faut pas v'nir faire la vierge effarouchée derrière qu'à rien à s'reprocher.

Quant à mes piquets, fait donc gaffe à pas te les fourrer dans l'cul, en marchant d'ssus, ça s'ra pas très agréable. Pis si j'dois casser ma pipe, hey, t'sais j'ai déjà bien trop vu à tous vos tronches dans c'monde, ça s'ra avec plaisir que j'accueillerai la sainte faucheuse de ses morts.

Hasta la vista, baby !
 

"Excusez-moi d'vous demander pardon, mes seigneurs, mais Karaboudjan, c'est le nom du stalag ? Enfin j'veux dire... Du goulag ? Si oui, vous feriez mieux d'planter vos piquets là-bas, hein ? Direct... Ça ira plus vite que d'faire le tour des datchas et des caprices du Politburo..."

Salut, c'est Steeve J. Remington, désolé, j'étais barbouillé depuis quelque temps et je n'aime pas faire d'émissions en étant barbouillé, ça change ma voix.
Juste pour vous dire que j'ai rien suivi de ce qui se racontait ici.
Par contre, Karaboudjan, je peux vous dire ce que c'est.


Genre le gars qui laisse passer un ange, pour faire son petit effet.

C'est la mafia arménienne !

J'en ai connu un, de cette mafia, avant qu'on commence le jeu de piste pour l'hôtel.
Un gars étonnant, il ne voulait pas que je cause de lui à la radio.
Ha ha !
Sont dingues, ces russes...


Ne pas vouloir qu'on cause de soi à la radio !
Qui, ici ne trouve pas ça étonnant ?!
Hein ? Toutes les nanas et les mecs qui ont causé avant moi ?
Qui peut dire ça !?

Il m'a scié.
J'espère qu'il va bien.

Quoi ?
Pourquoi tu dis que je ne suis pas à la page Charley ?
Tu pouvais me tenir un peu au courant de ce qui s'était passé aussi.

Ça aurait été convivial, tu ne trouves pas ?

Voilà qu’on entend des drôles de bruits, des bruits de pas dans le sable apparemment et puis… et bien oui, ça ressemble bien à un pet et quoi ? Une voix de femme un peu lointaine qui semble s’adresser à l’auteur du vent. Enfin cet Éole au rabais est peut être une femme ? Mais voyons ! Les princesses ne pètent pas plus qu’elle ne chient ! D’ailleurs c’est une voix masculine qui s’exprime et répond.

« Putain Henriette ! On dirait que tu leur a collé les miquettes aux péquenots de l’Asile... »

Paroles trop lointaines pour être intelligibles. Sans doute la dite Henriette qui répond. Puis l'autre reprend.

« … ben t’as entendu l’autre là ! Celui qui a une voix de vioque… Comment qu’elle a dit qu’il s’appelle ? »

La voix féminine éloignée répond

« ...oui c’est ça ! Orwell ! Il ne s’en est pas remis. Ça semble leur trouer l’cul – pardon ! - les fesses qu’on cherche à savoir à qui on a affaire. Non mais ! Il a jamais lu Sun Tzu ou étudié le commerce scandinave au IXème siècle ? D’un autre côté vu comment il a débarqué dans notre campement la tronche enfarinée… »

On distingue quelques voix en arrière.

« … la vieillesse est un naufrage ! Sinon il se poserait la question de savoir pourquoi il est encore en vie. Mais va falloir qu’il se calme pépé ! C’est qu’on en a bouffé de la vache enragée ces dernières semaines et s’il n’arrête pas de nous pomper l’air frais, on va pas attendre 1984 jours pour aller brûler sa ferme des animaux ! »

Voix féminine plus forte qui semble sermonner (euphémisme) le gars qui parle

« … Quoi la radio ?! Mais non j’parle pas dans cette foutu ra… hé merde ! Mais j’savais pas moi que... »

Silence...radio... mais juste avant il vous a bien semblé entendre un truc du genre "Pas l'nez" ou "Pané"... mais ça ne veut rien dire.


C'est beau la connerie en couleur

Guhuhuhuhuhuhu  !

Mes bons amis que de bruit, que de bruit.

Ne citez pas trop Sun Tzu, il avait peur de son ombre et aimait un peu trop les chiens pour être être pris au sérieux. Chaucn ses goûts je ne juge pas.

Guhuhuhuhu !

Prendre les dires de notre bon vieux papy pour argent comptant serait quelque peu cavalier également, il compte de moins en moins bien.
Nous n'avons pas de conflit avec vous à moins que vous n'en cherchiez.

Guhuhuhu !

Nos échanges avec ma bonne amie Madame Kenija ont été cordiaux et instructifs me semble-t-il.
Chacun ayant pris l'autre pour un imbécile Guhuhuhuhu !
Je vous dois toujours une carte néanmoins je n'oublie pas !

Les activités divertissantes d'Henriette ont ensuite conduit à celles non moins amusantes de Papy.
Chacun sait donc précisément à quoi s'en tenir et tenons nous en là mes bons amis.
Le reste ne sont que palabres futiles.

Vous serez néanmoins toujours bien reçus à l'Asile, c'est notre vocation.
Il eut été tellement plus simple de faire escale plutôt que de nous lancer dans tout cela, c'était notre proposition initiale, elle tient toujours.
Pour le reste, nous sommes un Asile, n'est il pas normal que certains, s'agitent ?

Guhuhuhuhuhuhu !



 


Pssst

Guhuhu très mal immité ...

Mon cher Azazel, je pensais que vous aviez apprécié mon humour. Vous y voyez désormais autre chose. C'est bien dommage. Quand à savoir qui de l'oeuf ou d'la poule ... on pourrait en discuter longtemps. Même si ce bon vieux malapris de papy fut moins prolixe lors de son premier repérage en solo de notre paisible campement en bord de mer que désormais sur les ondes.

Il n'y a pas de conflit, non, juste des paroles ... plus ou moins aimables. A choisir, je crois que je préfère somme toute être la reine des gitans plutôt qu'un gros bichons à son maîmaître. Moins de laisse à rogner.

Sur ce, on ne va pas continuer à palabrer comme vous dites mon ami. D'un, nous n'avons tué personne, de deux, nous n'sommes plus dans vos pates, de trois nous maintenons que vos prétentions territoriales sont ridicules au regarde de vos capacités actuelles.

Donnez moi donc cette carte, dont vous m'avez tant parlé, histoire que nous ne nous trompions pas de sens cette fois. Topons là à distance et disons nous adieux car, ne soyons pas des arracheurs de dents, nous n'aurions, à priori, pas plaisir à nous revoir.


Ni dieux ni maîtres.

'Lô-Lô ? Ouais.
Y'a qu'un seul truc qui m'intéresse ça ouais pour sûr. C't'y qu'j'voudrions bien savoir c'quand qu'la m'dame Laura pis l'pitaine White y vont forniquer hein ouais ? Y sont t'jours en train d'se chercher d'noises. Rien qu''c'en d'vient gênant c'te diplomatie.

Euh !! Chris ? Rassures moi ! Tu tiens à tes ratiches ?? Parce que si tu continues à sortir c'genre d'connerie, j't'jure bien que même avec une paille t'auras du mal à bouffer. Non mais sans blague !!

Faut pas pousser la Marie dans les orties non plus


Esclave, consentante de son Capitaine White.