Dérive et voyage d'un Connor

Chapitre débuté par Bradelaid

Chapitre concerne : Bradelaid,

Ce texte vaut une bière !
La vie n'était pas si simple depuis le grand Crash mais elle ne l'était pas non plus avant. Il faut dire que rien ne l'était chez les Connor mais les choses avaient empirés ces derniers mois. D'abord ils avaient été séparés dans les souterrains, heureusement que pour ça part, Bradelaid était avec Mam's avant de se retrouver tous de nouveau séparés une fois dans le désert. Faut dire que le sens de l'orientation n'était pas le point fort de toute la Famille mais encore une fois, Bradelaid avait tellement collé aux basques de sa Sainte Mère et de son petit Douguy qu'ils avaient su rester ensemble à la surface mais cette fois-ci, les retrouvailles n'avaient pas été si belles.
   
Sa petite paupiette était tombé malade dans les dédales humides des anciennes lignes de métro? et malgré toutes les attentions de sa mère et prières de son père, Douguy avait rendu son dernier soupir avant que les Connor soient de nouveau réunis. Les lunes suivantes avaient été compliqué pour Bradelaid qui s'étaient peu à peu éloigné des autres, de sa mère d'abord, puis de sa jumelle Fraid, puis des autres. Chaque opportunité de quitter la ferme et son effervescence était bonne pour le beau rouquin, que ce soit pour du repérage, pour déterrer quelques merdes de l'ancien ou imposer la lois des Connor sur leurs terres. La solitude lui faisait du bien et lui laissait une chance d'oublier la perte de son Douguydoux ce qui était difficile quand à la ferme il y avait tant de têtes rousses pour vous rappeler la perte d'une seule. Ces seuls moments de plaisirs et d'oublis il les trouvait dans les bras de sa mère, comme toujours mais son quotidien était maintenant en dehors de la Ferme, loin des siens.  
  
Il était d'ailleurs plutôt doué pour ça, son endurance naturelle l'aidant à batailler dans ce nouveau monde sauvage et à s'y imposer. C'était comme ça qu'il avait réussit à ramener un peu de matériel de ses dernières expéditions. D'abord quelques bouteilles de whisky trouvé dans les restes de ce qui avait du être un PMU puis un sac à dos et une poupée. Ces derniers artefact avaient été plus dur à ramener et il en était particulièrement fière, rien que de se remémorer se moment de triomphe suffisait à lui décrocher un sourire. car ces merveilles n'avaient pas été simplement déterrées, elles avaient été durement gagnées.Bradelaid avait du pister sa proie pendant des heures et sur des kilomètres avant des les retrouver mais heureusement pour lui, il se déplaçaient bien plus rapidement que les fugitifs.
  
Hum, doivent chaussfffffer pas plus haut qu'du 38 où j'sffffuis pas un Connor ! Pensa t-il en voyant les petites empreintes dans le sable et il s’avéra qu'il n'était pas loin de la vérité quand il tomba enfin sur le petit groupe de 4 enfants ou adolescents qui n'était plus qu'à quelques dizaines de mètres en contrebas d'une dune. Ils n'avaient pas l'air bien vaillant ni plus âgés que de 12 ou 13 ans mais l'un d'entre eux portaient un sac qui semblait bien dodu et c'était ce que convoitait le prédateur qu'était devenu Bradelaid lors de sa tracte. Tel un loup solitaire et prenant son courage à deux mains, il s’élança vers le petit groupe de jeunes qui malgré leur surnombre ne vit rien venir. Avant même qu'ils ne puissent réagir, Bradelaid s'aida de son élan pour plaquer violemment le plus costaux et dangereux de la bande dont la quarantaine de kilos décolla pour s'écraser plus loin. Sans leur laisser plus de temps, il décrocha de grandes claques aux suivants puis arracha le sac du dos du petit dernier avant d'effectuer un replis stratégique en bonne et due forme. L'attaque n'avait pas durer plus d'une minute et lorsqu'ils reprirent leurs esprit, Bradelaid était déjà aussi loin que ses longues jambes avaient pu le porter, une réussite totale.
   
Le sac s'avéra contenir quelques réserves, une poupée, un peu d'herbe et une sorte de barreau de chaise vaguement taillée en pointe. Et en plus ils étaient armé cffffes petits cons, haha! 
   
C'était fière comme un coq qu'il retourna en ville le lendemain pour déposer ses trouvailles dans les réserves de la ferme sauf la poupée qui lui rappelait de par sa taille sa petite paupiette de Douguy. Une fois de plus il se replia sur lui même comme à chaque fois qu'il se retrouvait en ville mais cette fois il n'était pas complètement seul, il avait sa poupée, il avait son petit. Les jours suivants, il prit soin, en secret, d'habiller la petite poupée avec une salopette qui avait appartenu à Douguy, puis il emprunta dans une salle de bain ce qui se trouva être une coloration rousse, bien dissimulée au fond d'une armoire. Appliqué comme il était, il ne prit même pas le temps de se poser la question de qui avait besoin d'un tel produit dans la Ferme et de ce que cela impliquait. Il y avait visiblement un imposteur à la rousseur dans la maison mais sa priorité était ailleurs et sa petite poupée habillée de bleu et rose fut bientôt également coiffée d'une belle touffe rousse. La transformation s'était faite par étape et était presque terminée quand Bradelaid reçu l'ordre de partir en mer pour de nouvelles exploration. 
   
Cette fois ci, le voyage serait bien plus long et éprouvant mais il n'était plus seul. Le matin du départ, il se présenta à l'embarcation avec son simulacre de Douguy au creux de son bras. Les Connor étaient peu nombreux à être réveillé à cette heure là, Brad au moins, et sans plus d'au revoir qu'il quitta la Ferme.
   
Papa il va t'apprendre à naviguer ma ptite Paupiette, çfffffa être comme sur le lac à côté de la Ferme qu'on avait avant ! Vous inquiétez pas les autres, on vous donnera des nouvelles toutes les lunes, on sffffera vite de retour ! 
Ce texte vaut une bière !
Lune 1 : Mise à l'eau

Charger les réserves dans l’embarcation vide ne prit pas beaucoup de temps comparé à l'installation de sa petit Paupiette de chiffon à la proue du voilier. C'est là que la vue serait la plus belle pour voyager mais attacher suffisamment la poupée pour ne pas risque de la perdre nécessita une belle quantité de corde et de tissus. Les premiers rayons du soleils pointaient autant que Bradelaid lorsque la coque fut poussée à l'eau et il suffit de quelques coups de rame au beau rouquin pour s'enfoncer dans les marais bordant le sud de la Ferme qui s'éloignait déjà.

Bien installé dans le petit abris au dessus du gouvernail à la poupe du bateau, Bradelaid sortit rapidement de l'obscurité de la mangrove pour rejoindre la clarté du jour baignant la rivière. Il inspira l'air frais à grande bouffé et éclata de rire proche du cris de l'otarie !

A nous la belle vie ma petite Paupiette ! Il va falloir se trouver des noms d'pirates! Dommage j'en ai pas sinon que je me sfffferai appelé Barbe Roussfffffe hahaha. Mais je me souviens dans une histoire que quand j'étais petit d'un pirate! Cffffe sffffera Bradelaid dit "La Buse" naviguant sur le Jinger Perle! CAPITAINE!  Cffffa sonne classfffffe !

Fort de cette idée, le nom du bateau fut rapidement et maladroitement gravé au dessus du timon du voilier : L'équipage était prêt à piller les mers, rivières et océans.