Marinade de pirate et son boeuf mijoté

Chapitre débuté par Franck LaTour

Chapitre concerne : Escouade Bélisaire, Franck LaTour,

Ce texte vaut 2 bières !

Y a des situations auxquelles on ne s'attend pas vraiment.
Même quand on est plus rodé que la teuch d'une prostituée bulgare.
Comme tomber nez à nez avec un type tout vert qui tape la discute avec son repas, à savoir un bœuf bourguignon qui mijote en plein air, alors qu'on se ramasse une bonne canicule des familles sur le rable.

Si encore, on avait avalé un taz...

Tellement dingue d'ailleurs qu'on ne tergiverse pas pendant des plombes.
On y va. Pour en avoir le cœur net.

Si bien qu'le gus avec un teint verveine voit rappliquer une bonne ribambelle de convives surprises. Qui se posent pas trop de questions d'ailleurs et prennent rapidement place en cercle autour du lui. Tous avec l'eau à la bouche. Les babines tombantes et la bave aux lèvres. À se demander ce qui les fait le plus saliver entre le plat et son cuistot.
La première impression se confirme : le pauvre gars se ramasse un sale truc. Entre l'exposition prolongée aux radiations et le séjour dans une cuve d'acide, genre Joker à la Nicholson. À coup sur encore une saloperie contagieuse.

Le sergent s'accroupit à hauteur de la marmite fumante, hume les vapeurs puis lance un regard plein d'appétit au cuisinier.


Je sais pas qui t'es mec, mais aujourd'hui c'est vraiment pas ton jour de chance.

Il se relève, et marche doucement jusqu'à l'homme, sur l'épaule duquel il pose une main apaisante. Un sourire amusé sur le visage.

J'voulais vraiment pas, tu vois...
Pas passer dans le coin... y a un attroupement plus à l'Est de ce qu'on m'a dit. Et même si on m'les a vendus comme des lopettes barricadées dans leur rafiot pérave, j'me méfie toujours.
Mais ton p'tit feu de camp là... rhaaaaAAAAA!


Il lance un sourire entendu à sa troupe.

C'était une invitation à laquelle on ne pouvait pas résister.
Je sais pas si on a le rôle du gros poisson à attraper, mais toi t'as une bonne gueule de vif.
Qui va finir dans sa marmite.


À ces mots, il attrape soudainement la tête du citron vert par la tignasse et la plonge avec force dans la gamelle. La gueule directement dans le bouillon. Il l'y maintient pendant que ses corélégionnaires viennent se saisir des bras et des jambes de leur victime du jour.
L'affaire ne prends que quelques instants avant que l'homme ne se noie dans son propre plat.

LaTour ne peut refréner un rire sarcastique après son geste.
Et tout en secouant ses mains des éclaboussures de ragout, il demande à la jeune femme de son groupe :


Si vous savez cuisiner ce genre de spécimen, vous avez le champ libre.